Participer
Exposé
Conférence de presse de 29. octobre 2004

Halte à l’invalidité simulée!

En lançant il y a un peu plus d’une année la notion "d’invalidité simulée", nous avons attiré l’attention sur la situation intenable dans laquelle…

En lançant il y a un peu plus d’une année la notion « d’invalidité simulée », nous avons attiré l’attention sur la situation intenable dans laquelle se trouve l’assurance-invalidité. L’augmentation du nombre de rentiers AI ne peut être justifiée par une épidémie. Les grandes différences que l’on constate entre cantons sont difficiles à expliquer. Le large mouvement de colère que ces révélations ont suscité dans la population n’a pas empêché ce développement de se poursuivre. L’assurance-invalidité s’enfonce de plus en plus dans un marasme financier. Rien ne permet de dire que l’augmentation du nombre de rentiers va cesser. Il est donc grand temps de prendre des mesures incisives.

Nous demandons:

  • une réduction du nombre de nouveaux rentiers
  • une réduction du nombre de rentiers actuels
  • une réduction des dépenses globales de l’AI.

Il est rassurant de constater que le public et les autres partis politiques ne considèrent pas l’explosion du nombre de rentiers AI comme une fatalité. Le taux élevé des rentes allouées par l’AI suscite des critiques et face aux timides corrections envisagées par le Conseil fédéral on ne hurle pas – du moins pas encore – au démantèlement social.

La forte augmentation du nombre de rentes AI a plusieurs raisons. Cependant, la 5e révision de l’assurance-invalidité risque de passer à côté de quelques éléments essentiels qui exigent une correction urgente. L’article 8 alinéa 1 de la loi fédérale sur la partie générale du droit des assurances sociales (LPGA) s’énonce comme suit:  » Est réputée invalidité l’incapacité de gain totale ou partielle qui est présumée permanente ou de longue durée. »

Claire en apparence, cette définition conduit cependant à des appréciations fort diverses si bien que nous demandons, par la voie d’une motion, que la notion d’invalidité soit nouvellement définie et plus clairement délimitée. L’augmentation massive du nombre de rentes octroyées par l’AI depuis 15 ans environ est avant tout justifiée par des maladies psychiques, des affections osseuses ainsi que des problèmes de l’appareil moteur (douleurs dorsales). Les traumatismes de la colonne cervicale après des accidents sont une autre cause fréquente. Il s’agit là en fait de nouvelles formes d’atteintes à la santé qui ont toutes un point commun: le diagnostic médical est difficile à établir parce qu’il n’y a pas de symptômes clairement visibles si bien que les mesures à prendre en vue de la guérison ne sont pas claires non plus.

On peut certes identifier aujourd’hui de manière plus précise et plus précoce qu’autrefois les problèmes psychiques. Cela dit, les causes avancées dans ces cas pour justifier une rente AI n’entrent pas dans la définition de l’article 8 LPGA. Ces cas ne sont pas clairs et les considérer comme suffisants pour donner droit à une rente AI est une violation de la loi. Nous demandons donc au Conseil fédéral de régler ce dysfonctionnement.

Partant de cette nouvelle définition de l’invalidité, il conviendra aussi – et nous y insistons beaucoup – de réexaminer la justification des rentes allouées durant les dix ans écoulés.

par l’auteur
Toni Bortoluzzi
UDC (ZH)
plus sur le thème
éditorial
partager l’article
21.06.2019, de Marcel Dettling
Le Conseil national a rejeté les initiatives sur l'eau potable et pour l'interdiction des pesticides. A juste... lire plus
Journal du parti
partager l’article
18.06.2019, de Thomas Matter
Selon le Secrétariat d‘Etat à l‘économie (SECO), le taux de chômage est de 2,4 %. C’est pour... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
11.06.2019
L'UDC salue certes la décision du Conseil fédéral de ne pas signer l'actuel projet d'accord-cadre institutionnel avec... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Energie

Pour un approvisionnement énergétique qui a de l’avenir.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Armée

La sécurité de la population.

Sport

Un esprit sain dans un corps sain.

Politique concernant les étrangers

Ramener l’immigration à un niveau raisonnable.

Politique d'asile

Corriger enfin le chaos qui règne dans la politique d’asile.

Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Liberté et sécurité

Défendre la liberté menacée.

Médias

Plus de diversité, moins d’Etat.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord