Participer
Exposé
Conférence de presse de 19. mai 2011

Notre démocratie en danger, le peuple doit rester souverain

La proposition présentée par le Conseil fédéral dans le but de réduire les droits du peuple est un scandale aux yeux de l’UDC. Tant l’examen matériel préalable des initiatives populaires que…

Nous devons combattre la réduction massive des droits du peuple proposée par le Conseil fédéral.

La proposition présentée par le Conseil fédéral dans le but de réduire les droits du peuple est un scandale aux yeux de l’UDC. Tant l’examen matériel préalable des initiatives populaires que l' »avertissement » sur les listes de signatures et le durcissement des conditions de validation avec la référence aux obligations de la Suisse en matière de droit international constituent des atteintes inadmissibles aux droits démocratiques. Au fond, le Conseil fédéral cherche à se donner à lui-même, à l’administration et au Parlement un pouvoir supplémentaire en restreignant massivement les droits des citoyennes et des citoyens. Ce procédé est une attaque frontale contre les droits du peuple et la démocratie directe. Il va de soi que l’UDC combattra les propositions du gouvernement par tous les moyens politiques à sa disposition.

Dans sa réflexion sur la compatibilité des initiatives populaires avec le droit international, le Conseil fédéral met en danger notre démocratie directe.

Selon notre gouvernement, un contrôle matériel préalable des initiatives populaires et des conditions de validité plus strictes contribuerait à éviter des conflits entre le droit constitutionnel et le droit international. Telle est la conclusion du rapport additionnel sur la relation entre droit international et droit interne que le Conseil fédéral a approuvé.

La proposition présentée par le Conseil fédéral dans le but de réduire les droits du peuple est un pas à ne pas franchir pour notre démocratie. Tant l’examen matériel préalable des initiatives populaires et le durcissement des conditions de validation avec la référence aux obligations de la Suisse en matière de droit international constituent des atteintes inadmissibles aux droits démocratiques.

Dans ce contexte il faut distinguer le droit international impératif et le non impératif.

Selon le droit en vigueur, le Parlement peut invalider une initiative populaire si elle viole le droit international impératif comme par exemple l’interdiction du génocide, de la torture ou de l’esclavage. Le gouvernement propose d’y ajouter un examen matériel préalable avant le début de la récolte de signatures. Si l’initiative risque d’entrer en conflit avec n’importe quel accord international ou n’importe quelle disposition du droit international non impératif, un « avertissement » sera imprimé sur les listes de signatures.

L’intention véritable du Conseil fédéral est de se donner à lui-même et au Parlement les moyens d’écarter des thèmes déplaisants ou du moins d’influencer la manière de les traiter. Voilà l’objectif de cette proposition de restriction des droits démocratiques.

Parallèlement, le gouvernement demande une extension massive des motifs permettant de déclarer invalide une initiative populaire. Ainsi, le Parlement pourrait décider qu’une initiative populaire est non valable si elle n’est pas conforme « à l’essence des droits fondamentaux constitutionnels ». « Cette mesure selon le Conseil fédéral contribuerait à éviter des problèmes de compatibilité entre les initiatives populaires et le droit international », explique notre gouvernement qui n’a pas compris que par son principe même une initiative populaire vise précisément à modifier la Constitution fédérale.

En réalité, les propositions du Conseil fédéral ouvrent toutes grandes les portes de l’arbitraire. Le Conseil fédéral et le Parlement recevraient ainsi la possibilité d’invalider à bien plaire des initiatives qui ne leur conviennent pas en se référant à des notions de droit volontairement vagues. Ce procédé équivaut à une attaque frontale contre les droits du peuple et à une réduction massive de la démocratie.

Il est pour le moins curieux que ce droit démocratique qu’est l’initiative soit remis en question par notre gouvernement sur les sacro-saintes règles impératives du droit international, alors que ce même droit international est bafoué de façon permanent et inadmissible par certains pays.

Dans notre pays le peuple est souverain, le droit d’initiative est un droit fondamental qui doit le rester, l’UDC s’en porte garant.

Nous devons combattre ces propositions présentées par le Conseil fédéral, en nous engageant sans compromis pour les droits du peuple et la démocratie directe. Dans une démocratie directe, le peuple a toujours le dernier mot. Il faut que cela reste ainsi.

partager l’article
Thèmes
par l’auteur
UDC conseiller national (VD)
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
25.05.2019
Le groupe parlementaire UDC s'est réuni vendredi et samedi à Zurich pour préparer la session d'été des... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
22.05.2019
L'UDC est consternée par la décision de la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter de renoncer sous le prétexte... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
16.05.2019
L'UDC se voit confirmée dans sa position par les rapports complémentaires demandés par la ministre de la... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Internet et numérisation
Pour un internet libre.
Politique concernant les étrangers

Ramener l’immigration à un niveau raisonnable.

Sport

Un esprit sain dans un corps sain.

Agriculture

Pour une production indigène.

Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Finances, impôts et redevances

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat.

Sécurité, droit et ordre

Protéger les victimes et pas les délinquants.

Liberté et sécurité

Défendre la liberté menacée.

Energie

Pour un approvisionnement énergétique qui a de l’avenir.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord