Participer
Exposé

L’importance de la liberté

Je ne suis pas un motard. Mais souvent quand je dois me battre – notamment quand j’étais conseiller fédéral, dans mon bureau et dans les salles de séance des commissions – avec des lois, des…

I. La liberté en danger
Je ne suis pas un motard. Mais souvent quand je dois me battre – notamment quand j’étais conseiller fédéral, dans mon bureau et dans les salles de séance des commissions – avec des lois, des prescriptions et d’autres projets hostiles à la liberté, je m’ennuie du plein air, de la nature, de la liberté. Et j’envie les motocyclistes.

Car, vous les motards, vous avez le plein air, la nature, la liberté, vous pouvez les rejoindre sur vos engins. Vous vivez la liberté en roulant sur les routes des cols, loin des grandes artères – peut-être même sur la légendaire « Route 66 » (sixty-six) aux Etats-Unis.

Mais votre liberté et votre indépendance sont de plus en plus restreintes par des prescriptions et des interdictions bureaucratiques. Peut-être certaines de ces règles sont utiles à la sécurité routière, mais on a trop souvent l’impression qu’il s’agit de pures chicaneries.

Non seulement votre liberté personnelle de motards et de citoyens, mais aussi la liberté et l’indépendance de tout le pays sont en danger. Ces droits sont compromis à tous les niveaux.

Les hommes à la recherche de liberté du légendaire film « Easy Rider » ont finalement trouvé la mort. Chez nous, on ne va pas si loin. Notre liberté et notre indépendance sont minées de manière plus subtile. Et c’est là que nous devons résister.

II. La première landsgemeinde des motards
Voilà pourquoi, Mesdames et Messieurs, nous tenons aujourd’hui cette landsgemeinde, à ma connaissance la première landsgemeinde des motards depuis la naissance de la Confédération. Il est vrai que cela eût été difficile avant 1900…

Qu’est-ce qu’en fait une landsgemeinde? Selon le lexique historique de la Suisse, une landsgemeinde est une assemblée constitutionnelle obéissant à un cérémonial solennel des habitants masculins d’un Etat à l’occasion de laquelle on élit les autorités et ont décide de projets politiques.

Nous avons quelque peu modernisé cette forme originale en l’ouvrant – comme vous pouvez le constater – également aux femmes. Malheureusement, nous ne pouvons pas élire le Conseil fédéral et nous ne pouvons pas non plus décider d’objets politiques. C’est dommage, car le résultat serait sans doute plus intelligent que celui des votes de la Berne fédérale.

Nous sommes ici pour nous engager en faveur de notre liberté en tant que motards et citoyens ainsi que pour la liberté et l’indépendance de notre pays. Nous vous soumettrons par la suite la résolution intitulée « Plus de liberté – moins de chicaneries ». Nous nous efforcerons ensuite de faire valoir au Parlement ces exigences en faveur de tous les motocyclistes.

Je vous remercie d’être venus ici – certains de très loin – pour annoncer la couleur en faveur de la liberté.

III. Pour la liberté et les droits populaires
Mesdames et Messieurs, il est absolument nécessaire que nous nous battions et que nous nous engagions en faveur de notre liberté et de notre indépendance. Si la Suisse se porte mieux que la majorité des pays autour de nous, c’est parce que son peuple possède des droits et des libertés uniques au monde. Parce que dans toutes les grandes décisions le peuple a le dernier mot, si bien que les politiques peuvent faire moins de sottises que dans les autres pays.

C’est parce que le peuple peut dire non dans une démocratie directe et parce qu’il dit souvent non, les politiques peuvent dépenser moins d’argent que dans les autres pays. Voilà pourquoi nos finances publiques se portent mieux – ou moins mal – que dans les autres pays.

Prenez par exemple la TVA. Pourquoi avons-nous une TVA de 8% et non pas de 15, de 20% voire davantage comme les pays membres de l’UE? Parce que le taux de TVA est inscrit dans la Constitution fédérale et parce que chaque augmentation – fût-elle d’un dixième – exige l’approbation de la majorité du peuple et des cantons.

IV. Non à la reprise automatique du droit étranger
Mais, Mesdames et Messieurs, nos droits démocratiques, nos libertés et notre indépendance sont en danger. Nombre de politiques et lesdites élites veulent miner les droits populaires, car ils constituent pour eux un obstacle gênant sur la voie vers l’adhésion à l’UE. On veut invalider des initiatives populaires qui contreviennent prétendument audit droit international et on rechigne à appliquer les initiatives acceptées par le peuple.

De surcroît, des fonctionnaires et politiques de la Berne fédérale travaillent à des « solutions institutionnelles » pour la reprise du droit UE par la Suisse. En clair, cela signifie que la Suisse reprendrait automatiquement le droit UE sans que le peuple n’ait un mot à dire. Il s’agit là, ni plus, ni moins, d’une adhésion rampante à l’UE. Et c’est là, Mesdames et Messieurs, que nous devons résister.

Car une Suisse sans ses exceptionnels droits démocratiques et libertés ne serait plus la Suisse!

V. Remerciement et appel
C’est grâce à la volonté de liberté de son peuple que la Suisse est devenue une histoire à succès – et non pas grâce aux prescriptions et interdictions bureaucratiques. Voilà pourquoi nous avons adopté la devise  » Plus de liberté – moins de chicaneries ». Vous en tant que motards et citoyens, vous êtes les porte-drapeaux de la liberté et de l’indépendance. Je vous remercie de votre engagement et de votre soutien.

partager l’article
par l’auteur
UDC anc. conseiller fédéral (ZH)
plus sur le thème
Journal du parti
partager l’article
13.03.2019, de Albert Rösti
C’est pire que ce que l’on craignait: incroyable, totalement inadéquat, inutilisable et destructeur. Ces pensées m’ont traversé... lire plus
Journal du parti
partager l’article
13.03.2019, de Nadja Pieren
L’accord-cadre avec l’UE ne devrait pas être considéré comme une simple orientation politique prise à distance par... lire plus
Journal du parti
partager l’article
13.03.2019, de Albert Rösti
En approuvant l’accord-cadre avec l’UE, le PLR a franchi ses propres lignes rouges. Il brade des valeurs... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Politique financière

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat

Politique de la formation

Système de formation axé sur la pratique au lieu de réformes à répétition

Politique des étrangers

Limiter l’immigration

Politique agricole

Pour une production indigène

Politique des médias

 Plus de diversité, moins d’Etat

Politique Environnementale

Un environnement intact pour nous et nos descendants

Politique de l'économie

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie

Politique de la sécurité

Punir les criminels au lieu de les chouchouter

Politique sociale

Consolider les institutions sociales – combattre les abus

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord