Participer
Exposé
Conférence de presse de 10. mars 2015

L’autodétermination : une idée dont le temps est venu

L’initiative pour l’autodétermination est une idée dont le temps est venu.

Ce qui devait arriver, arriva

A chaque fois qu’elle s’est prévalue du droit international, prétendument supérieur ou prétendument impératif, pour paralyser une décision populaire qu’elle jugeait politiquement incorrecte, la classe politique suisse donnait explicitement mandat à l’UDC, qui est le parti le mieux placé pour se charger de cette mission, de clarifier cette question devant le peuple et les cantons, seuls compétents pour statuer en dernier ressort à propos de constitution.

L’UDC n’est pas sourde. L’initiative sur l’autodétermination est une réponse à ce mandat.

La constitution : ADN de l’Etat

La hiérarchie classique des normes est parfaitement claire : au-dessus des lois, il y a les traités internationaux, qui lient les Etats entre eux et les forcent donc à adapter leur droit interne, mais au sommet de la pyramide, il y a toujours la constitution : le siège des valeurs, l’ADN de l’Etat. Un Etat de droit ne peut adopter de lois ni conclure de traités contraires aux valeurs fondamentales contenues dans sa constitution. Il s’en suit qu’en cas de modification de la constitution, les lois doivent être adaptées mais aussi les engagements de droit international. Seul le droit international impératif coutumier s’impose aux Etats, indépendamment de leur constitution et des traités qu’ils signent ou ne signent pas.

L’idée que le droit international aurait une priorité générale sur le droit des Etats, constitution comprise, est née dans les salles de classes autour dans la perspective aujourd’hui dépassée d’une gouvernance mondiale. C’est une opinion de professeurs. Que les étudiants qui voulaient réussir leurs examens de droit constitutionnel ont bien sûr fidèlement reprise dans leurs travaux de recherches avant de devenir eux-mêmes professeurs, juges ou juristes de l’administration. Une opinion, même savante, reste toutefois une opinion sur la constitution et non la constitution elle-même, cette dernière relevant de la compétence du seul constituant, en Suisse le peuple est les cantons.

Avant de pouvoir adopter des lois ou conclure un traité, l’Etat doit tout d’abord exister. Et il n’existe que par la constitution qui lui donne naissance et définit son identité et ses valeurs en même temps qu’elle lui indique ses règles de fonctionnement. La constitution c’est l’ADN de l’Etat, son auteur ne peut être que le législateur suprême, en Suisse le peuple et les cantons. Ce législateur suprême n’est limité dans son action par aucune obligation de droit international à l’exception du droit international impératif coutumier.

Il s’en suit que tous les traités qui ont été conclus par la Suisse doivent pouvoir être amendés ou résiliés si le peuple et les cantons le disent en adoptant démocratiquement une norme de la constitution fédérale.  

Une idée dont le temps est venu

Tous les peuples du monde rêveraient de disposer aujourd’hui de leviers politiques aptes à juguler un tant soit peu les vents brutaux de la mondialisation économique.

En Suisse, le peuple possède de tels leviers, ça s’appelle la démocratie directe et c’est dans l’ADN du pays. Lorsqu’il s’est prononcé pour le contingentement de l’immigration, pour l’interdiction des minarets ou pour le renvoi des criminels étrangers, le peuple suisse a exercé un droit qui lui appartient de par sa constitution. Lorsqu’elles refusent de tenir compte des réponses données, parce qu’elles les jugent politiquement incorrectes, la classe politique et l’administration trahissent l’ADN de la Suisse. Cette trahison doit cesser. Le prétexte du droit international, prétendument supérieur ou prétendument impératif, ne doit plus pouvoir être invoqué à tort. Tel est le but de l’initiative pour l’autodétermination.

Plus forte qu’une armée d’invasion est une idée dont le temps est venu. La citation est attribuée à Victor Hugo.

L’initiative pour l’autodétermination est une idée dont le temps est venu.

partager l’article
par l’auteur
UDC conseiller national (GE)
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
24.06.2019
L'an passé environ 30% des criminels étrangers condamnés ont pu rester en Suisse alors qu'ils ont commis... lire plus
éditorial
partager l’article
21.06.2019, de Marcel Dettling
Le Conseil national a rejeté les initiatives sur l'eau potable et pour l'interdiction des pesticides. A juste... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
18.06.2019
La Commission UE n'a manifestement pas l'intention de prolonger l'équivalence boursière. Elle augmente la pression sur la... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Internet et numérisation
Pour un internet libre.
Médias

Plus de diversité, moins d’Etat.

Politique concernant les étrangers

Ramener l’immigration à un niveau raisonnable.

Formation

Stopper les réformes prétentieuses et irréalistes– revenir à une formation axée sur la pratique.

Nous sommes la patrie

La Suisse a sa propre histoire, une histoire marquée par sa diversité culturelle, ses traditions, ses valeurs et par les femmes et les hommes qui cohabitent pacifiquement dans ce pays.

Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Sport

Un esprit sain dans un corps sain.

L’être humain, la famille, la communauté

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle.

Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord