Participer
Exposé
Conférence de presse de 14. janvier 2016

Il faut s’attaquer aux problèmes d’exécution

Si je dis que les accords de Schengen/Dublin ont échoué, je ne vous apporte certainement pas une grande nouvelle. Cette réalité est confirmée quasiment tous les jours par des Etats membres de l’UE qui annoncent vouloir réintroduire leurs contrôles aux frontières.

Nous avons malheureusement été ces dernières semaines les témoins de délits qui prouvent à l’évidence que parmi les authentiques réfugiés il y a de nombreux criminels qui profitent de la situation pour entrer en Europe.

Décriés comme populistes, les avertissements que nous avons lancés étaient malheureusement fondés. Il est aujourd’hui nécessaire de stopper l’immigration et de réintroduire des contrôles systématiques aux frontières. Chaque pays doit contrôler ses propres frontières, surtout dans une situation d’urgence qui, pour bon nombre d’autorités européennes, est aujourd’hui effective. Quelques Etats membres de l’UE s’en sont rendus compte à la suite d’actions criminelles et terroristes alors que d’autres ont pris des mesures de contrôles aux frontières pour contrer une hausse du nombre de demandes d’asile. Nous autres Suisses, nous serions bien inspirés d’agir avant qu’il ne soit trop tard et de prendre les mesures qui s’imposent.

Le nombre de demandes d’asile déposées en Suisse dépasse la moyenne européenne. La limite de la capacité d’accueil a été atteinte compte tenu des ressources toujours plus restreintes. Un gouvernement digne de ce nom doit être conscient des limites de son propre pays et il doit agir en conséquence. La Suisse n’a pas besoin d’une révision de sa législation sur l’asile comme celle proposée par la majorité du Parlement. La législation en vigueur suffit si elle est correctement appliquée. La Suisse offre aujourd’hui déjà un accueil extrêmement généreux aux requérants d’asile, ce qui lui vaut d’ailleurs un nombre croissant de demandes abusives – toujours aux frais des contribuables. Tout le monde est d’accord pour admettre que les procédures doivent être accélérées pour combattre ces abus. Or, la nouvelle législation ne va absolument pas dans ce sens et n’apporte aucune solution aux problèmes réels.

Elément essentiel de cette réforme, la possibilité donnée à la Confédération d’exproprier des immeubles cantonaux, communaux ou privés pour y installer des logements pour des requérants d’asile pose un gros problème. Ainsi, toute personne est privée du droit de s’opposer à l’exploitation d’immeubles pour les requérants d’asile, même si cette exploitation est en opposition avec le plan directeur local. Le droit fondamental de la propriété est sacrifié au profit de l’industrie de l’asile.

Si le référendum est accepté dans l’urne, donc si le projet de loi est rejeté, on sera bien contraint d’en déduire que cette révision n’était pas une bonne idée. Il faudra alors changer d’optique et chercher des solutions acceptables pour contenir l’explosion des demandes d’asile ainsi que pour réduire le nombre d’abus commis par des migrants économiques et l’explosion des coûts qui en découle.

partager l’article
Thèmes
par l’auteur
Lega conseillère nationale (TI)
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
28.04.2020
La Suisse affronte une crise économique d'une ampleur historique. Le nombre de chômeurs a massivement augmenté durant... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
31.01.2020
En publiant aujourd'hui sa statistique de l'asile, la Confédération cherche comme de coutume à minimiser les conséquences... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
08.01.2020
L'UDC est révoltée par la décision du Tribunal administratif fédéral d'interdire le renvoi en Italie de familles... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Santé

La qualité grâce à la concurrence.

Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Armée

La sécurité de la population.

L’être humain, la famille, la communauté

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle.

Formation

Stopper les réformes prétentieuses et irréalistes– revenir à une formation axée sur la pratique.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Sport

Un esprit sain dans un corps sain.

Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Agriculture

Pour une production indigène.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord