Participer
Exposé

Loi sur l’aménagement du territoire: chronique d’une révision ratée

Le referendum contre la révision de la LAT a abouti avec plus de 69’000 signatures…

Le referendum contre la révision de la LAT a abouti avec plus de 69’000 signatures.

Le 15 juin 2012 n’a résolument pas été un jour faste. Ce jour-là en effet, le Parlement a adopté la révision de la loi sur l’aménagement du territoire en votation finale – contre l’avis de l’usam et d’autres organisations économiques, mais surtout contre l’avis d’une très forte majorité du groupe UDC (48 non, 5 oui et 2 abstentions).

Sous la pression de l’initiative pour le paysage dont l’acceptation serait dangereuse, le Conseil fédéral a soumis en toute hâte au Parlement un projet de révision partielle de la loi sur l’aménagement du territoire au titre de contre-projet indirect. Il faut reconnaître au Conseil fédéral le mérite d’avoir élaboré un projet tout à fait modéré, que nous pouvions accepter. En l’occurrence, il s’agissait avant tout de mettre en place des mesures ciblées pour s’attaquer à deux problèmes urgents : le mitage du paysage et la disparition des terres agricoles. La solution consistant d’une part à mieux gérer le développement urbain, d’autre part à encourager les cantons à utiliser les terrains à bâtir.

Au fil des délibérations parlementaires, le projet a été constamment durci, tant et si bien que sur certains points la version définitive va même plus loin que l’initiative rose-verte pour le paysage. Et comme vous le savez, celle-ci prévoit un moratoire de vingt ans sur les zones à bâtir. A cet égard, il est intéressant de constater que c’est le Conseil des Etats qui, par crainte de l’initiative, est parti sur la mauvaise voie et a encore gauchisé le projet. Mais la peur est mauvaise conseillère…

Pour les opposants, trois dispositions sont tout à fait inacceptables:

  • l’obligation de déclasser les zones à bâtir qui dépassent les besoins prévisibles pour les quinze années suivantes. Plus de la moitié des cantons se verraient obligés de déclasser plus de 50% de leurs zones à bâtir non construites, ce qui représente 18 800 hectares pour une valeur de 40 milliards de francs. Qui va payer ? La multiplication des litiges et les hausses d’impôt sont d’ores et déjà programmées. A la fin les tribunaux vont décider.
  • l’obligation de construire dans un délai imparti sous peine de sanctions. Un tel instrument n’a pas sa place dans une économie libérale et porte une atteinte massive aux droits de propriété. Il faut laisser au propriétaire foncier le soin de choisir quand il souhaite construire son terrain ou le vendre. De nombreux chefs d’entreprise doivent disposer de réserves de terrains à des fins d’expansion. Veut-on que l’Etat puisse le leur interdire ? Ou qu’il puisse interdire aux parents de réserver un terrain sur lequel leurs enfants pourront un jour construire ?
  • la taxe sur la plus-value. Le renforcement des prescriptions fédérales en matière de prélèvement des plus-values d’immeubles découlant de mesures prises en vue de l’aménagement du territoire prévoit une taxe d’au moins 20% pour les nouvelles zones. Cette formulation vague ne peut qu’inciter les cantons à fixer des taux et des taxes plus élevés également lors de changements d’affectation. On risque donc d’assister à une augmentation des impôts, des taxes et des émoluments et à l’introduction de nouvelles ponctions. Ce n’est certainement pas ce que vous voulez. Et ce n’est en tout cas pas ce que veut l’usam.

Je le dis et je le répète: l’initiative elle-même ne prévoit pas de mesures aussi contraignantes et hostiles à la propriété. Il n’est donc pas étonnant que ses auteurs se soient réjouis du «cadeau parlementaire» avant de retirer leur initiative sous condition: à savoir que la révision entre en vigueur.
Les opposants voient en l’occurrence des bonnes raisons de combattre le contre-projet indirect et donc de signer le référendum:

  1. pour garantir le droit de propriété 
  2.  pour éviter la contrainte et la mise sous tutelle des citoyens
  3. pour lutter contre l’augmentation des prix des logements
  4. pour empêcher l’introduction de nouveaux impôts
  5. pour stopper le gonflement de la bureaucratie
  6. pour assurer l’espace nécessaire au développement économique
  7. pour éviter la mise sous tutelle des cantons et soutenir le fédéralisme
  8. de nombreux litiges devront être réglés par les tribunaux

Car c’est l’évidence même: la mise en œuvre de ces mesures coercitives, discutables sur le plan de l’aménagement du territoire et hostiles à la propriété, ne manquera pas d’entraîner une nouvelle raréfaction et donc un renchérissement des terrains à bâtir. Nous assisterons forcément à une hausse des prix des logements et des locaux artisanaux de même qu’à une hausse généralisée des prix de l’immobilier. Les perdants ne seront ni les riches ni les spéculateurs, mais bien la grande majorité des locataires et des PME. Et qui paiera le prix de cette révision ratée ? La classe moyenne, une fois de plus ! Quant aux prélèvements des plus-values, ils ne suffiront jamais à financer les déclassements nécessaires. Dans les cantons et communes dominés par des majorités roses-vertes, l’adoption de la révision ouvrira donc grand la porte aux hausses d’impôts, de taxes et de redevances.

Nous ne nous opposons pas à un aménagement raisonnable du territoire : nous sommes nous aussi contre le mitage du paysage et préconisons l’application de réglementations très strictes en matière de construction hors des zones à bâtir. Nous nous engageons en faveur d’une densification de l’habitat et, à ce titre, à déjà lancer un projet de revitalisation des centres des villes et des localités. La révision adoptée par les Chambres fédérales va toutefois beaucoup trop loin. Le projet touche aux fondements mêmes de ce qui fait le succès de notre système politique. Décider de son adoption ne doit donc pas revenir au seul Parlement ; le peuple doit avoir le dernier mot !

Votez NON à la révision de la loi sur l’aménagement du territoire.

partager l’article
par l’auteur
SVP conseiller national (FR)
en lire plus
Thèmes et positions
Politique des transports

Se déplacer librement sans obstacle chicanier

Le cas particulier suisse

Pour une Suisse indépendante et sûre d’elle

Politique de la famille

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle

Politique de la culture

La culture est l’affaire de la culture

Politique de la sécurité

Punir les criminels au lieu de les chouchouter

Politique extérieure

Indépendance et autodétermination

Politique financière

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat

Citoyen et l'Etat

Défendre la liberté menacée

Politique des étrangers

Limiter l’immigration

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Recommander cette page par E-Mail


Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord