Participer
Exposé
Conférence de presse de 19. mai 2015

Les chiffres indiquent un développement inquiétant

Alors que les personnes du secteur de l’asile représentent 0,6% de la population, elles ont commis en moyenne 9% des violations du Code pénal lors de ces quatre dernières années.

Les statistiques de l’asile de ces dernières années mettent clairement en évidence les différents chantiers dans ce domaine:

Le nombre de demandes d’asile explose

L’évolution du nombre de demandes d’asile au fil des ans donne un tableau inquiétant: durant les années de fonction du conseiller fédéral Christoph Blocher à la tête du DFJP, les demandes d’asile ont massivement baissé grâce à une politique d’accueil restrictive et de dissuasion envers les bandes de passeurs. Depuis, les chiffres augmentent par poussées régulières. La Secrétariat d’Etat aux migrations prévoit pour 2015 environ 29 000 demandes d’asile, soit le chiffre le plus élevé depuis 15 ans et trois fois plus que sous l’ère de Christoph Blocher. Les chiffres détaillés figurent dans le document en annexe.

La statistique selon les pays d’origine indique clairement les effets de la politique

Contrairement à ce que répètent les médias et la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, la majorité des requérants d’asile ne proviennent pas des grandes régions en crise ou en guerre. Depuis 2007, l’Erythrée se classe en tête, sauf en 2009 et 2010 où ce pays a été dépassé par le Nigéria. Depuis 2014, les demandes en provenance du Sri Lanka augmentent massivement. Comme vous le constaterez en consultant le document joint en annexe, ces développements sont la conséquence de décisions politiques de l’Office fédéral de la migration – aujourd’hui Secrétariat d’Etat – et du Tribunal administratif fédéral. C’est dire que la Suisse peut parfaitement influencer le nombre de demandes d’asile par sa politique.

Le système de l’admission provisoire est abusé

En observant les effectifs de ces dernières années, on est frappé par l’augmentation massive du nombre de personnes admises provisoirement en 2014 et durant le premier trimestre 2015. Fin avril 2015, plus de 30 700 personnes – un record – vivaient en Suisse grâce à une admission provisoire. Cela fait presque 66% des personnes en procédure d’asile. Ces personnes n’ont en fait pas le droit de séjourner en Suisse, car on ne leur a pas reconnu la qualité de réfugié. Conclusion: cet instrument est abusé au profit de la politique socialiste de la conseillère fédérale concernée. L’admission provisoire est doublement avantageuse pour la Confédération: d’une part, elle lui permet de déléguer la responsabilité de ces personnes aux cantons et aux communes et, d’autre part, elle offre une occasion bienvenue de réduire le nombre de personnes en procédure d’asile et d’enjoliver ainsi la statistique des cas liquidés.

L’augmentation extrêmement rapide du taux d’accueil entre 2012 et mars 2015 révèle la même tendance: alors qu’en 2012 moins de 20% des requérants bénéficiaient d’une réponse positive ou d’une admission provisoire, cette proportion a presque atteint 60% au premier trimestre 2015!

Le principal problème de l’admission provisoire est que cette dénomination ne répond absolument pas à la réalité. Là encore, les chiffres indiquent que quasiment toutes les personnes ayant reçu un accueil provisoire restent en Suisse. Il est urgent d’adapter ce statut pour la clarté et la sécurité du droit en Suisse, mais aussi des personnes concernées.

Hausse des coûts de 56% uniquement au niveau fédéral

L’évolution des coûts du secteur de l’asile indique un niveau minimal pour la dernière année de fonction du conseiller fédéral Christoph Blocher (2007). Conséquence de l’application laxiste de la révision de la loi sur l’asile au niveau fédéral et cantonal et, partant, de l’augmentation du nombre de demandes, les coûts ont recommencé à échapper au contrôle à partir de 2008: entre 2007 et 2015, ils ont progressé de plus de 360 millions de francs (+56%).

A côté des coûts de l’asile annoncés par la Confédération, il faut compter autant pour les cantons et les communes. Ces dépenses ne comprennent pas les frais occasionnés pour la police, les tribunaux et les prisons par les requérants d’asile délinquants.

Fort taux de criminalité

Les requérants d’asile violent beaucoup plus souvent les lois suisses que ne le fait le reste de la population. Alors que les personnes du secteur de l’asile représentent 0,6% de la population, elles ont commis en moyenne 9% des violations du Code pénal lors de ces quatre dernières années. Il est évident que des individus qui violent aussi fréquemment les règles de leur pays d’accueil ne sont pas réellement menacés, sinon ils ne mettraient pas en péril leur refuge en Suisse par un comportement criminel. La Suisse doit donc agir beaucoup plus durement contre les requérants d’asile criminels. A chaque fois que c’est possible, les demandes de ces individus doivent être refusées et une expulsion doit être prononcée. Jusqu’à leur départ de Suisse, ils doivent être placés dans des centres fermés.

partager l’article
Thèmes
par l’auteur
UDC conseillère nationale (GE)
plus sur le thème
Journal du parti
partager l’article
13.03.2019, de Michaël Buffat
En publiant ses statistiques sur l’immigration et l’asile, la confédération tente de nous faire croire que la... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
05.02.2019
En publiant sa dernière statistique de l'asile, la Confédération cherche une fois de plus à donner l'impression... lire plus
Exposé
partager l’article
26.01.2019, de Andreas Glarner
La Suisse, l'un des pays les plus attractifs et les plus performants au monde, doté de surcroît... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Politique de la santé

Qualité grâce à la concurrence

Politique de la formation

Système de formation axé sur la pratique au lieu de réformes à répétition

Politique de la culture

La culture est l’affaire de la culture

Politique Environnementale

Un environnement intact pour nous et nos descendants

Politique agricole

Pour une production indigène

Propriété

Contre l’expropriation, pour la protection de la sphère privée

Politique de la sécurité

Punir les criminels au lieu de les chouchouter

Citoyen et l'Etat

Défendre la liberté menacée

Politique sociale

Consolider les institutions sociales – combattre les abus

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord