Participer
Exposé
Conférence de presse de 12. juillet 2006

Le Conseil fédéral manque à sa parole donnée en politique financiÈre

Rien n’est plus révélateur que les interventions répétées de José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, concernant ledit milliard pour la cohésion: il n’existe aucune base légale just

Rien n’est plus révélateur que les interventions répétées de José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, concernant ledit milliard pour la cohésion: il n’existe aucune base légale justifiant ce versement de la Suisse à l’Union européenne.

Un jour Barroso menace, le jour suivant il séduit. Ces mises en scène servent essentiellement à dissimuler l’absence d’un contrat prévoyant des paiements de la Suisse en faveur de la cohésion de l’UE. Il s’agit donc, ni plus, ni moins, de pressions politiques exercées sur la Suisse. Or, même si on reconnaît les résultats des accords bilatéraux, pareilles pressions ou tentatives d’intimidation doivent être strictement rejetées.

Une exigence de 1350 millions de francs
L’UE tente par tous les moyens d’imposer deux exigences face à la Suisse: un milliard de francs pour les pays d’Europe de l’Est membres de l’UE et 350 millions en vue de l’adhésion déjà conclue et prévue pour 2007 de la Roumanie et de la Bulgarie. Le Conseil fédéral a accepté les deux exigences, mais la possibilité de lancer un référendum n’existe qu’une fois: aujourd’hui et par le biais de la loi sur la coopération avec les Etats d’Europe de l’Est.

L’UDC ne s’est pas d’emblée opposée à des contributions de ce type. Si le Conseil fédéral avait tenu sa promesse initiale de verser cet argent sans que cette contribution n’ait d’incidence sur le budget de la Confédération, donc de la compenser intégralement dans les budgets des départements fédéraux des affaires étrangères et de l’économie, l’UDC n’aurait pas lancé ce référendum. Elle l’a rappelé à plusieurs reprises lors des débats parlementaires.

Partant de la motion Leuthard, ce mode de compensation a cependant été abandonné. Aujourd’hui, le Conseil fédéral promet de compenser au moins 600 millions de francs. Les 400 millions restants seraient imputés aux ressources générales de la Confédération. Et concernant les 350 millions supplémentaires, que la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey s’est d’ores et déjà déclarée prête à verser, il n’est même plus question de la moindre compensation. En d’autres termes, la caisse fédérale sera soulagée de 750 millions de francs, et cela sans prendre en compte des revendications ultérieures de l’UE qui ne manqueront pas d’arriver. On est loin de la neutralité budgétaire. En fait, ce versement de cohésion illustre un manquement du Conseil fédéral à sa parole donnée en politique financière.

Prestation et contre-prestation
L’UDC a présenté une proposition supplémentaire durant les débats parlementaires: le Parlement pourrait accepter ce versement, qui ne repose sur aucune base contractuelle, s’il n’a pas d’incidences sur le budget fédéral et si la Suisse obtient de l’Union européenne une contrepartie à cette prestation financière exceptionnelle. L’UDC a formulé à cet effet trois revendications concrètes.

Premièrement, l’UE doit enfin admettre que l’aéroport de Zurich-Kloten a le droit de bénéficier du même régime que tous les autres aéroports intercontinentaux d’Europe. Deuxièmement, l’UE doit s’engager à reconnaître définitivement le secret protégeant les clients des banques suisses, comme cela est d’ailleurs prévu dans l’accord sur l’imposition du revenu de l’épargne. Troisièmement, l’UE doit reconnaître formellement la souveraineté fiscale cantonale telle qu’elle est ancrée dans la Constitution fédérale et telle qu’elle démocratiquement légitimée. Toutes ces revendications reposent sur des accords que l’UE a en principe acceptés, si bien qu’elles ne sont pas fondamentalement nouvelles.

Les intérêts de la Suisse contre les intérêts de Bruxelles
Détail révélateur, José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, évoque également depuis quelque temps la souveraineté fiscale cantonale dans le contexte du milliard pour la cohésion, mais il le fait sous la forme d’un chantage. Pendant que le Conseil fédéral se montrait fâché face aux trois revendications UDC en faveur de la compétitivité économique de la Suisse, les conseillers fédéraux Calmy-Rey et Deiss faisaient acte de contrition à l’égard de Bruxelles parce que l’UDC avait osé saisir l’instrument démocratique du référendum pour combattre le milliard pour la cohésion.

Une fois de plus, le gouvernement fédéral fait preuve de pusillanimité à l’égard de Bruxelles, allant même jusqu’à oublier les intérêts élémentaires de la Suisse. Ce référendum sera un test. L’UDC contraint le Conseil fédéral à faire la preuve de son euro-compatibilité. Notre gouvernement est-il capable de refuser des revendications financières injustifiées et ne reposant sur aucune base légale de Bruxelles, donc de donner la priorité aux intérêts de la Suisse? Ou admet-il sans autre forme de procès ce versement non légitimé comme si la Suisse devait un tribut à l’UE?

Il sera intéressant de connaître la manière dont le Conseil fédéral sortira de cette épreuve.

par l’auteur
Ulrich Schlüer
(ZH)
plus sur le thème
Papier de position
partager l’article
25.06.2019
Communiqué de presse
partager l’article
25.06.2019
Rien de plus hypocrite que les lamentations des socialistes et des écolo-gistes à propos du prétendu refroidissement... lire plus
Conférence de presse
partager l’article
25.06.2019
Rien de plus hypocrite que les lamentations des socialistes et des écologistes à propos du prétendu refroidissement... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Religion

Nous engager pour nos valeurs.

Santé

La qualité grâce à la concurrence.

Politique d'asile

Corriger enfin le chaos qui règne dans la politique d’asile.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Armée

La sécurité de la population.

Politique concernant les étrangers

Ramener l’immigration à un niveau raisonnable.

Liberté et sécurité

Défendre la liberté menacée.

Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord