Participer
Exposé
Conférence de presse de 19. avril 2010

Le futur approvisionnement électrique: il reste beaucoup à faire

Contrairement à tous les autres pays d’Europe occidentale et centrale, la Suisse produit son électricité quasiment sans émettre de CO2. Il n’existe pas de gros émetteurs de CO2 en Suisse telles que…

Contrairement à tous les autres pays d’Europe occidentale et centrale, la Suisse produit son électricité quasiment sans émettre de CO2. Il n’existe pas de gros émetteurs de CO2 en Suisse telles que des centrales électriques au charbon ou au gaz. Nos ancêtres ont su exploiter de manière optimale les ressources à leur disposition. La force hydraulique utilisée exclusivement autrefois a été judicieusement complétée par l’énergie nucléaire il y a une quarantaine d’années. Les deux modes de production fournissent de l’électricité en continue durant presque toute l’année. La branche électrique est ainsi dans la situation confortable de pouvoir approvisionner l’économie en électricité de manière fiable et en ménageant l’environnement. Il s’agit là d’un atout important de la Suisse dans la concurrence internationale alors que notre pays est par ailleurs désavantagé par des prix et des salaires élevés. Nous ne pouvons et nous ne voulons pas abandonner cet avantage.

Les prix moyens encore relativement avantageux de l’électricité suisse reposent sur une production faite à raison de 55% de force hydraulique, de 40% de force nucléaire et de 5% d’autres formes d’énergie. La technique photovoltaïque et l’énergie éolienne ne représentent qu’environ 1/30 de ces dernières, donc une quantité complètement marginale.

Selon des pronostics incontestés des spécialistes de la branche et de la Confédération, une lacune s’ouvrira prochainement dans l’approvisionnement électrique, car les usines nucléaires de Beznau 1 et 2 ainsi que de Mühleberg arrivent au terme de leur durée de vie vers 2020. Ces trois centrales couvrent 15% de la consommation suisse d’électricité. Les contrats de fourniture d’électricité conclus avec la France approchent également de leur échéance, si bien que dans un petit nombre d’années la Suisse perdra environ 20% de ses ressources électriques actuelles.

Depuis plusieurs années la politique s’active à mettre en place des systèmes de redistribution en faveur des énergies renouvelables: concrètement, il s’agit de prélèvements à charge de la collectivité pour financer des formes d’énergie nouvelles, onéreuses et peu efficaces comme par exemple le solaire et l’éolien. Ceci en sachant pertinemment que notre pays ne parviendra jamais à compenser avec ces techniques les pertes de production au niveau des grandes centrales. Le principal effet de ces prélèvements est de renchérir artificiellement l’énergie, donc de prétériter les entreprises suisses dans la concurrence internationale. Il devient aussi presque impossible d’augmenter l’exploitation de la force hydraulique à la suite de la nouvelle législation sur la protection des eaux. La politique donnant la priorité à la protection de l’environnement, les possibilités de développer cette ressource sont très limitées.

Le temps presse pourtant. Aujourd’hui déjà, donc avant la mise hors service des centrales nucléaires les plus anciennes, la Suisse doit importer en hiver plus de courant électrique qu’elle n’exporte. Durant cette période, la Suisse dépend donc déjà de l’étranger pour son approvisionnement électrique.

Il s’agit donc maintenant de concentrer les forces politiques responsables pour faire avancer le remplacement des grandes usines électriques. Les délais de planification et d’autorisation doivent être réduits. L’enjeu est de taille: sauvegarder, voire renforcer l’indépendance énergétique de la Suisse. L’assemblée des délégués, que l’UDC a tenue le 23 janvier 2010 à Stans, a pris des décisions dans ce sens. La Confédération doit aussi accélérer les préparatifs en vue de la décision sur les dépôts de déchets radioactifs dans des couches géologiques profondes.

La branche suisse de l’électricité veut et a les moyens de supporter des investissements de plusieurs milliards de francs dans des nouvelles centrales électriques. Elle contribue ainsi à sauvegarder de nombreux emplois et un grand savoir-faire accumulé au fils des décennies. Ces investissements profiteront aussi en majeure partie à l’économie suisse.

L’UDC refuse de rester les bras croisés devant les agissements des milieux qui mettent tout en œuvre pour ralentir ce développement par des manœuvres procédurières et législatives. Dans l’intérêt d’un approvisionnement énergétique autonome de notre pays, nous ferons pression pour accélérer les procédures et les décisions. L’économie attend des décisions claires et nettes pour procéder à des investissements dans un contexte légal fiable.

Il faut que la Suisse évite de devoir construire à la hâte des centrales combinées au gaz simplement parce que les retards et constants reports de décisions l’empêchent de remplacer dans les délais utiles les centrales nucléaires arrivant au terme de leur période de fonctionnement. Face aux efforts mondiaux de baisser les émissions de CO2 et à la nécessité de réduire la dépendance du pays des importations d’énergie fossile, cette alternative serait véritablement peu judicieuse.

partager l’article
Thèmes
par l’auteur
Hans Killer
SVP (AG)
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
11.12.2018
L'UDC a combattu la loi sur le CO2. Ce projet hostile à la propriété privée et à... lire plus
Consultation
partager l’article
19.11.2018
L'UDC rejette le projet. Le traitement privilégié d'un certain modèle de prestation est objectivement injustifiable. Il provoque... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Politique extérieure

Indépendance et autodétermination

Politique du sport

Bon pour le corps et l’esprit

Politique de la famille

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle

Politique sociale

Consolider les institutions sociales – combattre les abus

Politique de l'énergie

Pour un approvisionnement énergétique sûr et avantageux

Politique des transports

Se déplacer librement sans obstacle chicanier

Politique de la formation

Système de formation axé sur la pratique au lieu de réformes à répétition

Politique Environnementale

Un environnement intact pour nous et nos descendants

Politique de l'économie

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Recommander cette page par E-Mail


Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord