Participer
Exposé

L’incohérence des Verts

Les Jeunes Verts ont un problème avec les activités de construction en Suisse. Ils ne peuvent accepter que l’on construise autant dans notre pays. Leur plus grand argument est la protection des terres cultivables. Mais leur initiative contre le mitage est-elle effectivement un remède contre la perte de terres cultivables ? Où s’agit-il plutôt d’une action contre les symptômes du mal ? Cette question, je me la pose souvent. Le paysan que je suis est bien sûr intéressé à la protection des terres cultivables. Nous le sommes aussi en tant que parti politique. Et je le dis d’emblée : l’UDC est le seul parti qui propose des solutions réalistes pour la sauvegarde des terres agricoles.

L’immigration de masse détruit les terres cultivables
L’élément le plus important dans ce débat est évidemment l’initiative contre l’immigration de masse. L’énorme croissance démographique qu’a connue la Suisse durant les dix dernières années est le principal moteur des activités de construction en Suisse. 800’000 nouveaux habitants en l’espace de 10 ans, cela signifie une augmentation massive des besoins de logement, d’équipements de mobilité, d’installations de loisirs, etc. Mais où étaient donc les Verts quand il s’agissait d’agir ? Ont-ils soutenu le souhait de l’UDC et de la majorité de la population ? Bien sûr que non. Eux aussi ont participé à la violation de la Constitution fédérale perpétrée par le Parlement, si bien que l’immigration se poursuit sans frein. L’immigration est le plus grand destructeur de terres cultivables. Les Verts devraient enfin en être conscients. Les chiffres sont pourtant clairs : entre 1985 et 2009, la population de la Suisse a passé de 6,4 à 7,7 millions de personnes. Elle est actuellement de 8,4 millions, soit une hausse de 20,1%.

Durant cette même période la surface urbanisée a augmenté de 23,4%. Ces chiffres indiquent clairement où il faut intervenir en priorité. C’est-à-dire contre l’immigration démesurée. Il est incohérence que les Verts n’aient pas soutenu l’UDC.

Mais ce n’est pas tout. La nouvelle loi sur la protection des eaux détruit des surfaces considérables de terre cultivable d’excellente qualité. Mais les Verts s’en moquent. Seule l’UDC se bat réellement pour la protection des terres agricoles. Malheureusement en vain. Durant les 20 ans à venir quelque 20’000 hectares de terres-cultivables seront ainsi détruits sans motif valable. Rappelons aussi l’initiative pro-vélo sur laquelle nous avons voté l’an passé. De nouvelles pistes cyclables se réalisent forcément au détriment de terres cultivables. Où étaient les Verts ? Voilà quelques constats illustrant l’inconséquence complète de ce parti.

Hausse des loyers
L’initiative sur laquelle nous sommes appelés à voter le 20 février prochain ignore les racines du mal et vise uniquement les symptômes. Mais elle est tout de même dangereuse. Le mitage m’inquiète et avec moi beaucoup d’autres membres de notre parti. Mais cette initiative passe à côté de l’objectif et pénalise une fois de plus des innocents. Elle exige que des nouveaux terrains à bâtir ne puissent être délimités que si d’autres terrains à bâtir d’une même surface sont déclassés ailleurs. En d’autres termes, les communes qui ont utilisé parcimonieusement leur sol seront pénalisées alors que celles qui se sont dotées de généreuses réserves de terrains à bâtir seront favorisées. Ce n’est certainement pas la bonne voie.

Si on crée artificiellement une pénurie de surfaces constructibles, on provoque forcément une hausse massive du prix du terrain et des loyers. Concrètement, une jeune famille rêvant de s’offrir son propre logement aura abandonner son rêve, car elle ne pourra plus payer des prix immobiliers en hausse. Les loyers sont également   poussés vers le haut par une immigration démesurée et les effets pervers de cette initiative.

L’agriculture, les arts et métiers et le tourisme sont pénalisés
Pour l’agriculture aussi, les effets de cette initiative seront douloureux. De nouveaux équipements d’engraissement de poulets ou de porcs et de nouvelles serres à légumes ne pourront plus être réalisés dans une zone agricole, mais devront être installés sur des terrains constructibles. Imaginez les problèmes qui en résultent à cause des émissions de bruit et d’odeurs. Comment construire une étable pour l’engraissement de porcs à côté d’un immeuble résidentiel ? C’est tout simplement impossible. Mais dans la réalité cela n’arrivera de toute manière pas, car le terrain serait trop cher pour exploiter de manière rentable un tel équipement. Beaucoup d’agriculteurs abandonneraient donc ces productions. Ce qui signifie la baisse de la production de viande de poulet et de porc ou encore de tomates et d’autres légumes. Cette initiative provoquera donc une hausse des importations.

Les arts et métiers et le tourisme seraient eux aussi des victimes de cette initiative. Un artisan souhaitant agrandir son site de production sera privé de le faire parce que la commune ne pourra plus délimiter de nouvelles surfaces à bâtir. Il sera donc placé devant le choix suivant : renoncer à son affaire ou délocaliser à l’étranger. Ce n’est certainement pas la bonne solution. Nos arts et métiers doivent pouvoir se développer. C’est une question vitale pour l’économie suisse. Le tourisme, autre branche très importante pour la Suisse, serait lui aussi entravé. On ne pourrait plus construire des nouveaux restaurants de montagne, des remontées mécaniques et d’autres équipements de loisirs.

Conclusion : cette initiative ne résout aucun problème, mais en crée de nouveaux.

En fin de compte, les loyers augmenteraient massivement. Les jeunes familles ne pourraient pas réaliser leur rêve d’acquisition d’un logement en propriété. Les arts et métiers ne pourraient plus se développer. Le tourisme serait fortement entravé. Les paysans ne pourraient plus construire des étables et les importations alimentaires augmenteraient. Autant de bonnes raisons pour rejeter catégoriquement cette initiative.

partager l’article
Thèmes
par l’auteur
UDC conseiller national (SZ)
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
17.09.2019
Réuni en séance aujourd'hui, le groupe parlementaire UDC s'est prononcé à l'unanimité pour l'initiative populaire "Oui à... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
04.09.2019
Le groupe parlementaire UDC a été informé durant sa séance d'aujourd'hui sur le Pacte mondial de l'ONU... lire plus
éditorial
partager l’article
22.08.2019, de Christian Imark
Le projet de loi sur le CO2, que la commission de l'environnement du Conseil des Etats a... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Religion

Nous engager pour nos valeurs.

Médias

Plus de diversité, moins d’Etat.

Transports

Halte aux bouchons et aux mesures chicanières dans le trafic routier.

Finances, impôts et redevances

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat.

Liberté et sécurité

Défendre la liberté menacée.

Politique d'asile

Corriger enfin le chaos qui règne dans la politique d’asile.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord

Êtes-vous prêt à vos engager pour une Suisse sûre et libre ?

Participe - garantir le succès des élections

Engage-toi avec nous:

Je donne mon temps pour une Suisse libre et sûre