Participer
Exposé

La stratégie de l’UDC pour garantir la sécurité de l’approvisionnement énergétique

Un approvisionnement électrique sûr et avantageux est d’une importance capitale pour notre pays. L’électricité est une énergie-clé. Du courant électrique disponible en abondance et à un prix modéré…

Un approvisionnement électrique sûr et avantageux est d’une importance capitale pour notre pays. L’électricité est une énergie-clé. Du courant électrique disponible en abondance et à un prix modéré est non seulement important pour la croissance et la prospérité, mais aussi pour l’attractivité économique internationale de notre pays. Enfin, c’est un facteur fondamental de sécurité et d’indépendance. Plusieurs pays ont dû faire ces derniers temps l’expérience douloureuse de la dépendance d’Etats tiers pour leur approvisionnement énergétique. La Russie, par exemple, n’hésite pas à utiliser ses livraisons de gaz comme arme politique dans son conflit avec l’Ukraine. Enfin, la consommation d’énergie ne cesse d’augmenter, non seulement en Suisse, mais aussi dans les autres pays européens et au niveau mondial. C’est dire que nous ne pourrons pas compter sans autre sur des fournitures d’énergies fiables et à prix modique de la part de l’étranger.

Nonobstant les efforts d’économie, la consommation d’électricité continuera de s’accroître en Suisse. Le développement démographique, des nouvelles applications électriques, la mobilité croissante (les chemins de fer et les voitures électriques consomment aussi du courant!) ainsi que la croissance de l’industrie, des arts et métiers et de la branche des services sont autant de facteurs augmentant le consommation électrique. Le remplacement du pétrole en est un autre, notamment dans le secteur du bâtiment. Le remplacement d’un chauffage au mazout par une pompe à chaleur est certes recommandable sur le plan écologique et économique, mais il accroît la consommation d’électricité.

Il est donc capital pour notre pays de disposer d’un approvisionnement électrique sûr et aussi indépendant que possible.

La composition de la production électrique suisse est idéale. Avec 55% de force hydraulique et 40% d’énergie nucléaire, nous bénéficions d’un approvisionnement électrique sûr, avantageux, indépendant et ménageant l’environnement. Contrairement aux pays voisins de la Suisse, nous produisons notre électricité presque sans émettre de CO2. En Allemagne, par exemple, la part du charbon à la production électrique est encore de 44% – un scénario d’horreur du point de vue de la politique climatique. Le train spécial affrété par le conseiller fédéral Moritz Leuenberger jusqu’à Copenhague a donc aussi fonctionné au moyen de cette électricité issue du charbon.

Il faudra faire de grands efforts pour que nous puissions continuer de baser notre approvisionnement électrique sur cette composition avantageuse de la production d’électricité. S’agissant de la force hydraulique, nous devons immédiatement cessé de détruire systématiquement nos conditions-cadres. Les initiatives visant à réduire cette production, les recours ainsi que les nouvelles taxes, redevances et régulations doivent donc être rejetés catégoriquement. J’ai d’ailleurs du mal à comprendre pourquoi les milieux écologistes précisément combattent des projets comme l’élévation d’un barrage ou la construction d’une installation de pompage-turbinage alors que ces équipements visent une production électrique exempte de CO2.

Avec une part de 40%, la force nucléaire est le deuxième pilier le plus important de l’approvisionnement électrique suisse. Comme la force hydraulique, elle est avantageuse et ne produit presque pas d’émissions. De plus, elle peut être générée dans le pays même, à condition que la volonté politique existe. Dans ce domaine également, il est urgent d’agir. Dans quelques années, soit vers 2020, les contrats de fourniture d’électricité française et les autorisations d’exploiter les centrales existantes de Beznau I et II et de Mühleberg arriveront à échéance presque simultanément. Pour remplacer ces contrats et installations ainsi que pour couvrir l’augmentation de la consommation, il est pressant de construire deux nouvelles centrales nucléaires. Faute de quoi, la baisse de la production et l’augmentation de la consommation nous conduisent inévitablement vers une grave pénurie. A en croire de récentes études, la Suisse risque d’avoir dès l’hiver 2012 déjà un sérieux problème d’approvisionnement électrique. En clair: les lumières risquent de s’éteindre durant une froide nuit d’hiver.

Nous avons donc besoin de toutes les ressources énergétiques disponibles dans notre pays pour garantir un approvisionnement électrique indépendant et avantageux.

A côté de la force hydraulique et de la force nucléaire, je compte aussi les énergies renouvelables. L’énergie solaire et éolienne, la biomasse et la géothermie peuvent apporter une contribution notable à l’approvisionnement électrique du pays. La Confédération les soutient d’ailleurs avec des contributions importantes. La gauche et les Verts croient qu’un subventionnement massif des énergies renouvelables permet de renoncer à l’énergie nucléaire. On en est loin, même si on considère ces nouvelles formes d’énergie avec sympathie et optimisme. Elles ne couvriront jamais que 10% au maximum de la consommation électrique actuelle d’ici à l’année 2030. Les énergies renouvelables doivent de surcroît être commercialement concurrentielles. Elles en sont en partie encore très loin. Bref, il est tout simplement impossible de renoncer à l’énergie nucléaire.

Le développement de l’approvisionnement électrique doit se fonder sur les principes de l’économie, de l’indépendance et de la protection de l’environnement. Que faire pour atteindre ce triple objectif?

  • Il faut rapidement projeter et construire deux nouvelles centrales nucléaires sur les sites actuels. Les procédures d’autorisation nécessaires à cet effet doivent se dérouler rapidement et sans perte de temps inutile. Or, on a la très nette impression aujourd’hui que le département fédéral compétent met tout en œuvre pour prolonger ces procédures. Même en respectant les règles démocratiques, il n’est pas tolérable que la procédure d’autorisation et la construction d’une nouvelle centrale nucléaire durent plus qu’une génération.
  • La production électrique indigène doit être développée, mais les diverses formes de production ne doivent pas être évaluées selon des critères idéologiques. La Suisse ne peut et ne doit pas se fier aux importations d’électricité, car les pays fournisseurs connaîtront eux aussi dans un proche avenir des problèmes d’approvisionnement. L’augmentation des importations provoque aussi une dépendance dangereuse de l’étranger et une hausse du prix de l’électricité.
  • Le conditions-cadres de la force hydraulique et nucléaire doivent être améliorées. L’UDC combat les initiatives, interventions et projets de taxes et de redevances qui détériorent les conditions-cadres de ces agents énergétiques. La gauche et les Verts pensent avoir découvert une nouvelle et généreuse vache à lait avec le prix de l’électricité. Durant la session d’hiver, le Conseil national a une fois de plus adopté des taxes idéologiques sur l’électricité qui entraînent des charges supplémentaires de plusieurs centaines de millions de francs pour les ménages privés, les arts et métiers, les paysans et l’ensemble de l’économie. Et d’autres propositions du même tonneau sont déjà en préparation.

La Suisse a les moyens de surmonter les problèmes énergétiques de l’avenir grâce à la composition avantageuse de sa production électrique basée sur la force hydraulique et la force nucléaire. Pour agir dans ce sens, elle n’a pas besoin d’un débat idéologique, mais d’une discussion ouverte et objective. Si notre pays réalise les exigences et propositions de notre résolution, elle continuera de bénéficier à l’avenir également d’un approvisionnement électrique sûr, indépendant, avantageux et ménageant l’environnement.

partager l’article
Thèmes
par l’auteur
Hans Rutschmann
(ZH)
plus sur le thème
Consultation
partager l’article
08.02.2019
L'UDC est d'avis que le complément à l'art. 58a al. 5 de la loi fédérale sur l'utilisation... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
11.12.2018
L'UDC a combattu la loi sur le CO2. Ce projet hostile à la propriété privée et à... lire plus
Consultation
partager l’article
19.11.2018
L'UDC rejette le projet. Le traitement privilégié d'un certain modèle de prestation est objectivement injustifiable. Il provoque... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Religions

S’engager pour nos valeurs

Politique financière

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat

Politique du sport

Bon pour le corps et l’esprit

Politique de la formation

Système de formation axé sur la pratique au lieu de réformes à répétition

Politique des médias

 Plus de diversité, moins d’Etat

Politique de la culture

La culture est l’affaire de la culture

Politique de l'économie

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie

Politique d'asile

Régler enfin le chaos dans le secteur de l’asile

Politique de la famille

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord