Participer
Exposé
Conférence de presse de 06. janvier 2003

Le projet du Conseil fédéral doit Être refusé

L’UDC a perdu d’extrême justesse la bataille pour l’initiative populaire "contre les abus dans le droit d’asile". Ce résultat serré confirme néanmoins de manière éclatante que la politique d’asile…

Otto Laubacher, conseiller national, Kriens (LU)

La loi sur l’asile doit être révisée

L’UDC a perdu d’extrême justesse la bataille pour l’initiative populaire « contre les abus dans le droit d’asile ». Ce résultat serré confirme néanmoins de manière éclatante que la politique d’asile de la Suisse part dans une mauvaise direction, et cela depuis de nombreuses années. Bien que révisée à plusieurs reprises, la législation sur l’asile présente toujours des lacunes graves:

  • toute personne peut déposer une demande d’asile en Suisse, même si elle est arrivée en Suisse après avoir transité par un pays sûr;
  • les procédures d’asile et de recours durent plusieurs années, si bien qu’elles débouchent dans plus de 50% des cas sur des admissions provisoires;
  • la maladie entraîne l’admission; cette disposition élargit le droit d’asile et affecte le système de santé publique suisse qui est déjà dans une situation catastrophique;
  • chaque canton offre autant de confort qu’il veut aux requérants d’asile; la Suisse s’est ainsi faite une réputation de pays d’accueil extrêmement généreux;
  • les décisions de renvoi ne sont pas exécutées avec toute la rigueur voulue.

Il est évident qu’il faut agir. Même la conseillère fédérale Ruth Metzler l’a admis pendant la campagne de votation. Elle a avoué que l’initiative mettait en évidence des dysfonctionnements réels. Toutefois, elle s’est toujours référée au projet de révision de la loi sur l’asile pour annoncer la fin de cette situation inadmissible. Elle a promis que le Conseil fédéral mettrait en place une nouvelle loi sur l’asile qui combattrait efficacement les abus tout en maintenant la tradition humanitaire de la Suisse. Contrairement à la loi sur l’asile, ce projet permettrait de résoudre le problème par des solutions réalistes, a-t-elle annoncé.

Le projet du Conseil fédéral aggrave au contraire la situation

L’UDC soutient la tradition humanitaire de la Suisse. Mais la politique d’asile actuelle n’a aucun rapport avec cette tradition humanitaire. Le fait est que ce sont avant tout les requérants les plus astucieux qui parviennent à obtenir une autorisation de séjour. La révision de la loi sur l’asile proposée par Ruth Metzler n’y change rien. Au contraire, elle ouvrira les portes encore plus grandes aux abus. La disposition la plus désastreuse de cette réforme est le nouveau statut qu’elle instaure. En effet, les nouvelles admissions humanitaires et provisoires servent uniquement à réduire de manière superficielle les innombrables cas pendants. Ainsi, les requérants dont la demande a été refusée bénéficieront d’une admission proche de celle accordée aux vrais réfugiés. Même constat pour l’article 59 de la loi sur l’asile qui offre de nouveaux moyens d’obtenir un permis de travail. Les mêmes dispositions sur ce nouveau statut de séjour se trouvent également dans la LSEE, donc dans la loi sur le séjour et l’établissement des étrangers. Bien sûr, on affirme que ces permis ne sont accordés que pour 12 mois et qu’ils peuvent être retirés. L’expérience pratique a cependant montré qu’ils assurent en réalité un séjour durable en Suisse.

Parmi les autres points à critiquer, il faut citer l’absence de définition du standard de l’assistance ainsi que l’obligation de nommer une personne de confiance pour les requérants mineurs selon l’article 17 LAsi. Que l’on s’imagine cela dans la pratique: des jeunes font un long voyage à travers l’Europe pour arriver en Suisse; ils passent peut-être pour des adultes dans leur pays d’origine, mais, en Suisse, on est obligé de leur offrir une assistance tutélaire.

Il est en outre évident que la fameuse réglementation de l’Etat tiers proposée par le Conseil fédéral et si souvent citée dans la campagne de votation contient tant d’exceptions qu’elle n’apportera finalement rien du tout (art. 34 LAsi). De plus, elle est liée à une procédure compliquée. Manifestement, ses auteurs n’ont pas voulu imposer une réglementation efficace. Le seul but est de faire semblant de reprendre une disposition de l’initiative UDC sur l’asile. En réalité, la formulation de ces articles enlève toute efficacité à cette réglementation. Il ne faudra pas s’étonner de voir une multitude de requérants d’asile se découvrir une foule de parents et d’amis proches en Suisse.

Le fait que la nouvelle loi ne restreint pas les possibilités d’exercer une activité lucrative en Suisse révèle bien l’état d’esprit de ses auteurs (art. 43, al. 3bis et art. 61). De toute évidence, l’objectif n’est plus de combattre les abus dans le droit d’asile. Les autorités concernées se sont résignées depuis fort longtemps et sont prêtes à recruter de la main-d’œuvre par le biais de l’asile alors que le droit des étrangers exclut cette possibilité pour les pays non membres de l’UE. Notre Etat de droit prend un chemin inquiétant.

La révision de la loi sur l’asile n’est pas acceptable

L’UDC ne peut pas accepter cette révision de la loi sur l’asile. Ce projet ne reprend qu’en apparence certaines propositions de l’initiative sur l’asile, mais n’offre en réalité aucune base pour combattre les abus. Il s’agit simplement d’un acte de résignation devant la montagne de cas pendants. Cette attitude ne répond certainement pas à la volonté exprimée par le peuple le 24 novembre 2002. Le malaise devant ces dysfonctionnements est immense et si le peuple a fini par refuser l’initiative sur l’asile, c’est uniquement parce qu’il avait confiance dans la promesse du Conseil fédéral de promulguer une meilleure loi. Or, il n’en est rien. L’UDC rejettera donc ce projet. Ce texte doit être revu de manière à ce que la législation sur l’asile atteigne effectivement son objectif qui n’est en tout cas pas de faciliter la tâche des autorités. Compte tenu de l’évolution actuelle en matière de migration, la loi doit proposer des mesures efficaces contre les demandes d’asile abusives. Si le projet de révision ne répond pas à cette exigence, l’UDC n’hésitera pas à lancer un référendum.

partager l’article
Thèmes
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
15.08.2019
La Confédération annonce une fois de plus une baisse du nombre de demandes d'asile. Pure propagande, car... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
29.05.2019
Le Conseil fédéral a approuvé un concept permettant l'accueil direct de grands groupes de réfugiés. L'UDC s'oppose... lire plus
éditorial
partager l’article
06.05.2019, de Thomas Matter
L'immigration incontrôlée en Suisse pose de plus en plus de problèmes. Il reste aux Suissesses et aux... lire plus
Thèmes et positions
Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Internet et numérisation
Pour un internet libre.
Sécurité, droit et ordre

Protéger les victimes et pas les délinquants.

L’être humain, la famille, la communauté

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Energie

Pour un approvisionnement énergétique qui a de l’avenir.

Nous sommes la patrie

La Suisse a sa propre histoire, une histoire marquée par sa diversité culturelle, ses traditions, ses valeurs et par les femmes et les hommes qui cohabitent pacifiquement dans ce pays.

Religion

Nous engager pour nos valeurs.

Armée

La sécurité de la population.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord