Participer
Exposé
Conférence de presse de 25. mars 2008

HarmoS ou quand l’idéologie prend le pas sur la pédagogie

Le concordat HarmoS de la Conférence des directeurs de l’instruction publique est la pierre angulaire d‘une stratégie, qui vise à transférer à l’Etat la responsabilité de l’éducation des enfants à par

Le concordat HarmoS de la Conférence des directeurs de l’instruction publique est la pierre angulaire d‘une stratégie, qui vise à transférer à l’Etat la responsabilité de l’éducation des enfants à partir de l’âge de quatre ans.

Les conséquences pour les parents ont déjà été énoncées.

Faiblesses pédagogiques
Il nous reste à démontrer que le projet HarmoS souffre également de graves faiblesses pédagogiques. Comme par exemple l‘obligation pour tous les élèves de Suisse alémanique – même ceux qui n’ont que quatre ans – d’apprendre l’allemand dès le premier jour d’école.

Les jeunes enfants, c’est bien connu, apprennent le mieux une langue par l’apprentissage oral au travers de comptines, d’expressions courantes ou de chansons. Et à l’aide de ces petites rimes, ils n’acquièrent pas seulement les bases de la langue mais établissent aussi un premier contact avec leur patrimoine culturel. Tous ceux qui voudront remplacer « Chumm, mer wei go Chrieseli gwünne » par « Frischauf zum wack’ren Kirschenpflücken », condamneront à la fois l’apprentissage de la langue et l’accès à la culture locale. Il s’agit là d’ailleurs de théoriciens naïfs, pour préconiser de telles méthodes d’enseignement – probablement inspirées d’une pseudo-multi-culturalité. Que pensent-ils donc atteindre? Les enfants, qui s’approprient la langue par des expressions qu’ils comprennent, ne sont pas désavantagés par leur dialecte. Au contraire, ils apprendront également le hochdeutsch et d’autres langues avec plus de facilité, parce qu’ils auront du plaisir à apprendre.

Cadence individuelle et enseignement intégratif
HarmoS promet aux parents comme aux élèves de pouvoir déterminer la cadence d’apprentissage durant les huit premières années d’enseignement. Dans le même temps le projet introduit ce que l’on appelle « l’enseignement intégratif », pour remplacer les classes spéciales vouées à disparaître. Ainsi les enfants souffrant de difficultés scolaires devraient pouvoir compter sur des pédagogues qui les accompagneraient individuellement en classe. Le maître, quant à lui, poursuivrait la classe comme si de rien n’était.

Certains cantons expérimentent déjà ce système. Lorsque récemment l’émission « 10vor10 » est allée interroger les élèves de l’une de ces classes primaires au sujet de ce nouveau système pédagogique, aucun n’a été en mesure de dire combien d’enseignants lui faisaient classe. En revanche le stress résultant du changement permanent de salle de classe et de maître était, lui, bien perceptible. Ce système profite-t-il donc vraiment à la transmission des connaissances? Rien n’est moins sûr.

Inclure des enfants handicapés physiques dans des classes traditionnelles est possible, cela ne fait aucun doute. Faire de même avec des enfants en proie à des difficultés scolaires est déjà plus difficile. Mais vouloir maintenir des jeunes à problèmes ayant des difficultés de comportement au sein de classes normales de l’école primaire ou secondaire relève d’une inconscience coupable. Ce serait la garantie de pénaliser l’ensemble des élèves de la classe.

« Travail d’équipe » plutôt que maître de classe?
L’idée de vouloir restreindre les attributions du maître de classe à un rôle purement administratif est également saugrenue. Alors même que HarmoS préconise pour l’enseignement le « jeu d’équipe », une sorte de travail d’équipe mené par les enseignants, et cela dès la première année d’école. Retirer aux enfants la personnalité du maître, selon laquelle ils s’orientent dans leurs études, ne va certainement pas améliorer l‘enseignement. Pourquoi faut-il sans cesse remettre en cause des méthodes qui ont depuis longtemps fait leurs preuves? Ce sera aux écoliers d’en supporter les conséquences!

L’objectif ultime de HarmoS est de soustraire aux parents la responsabilité de leurs enfants dès l’âge de quatre ans. Edgar Holdener de Unteriberg, dans le canton de Schwytz, ici présent, pourra témoigner de l’acharnement avec lequel se font les choses. Lui et son épouse ont osé mettre en doute la maturité personnelle de l’un de leurs enfants, en refusant de le scolariser à l’âge de quatre ans déjà. Mal leur en a pris puisqu’ils se sont vus infliger une amende de quatre mille francs – une décision tout simplement scandaleuse! Ce projet n’a rien de pédagogique; c’est une manœuvre idéologique de fonctionnaires destinée à destituer les parents de leurs responsabilités.

Une raison suffisante de s’opposer au concordat HarmoS.

partager l’article
Thèmes
par l’auteur
Ulrich Schlüer
(ZH)
plus sur le thème
Exposé
partager l’article
30.03.2019, de Guy Parmelin
C’est la première fois que l’occasion m’est donnée de m’adresser à vous en tant que ministre de... lire plus
Journal du parti
partager l’article
11.05.2017, de Peter Keller
L’Union européenne a exclu la Suisse du programme d’échange d’étudiants Erasmus+ en 2014. Depuis, le Conseil fédéral... lire plus
Consultation
partager l’article
12.10.2016
Il n'existe pas au niveau fédéral une nécessité d'intervenir dans le but d'harmoniser l'enseignement des langues. Le... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

Sécurité, droit et ordre

Protéger les victimes et pas les délinquants.

Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Nous sommes la patrie

La Suisse a sa propre histoire, une histoire marquée par sa diversité culturelle, ses traditions, ses valeurs et par les femmes et les hommes qui cohabitent pacifiquement dans ce pays.

Transports

Halte aux bouchons et aux mesures chicanières dans le trafic routier.

Formation

Stopper les réformes prétentieuses et irréalistes– revenir à une formation axée sur la pratique.

Agriculture

Pour une production indigène.

Médias

Plus de diversité, moins d’Etat.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord