Participer
Exposé
Conférence de presse de 18. novembre 2005

L’UDC et les droits populaires

Dans le courant des deux dernières années, l’UDC a récolté environ 450’000 signatures, soit un peu plus de 70’000 pour le référendum contre l’assurance-maternité, 90’000 pour le référendum contre l’ac

Dans le courant des deux dernières années, l’UDC a récolté environ 450’000 signatures, soit un peu plus de 70’000 pour le référendum contre l’assurance-maternité, 90’000 pour le référendum contre l’accord de Schengen et 50’000 pour le référendum contre la libre circulation des personnes. Enfin, nous avons récolté 120’000 signatures pour l’initiative pour la baisse des primes et 120’000 pour l’initiative déposée aujourd’hui, donc pour des naturalisations démocratiques. La moitié environ des signatures ont été récoltées par voie écrite, donc auprès des membres du parti; l’autre moitié a été réunie par des actions dans les rues. Nous avons tenu quelque 2000 stands dans les rues. Une telle concentration des activités de récolte a poussé les structures de notre parti à la limite de leurs possibilités, mais elle a aussi prouvé la force de l’UDC quand il s’agit d’utiliser les droits populaires.

Les initiatives et référendums lancés par l’UDC ont eu passablement de succès, non pas dans l’urne, mais à d’autres niveaux. Je songe par exemple à notre initiative sur l’or qui nous a permis d’empêcher la fondation de solidarité et de faire finalement aboutir tout de même une partie de l’or de la BNS dans le fonds AVS. Je pense également à l’initiative sur l’asile, que le peuple a rejetée d’extrême justesse, mais qui a tout de même provoqué un renforcement de la loi sur l’asile. Je saisis cette occasion pour remercier cordialement toutes celles et tous ceux qui ont fait cet immense travail. C’est uniquement grâce à leur engagement infatigable à la base que l’UDC peut exercer le droit du référendum et de l’initiative pour permettre au peuple de prendre position sur des projets importants et face à des problèmes urgents.

  • Le niveau des primes d’assurance-maladie est un des grands problèmes de notre époque. Notre initiative à peine déposée, le conseiller fédéral Pascal Couchepin s’est senti contraint de sortir les pouces et de proposer quelques réformes ou plutôt réformettes allant dans la bonne direction. Toutefois, le grand nombre de mini-réformes proposées provoque de la confusion au point que l’on perd de vue les deux grands objectifs à atteindre dans la santé publique, à savoir l’imposition des lois du marché et la baisse des primes. C’est dire l’importance de notre initiative qui propose une conception claire et nette pour atteindre ces buts. Il faut qu’elle soit soumise au peuple le plus rapidement possible. Nos chances de gagner cette votation augmentent avec chaque nouvelle hausse des primes.
  • Fin octobre 2003, nous avons dû interrompre durant trois mois la récolte des signatures pour la baisse des primes parce que le parti avait lancé le référendum contre l’assurance-maternité.
  • Le peuple et les cantons ayant rejeté trois fois d’affilée un projet d’assurance-maternité, les autres partis et le Conseil fédéral ont voulu empêcher que le peuple se prononce. L’UDC s’y est opposée avec succès en récoltant 72’279 signatures validées. Elle a du même coup manifesté sa fidélité à sa ligne, à savoir la baisse des impôts, taxes et redevances et le maintien d’une Suisse forte dans la concurrence internationale. Le 26 septembre 2004, le peuple a accepté l’assurance-maternité avec une majorité de 55,5%.
    Avec l’accord de Schengen, la Suisse a pris des engagements qui vont beaucoup plus loin que ceux découlant des autres accords bilatéraux. Notre Etat a ainsi abandonné d’importants droits de souveraineté. C’est en vain que l’UDC a demandé que cet accord soit soumis au référendum obligatoire. En 1999, le Conseil fédéral avait encore affirmé sans hésitation qu’une telle convention exigeait l’aval du souverain. Craignant que le projet n’obtienne pas la majorité des cantons, il a fait volte-face. L’UDC a donc dû lancer un référendum. Le Conseil fédéral fixant la date de la votation peu après le début du délai de récolte des signatures, il était évident que l’on voulait de toute manière laisser l’UDC récolter ces signatures.
  • Le 31 mars 2005, l’UDC a déposé plus de 85’000 signatures validées à la Chancellerie fédérale. On sait que nous avons perdu ce scrutin le 5 juin après une campagne mémorable. Nous sommes néanmoins heureux de constater que 45,4% des citoyennes et des citoyens se sont ralliés à notre cause. Il aurait été honteux pour notre démocratie directe que le peuple soit exclu du débat sur un thème aussi lourd de conséquences pour la Suisse. Les cantons, qui aujourd’hui jouent un rôle central dans l’application de l’accord de Schengen, n’ont malheureusement pas eu voix au chapitre. La situation était la même pour le projet d’extension de la libre circulation des personnes. L’UDC a apporté quelque 50’000 signatures aux auteurs de ce référendum.
  • Aujourd’hui, nous concrétisons notre dernière campagne en déposant l’initiative pour des naturalisations démocratiques. Nous remettrons après la conférence de presse 103’017 signatures à la Chancellerie fédérale. C’est le 13 décembre 2003 lors de son assemblée des délégués sur l’alpage d’Älggi que l’UDC a approuvé le principe de cette initiative qui a été définitivement lancée le 18 mai 2004. Avec cette initiative, nous fixons une fois pour toutes que nous refusons de nous laisser prendre nos droits démocratiques – ni par Lausanne, ni par Strasbourg, ni par Bruxelles.

L’UDC continuera de se battre avec détermination pour la sauvegarde des droits politiques et s’opposera à toutes les tentatives de court-circuiter le peuple. Nous ne permettrons pas que notre démocratie directe soit minée et que la classe politique tente d’écarter le souverain des grands choix politiques. L’UDC est pour la démocratie directe et contre une politique qui ignore la volonté populaire.

partager l’article
Thèmes
par l’auteur
UDC conseiller national (ZH)
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
26.09.2019
L'UDC est consternée devant la décision du Conseil des Etats de refuser l'initiative "Oui à l'interdiction de... lire plus
éditorial
partager l’article
20.09.2019, de Thomas Aeschi
L'accord-cadre institutionnel avec l'UE doit être catégoriquement rejeté. Ce traité viole l'indépendance de notre pays, les droits... lire plus
Journal du parti
partager l’article
09.09.2019, de Albert Rösti
en lire plus
Thèmes et positions
Politique concernant les étrangers

Ramener l’immigration à un niveau raisonnable.

Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

L’être humain, la famille, la communauté

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle.

Nous sommes la patrie

La Suisse a sa propre histoire, une histoire marquée par sa diversité culturelle, ses traditions, ses valeurs et par les femmes et les hommes qui cohabitent pacifiquement dans ce pays.

Transports

Halte aux bouchons et aux mesures chicanières dans le trafic routier.

Liberté et sécurité

Défendre la liberté menacée.

Sport

Un esprit sain dans un corps sain.

Agriculture

Pour une production indigène.

Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord

Êtes-vous prêt à vos engager pour une Suisse sûre et libre ?

Participe - garantir le succès des élections

Engage-toi avec nous:

Je donne mon temps pour une Suisse libre et sûre