Participer
Exposé
Conférence de presse de 15. septembre 2006

L’étape de développement 08/11 réduit la capacité de défense de l’armée

La capacité de l’armée suisse de défendre effectivement le pays en cas d’attaque suscite des discussions de plus en plus critiques depuis quelques années. Une proportion croissante de la population a

La capacité de l’armée suisse de défendre effectivement le pays en cas d’attaque suscite des discussions de plus en plus critiques depuis quelques années. Une proportion croissante de la population a du mal à croire que notre armée est réellement préparée aux menaces actuelles, surtout depuis la réforme Armée XXI. Les nombreux problèmes d’organisation, dont certains ne sont toujours pas réglés à ce jour, ont également contribué à ce climat d’incertitude. Un exemple pour illustrer ce propos: la formation déficiente à cause d’un effectif insuffisant d’instructeurs.

S’engageant clairement pour une armée forte et crédible, pour la neutralité armée et pour le système de milice, l’UDC a déjà demandé à plusieurs reprises que les « travaux sous garantie » de la réforme Armée XXI soient enfin effectués et que l’armée soit réellement adaptée aux menaces actuelles. Il était évident aussi à nos yeux que la correction des défauts d’Armée XXI ne devait pas conduire à une nouvelle réforme en profondeur. On ne peut constamment réformer une entreprise sans risquer d’en compromettre le bon fonctionnement.

Or, c’est précisément ce que fait le Conseil fédéral avec son « étape de développement 08/11 ». Une fois de plus, les structures, le profil d’exigences et les concepts d’engagement de l’armée sont massivement modifiés. Ainsi, il est prévu de réduire de 50% – c’est énorme! – la capacité de défense de l’armée. Parallèlement, cette nouvelle réforme procède à une répartition des rôles entre unités de sécurité et unités de défense. Or, Armée XXI reposait sur le principe selon lequel des forces de défense bien instruites peuvent parfaitement assumer aussi des tâches de sécurité.

Il s’avère de plus en plus que ladite « montée en puissance » est le principal point faible de l’étape de développement 08/11
Tout en réduisant la capacité de défense de l’armée, cette réforme prévoit une « montée en puissance » en cas de besoin afin que l’armée puisse tout de même assumer son mandat constitutionnel de défense du pays et de la population. Or, cette conception n’est pas convaincante à plusieurs points de vue. L’acquisition du matériel nécessaire à cette montée en puissance coûterait quelque 40 milliards de francs et prendrait cinq à dix ans. Réparti sur une période de cinq ans, ce montant exigerait des crédits annuels d’environ douze milliards de francs. Il est absolument irréaliste d’imaginer un seul instant qu’un montant aussi énorme puisse faire l’objet d’un consensus et obtenir une majorité au Parlement.

De surcroît, le Conseil fédéral et le Parlement devraient déclencher la montée en puissance cinq à dix ans avant la matérialisation d’une menace. Le moment choisi pour ce déclenchement serait à lui seul une énorme affaire politique. La probabilité que cette décision soit prise au bon moment est donc très petite. Par ailleurs, dans une situation internationale forcément tendue, la Suisse aurait beaucoup de peine à réaliser une acquisition aussi importante d’armements dans les délais utiles. Enfin, la Suisse deviendrait vulnérable et s’exposerait aux pressions internationales.

Mais ce n’est pas tout. Une montée en puissance n’exige pas seulement des acquisitions de matériel et de gros moyens financiers, mais aussi une formation adéquate. Or, l’étape de développement 08/11 ramène la capacité de défense au niveau d’une compétence de défense. Il se pose donc la question de l’instruction militaire. Une armée de milice ne peut pas être augmentée ou réduite à brève échéance selon le bon vouloir de ses chefs. Bref, cette conception de la montée en puissance est une illusion, un tigre de papier. Cela ne fonctionnera évidemment jamais dans la pratique.

Même si les moyens affectés à la future armée sont réduits de dix pour-cent (par rapport au modèle Armée XXI initial), ce n’est pas une raison suffisante pour diminuer de moitié les forces de défense. Il s’agirait bien plus de concentrer les moyens restants sur cette tâche prioritaire. Le fait que, simultanément, l’autorité politique demande une révision de la loi sur l’armée pour renforcer la formation et les engagements militaires à l’étranger confirme bien le zèle réformateur excessif et surtout mal contrôlé des principaux responsables de notre armée.

Ce zèle réformateur irréfléchi éloigne de plus en plus l’armée de la population. Le peuple suisse veut, conformément à sa Constitution, une armée capable de défendre notre pays neutre et de protéger sa population. Or, la direction de l’armée s’acharne sur les engagements à l’étranger et ne voit point de salut en dehors de la coopération avec des armées étrangères et des pactes militaires. Cette politique compromet le soutien populaire de l’armée et rendra de plus en plus difficile l’obtention de majorités parlementaires en faveur des besoins de l’armée. Résultat: le fondement politique de l’armée s’effrite si bien que les futurs programmes d’acquisition d’armes et crédits d’investissement auront de plus en plus de mal à trouver des majorités au Parlement, voire au sein du peuple en cas de scrutin populaire. Pour couronner le tout, il n’est pas sérieux de lancer des changements aussi importants par le biais d’une simple révision d’ordonnance et sans discussion détaillée préalable.

L’UDC rejette l’étape de développement 08/11 et présente les exigences suivantes:

  1. La réforme Armée XXI que le peuple a approuvée en 2003 doit être réalisée et ses défauts doivent être corrigés.
  2. L’étape de développement 08/11 ne saurait être réalisée par la simple révision partielle de l’Ordonnance sur l’organisation de l’armée (OOrgA). L’UDC demandera donc le renvoi de ce projet au Conseil fédéral.
  3. Si effectivement le Conseil fédéral soutient le projet d’étape de développement 08/11, il doit préparer un projet de loi à cet effet. Le gouvernement doit cependant veiller à ce que l’armée puisse continuer d’assumer son mandat de défense sans la conception de la montée en puissance et sans adhésion à un pacte militaire.
  4. C’est au peuple qu’il appartient de décider d’une éventuelle modification du mandat de défense tel qu’il est inscrit dans la Constitution fédérale.
par l’auteur
Hans Rutschmann
(ZH)
plus sur le thème
Journal du parti
partager l’article
13.03.2019, de Maximilian Reimann
La directive citoyenne de l‘UE ouvrirait la porte de notre système de sécurité sociale aux citoyens de... lire plus
Journal du parti
partager l’article
20.02.2019, de Yves Nidegger
Les aberrations du système suisse des sanctions doivent être éliminées, et vite. Mais le Conseil des Etats... lire plus
Consultation
partager l’article
12.02.2019
L'UDC rejette catégoriquement la modification de la loi sur les armes du 28 septembre 2018 et par... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Politique sociale

Consolider les institutions sociales – combattre les abus

Le cas particulier suisse

Pour une Suisse indépendante et sûre d’elle

Politique Environnementale

Un environnement intact pour nous et nos descendants

Politique de la famille

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle

Politique financière

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat

Politique de la santé

Qualité grâce à la concurrence

Politique d'asile

Régler enfin le chaos dans le secteur de l’asile

Défense nationale

Pour la sécurité du pays et de ses habitants

Politique extérieure

Indépendance et autodétermination

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord