Participer
Exposé

Les accords bilatéraux, le grand problÈme du canton du Tessin

Le canton du Tessin a un grand problème. Ce problème s’appelle "accords bilatéraux". Pour illustrer cette problématique, il suffit de se référer à un sondage effectué par la Chambre du commerce du…

par Marco Chiesa, député au Grand Conseil, Lugano (TI)

Le canton du Tessin a un grand problème. Ce problème s’appelle « accords bilatéraux ».

Pour illustrer cette problématique, il suffit de se référer à un sondage effectué par la Chambre du commerce du canton du Tessin. La situation dramatique que vit actuellement notre région en ressort parfaitement.

Plusieurs centaines de patrons des arts et métiers ont répondu à la consultation et la moitié d’entre eux se sont plaints de sérieux problèmes d’application des accords bilatéraux et notamment d’accès aux marchés étrangers. 46,7% des sujets interrogés ont répondu par oui à la question de savoir s’ils avaient des problèmes avec la bureaucratie italienne; 17,1% ont dit avoir eu des problèmes quelques fois et seuls 36,3% ont affirmé ne jamais avoir eu de problèmes bureaucratiques.

A la deuxième question « Quelles sont les conséquences de la bureaucratie italienne pour votre entreprise? », presque un tiers des sujets interrogés a répondu que leurs partenaires italiens avaient fini par résilier le contrat. Un sondé a même affirmé que la bureaucratie italienne croissante l’empêchait de conclure des contrats parce que les partenaires commerciaux de l’autre côté de la frontière refusaient d’assumer les importants frais financiers qu’entrainaient les exigences administratives des autorités fiscales italiennes. 83,9% des chefs d’entreprise interrogés ont critiqué une hausse massive des taxes et émoluments du côté des autorités italiennes.

Malheureusement on ne peut pas choisir ses voisins et nous autres Tessinois avons toujours eu du mal avec les Italiens. C’était l’Italie qui en 1999 déjà plaçait notre pays sur desdites listes noires, donc des listes de pays offrant prétendument des privilèges fiscaux. Notre voisin du sud vient d’édicter sous la conduite de son ministre des finances et de l’économie, M. Tremonti, de nouvelles normes injustifiables concernant la fraude fiscale. Ces règles durcissent encore plus les conditions légales et accroissent les contraintes administratives sans aucune raison valable.

Nous autres Suisses, nous respectons les règles et les contrats. Mais si on continue de nous diffamer grossièrement, nous n’accepterons plus de donner du travail à 50 000 frontaliers, chiffre qui correspond à un quart de tous les emplois du Tessin, et d’accueillir 12 000 autres citoyens italiens résidant au Tessin. Nous n’accepterons plus non plus d’envoyer chaque année quelque 50 millions de francs d’argent des contribuables en Italie sans jamais rien recevoir en contrepartie. Le principe de la réciprocité n’existe tout simplement pas dans les relations avec l’Italie. Bien au contraire, les Italiens empêchent nos entreprises de travailler et pratiquent un véritable terrorisme d’Etat contre notre canton. Les trois amnisties fiscales lancées en l’espace de dix ans seulement illustrent parfaitement ce propos.

Nous avons appris récemment à notre grande surprise que la Commission UE avait l’intention d’examiner le comportement de l’Italie à l’égard de la Suisse. Estimant qu’il y avait une « possible discrimination d’entreprises suisses » dans le domaine des marchés publics, l’UE a ouvert contre l’Italie une procédure pour violation des accords. Cher Monsieur le Président, Cher Monsieur le Conseiller fédéral, Chers Délégués, les conseillers nationaux tessinois Pelli et Lombardi prêchent de Chiasso à Airolo que les accords bilatéraux apportent davantage de prospérité et de meilleures possibilités économiques au Tessin. La réalité est passablement différente: nous offrons à nos voisins de meilleurs débouchés; les travailleurs et entrepreneurs italiens peuvent tranquillement vaquer à leurs affaires en Suisse et mettre sous pression les arts et métiers locaux en pratiquant des salaires de dumping alors que l’Italie ne nous offre pas la pareille. Bref, nous subissons tous les effets négatifs de cette application unilatérale des accords.

Notre canton est loin de Berne. Nous sommes séparés notamment par le St-Gothard où les interminables bouchons devant l’unique tunnel routier semblent souvent étouffer nos appels. Mais avec sa présence importante et bienvenue aujourd’hui à Lugano, l’UDC Suisse prouve qu’elle se sent proche des Tessinoises et des Tessinois et qu’elle saura soutenir avec vigueur les revendications de notre canton comme celles de toute la Suisse.

plus sur le thème
éditorial
partager l’article
01.07.2020, de Michaël Buffat
Fin mai, le parlement britannique a voté sa nouvelle loi migratoire qui prévoit la fin de la... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
30.06.2020
L'UDC salue l'ouverture, par son conseiller fédéral Ueli Maurer, de négociations avec la Grande-Bretagne en vue de... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
17.06.2020
depuis 1978 et 1996 tombera le 27 septembre 2020. Les adversaires de ce projet, le Groupement pour... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

Armée

La sécurité de la population.

Sport

Un esprit sain dans un corps sain.

Politique concernant les étrangers

Ramener l’immigration à un niveau raisonnable.

Formation

Stopper les réformes prétentieuses et irréalistes– revenir à une formation axée sur la pratique.

Energie

Pour un approvisionnement énergétique qui a de l’avenir.

Santé

La qualité grâce à la concurrence.

Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Politique d'asile

Corriger enfin le chaos qui règne dans la politique d’asile.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord