Participer
Exposé

Oui à une incontournable modernisation

M. le Conseiller fédéral
Mmes et MM les parlementaires
Mmes et MM les délégués

A partir du moment où un peuple décide qu’il est nécessaire d’avoir une armée, je rappelle cependant ici que cette position ne fait pas l’unanimité parmi la population suisse, j’y reviendrai, il est important que cette armée réponde à deux critères fondamentaux à savoir respecter sa Constitution et être la plus opérationnelle que possible. Le projet Armée XXI retenu par le Conseil fédéral et le parlement répond totalement à ces deux critères, ce que je vais vous prouver par mes propos.

Sur le plan opérationnel, nous pouvons comparer l’organisation d’une armée à celle d’une entreprise privée. Il est du devoir des gestionnaires de trouver le meilleur rapport entre la qualité de la prestation et son coût sous peine de disparaître. En effet personne n’ignore que tant sur le plan militaire que sur le plan industriel ou commercial les choses évoluent très rapidement à notre époque. Que ce soit la technologie, les moyens de communication ou l’informatisation, entre autres, tout est vite dépassé, si bien que sans une réflexion régulière et la prise de disposition adéquate dans l’établissement d’une stratégie adaptée à cette évolution, l’entité concernée est sûre de prendre le chemin de la faillite ou n’est plus du tout opérationnelle.

Le monde paysan qui est bien représenté dans cette salle en sait quelque chose avec l’évolution de la politique agricole. Il ne sert à rien de dire que c’était mieux avant, nous ne serons plus jamais « avant », c’est ainsi et personne ne changera rien à cette dure réalité.

Fort bien me direz-vous, il suffit de doter notre armée du meilleur matériel moderne et le tour est joué. Eh bien non, et c’est là la première grave erreur que commettent les opposant à Armée XXI. Dans un contexte économique difficile, où les rentrées financières de la Confédération sont à la baisse et que le chômage est à la hausse, alors que d’une façon générale les dépenses de la Confédération augmentent, jamais le parlement et encore moins la population n’acceptera que la facture militaire reprenne des proportions plus élevées qu’actuellement dans le budget de l’Etat. C’est dans ce contexte que nous attendent ceux qui sont fondamentalement opposés à l’existence d’une armée en Suisse et qui arriveront à faire accepter demain par le peuple une nouvelle initiative pour sa suppression. Ils argumenteront que l’armée est trop chère et que de toute façon elle n’est plus adaptée structurellement aux conditions du moment. Le pire c’est qu’ils auront raison.

Vous l’avez bien compris, Mesdames et Messieurs, sans une modernisation de ses équipements notre armée ne sera plus crédible et, avec une modernisation sans restructuration, elle sera trop chère aux yeux du peuple.

Concernant la modernisation de l’équipement de notre armée, il est curieux de constater que certains des référendaires, qui sont eux-mêmes chefs d’entreprise ou parlementaires, et qui ne manquent pas une occasion pour critiquer et fustiger les administrations publiques en leur reprochant d’être trop laxistes, de ne pas s’adapter aux nouvelles lois du marché ou d’être trop lentes dans leur adaptation aux nouvelles technologies, en bref de ne pas s’avoir évolué comme ils l’ont fait eux ou comme il l’aurait fait d’après eux si on leur avait confié des responsabilités; ceux-là même souhaitent bloquer totalement l’évolution de notre armée en maintenant le concept armée 95 qui est totalement dépassé par la situation. En effet, armée 95 n’est pas allé assez loin dans sa réforme, ce qui est reconnu de la plupart de nos dirigeants militaires actuels, et donc ne peut pas continuer d’exister.

En fait, Mesdames et Messieurs, les opposants à Armée XXI sont de deux ordres avec des raisons différentes. Les premiers sont des nostalgiques du réduit national et de la Mob de 39-45. Il y a dans cette catégorie beaucoup d’officiers à la retraite qui ne peuvent pas accepter que l’armée soit organisée de façon différente que dans leur temps. Nous devons avoir du respect envers eux pour la façon exemplaire dont ils ont servi notre pays en son temps, mais cela n’empêche pas la terre de tourner autour du soleil, demandez à Galilée ce qu’il en pense. A la limite si eux-mêmes avaient dû écouter leurs prédécesseurs qui auraient écouté les leurs, ils auraient fait la Mob avec des hallebardes. Nous n’avons pas droit à la stagnation par regret du bon temps passé.

L’autre catégorie d’opposants et composée de personnes qui ont aussi une vision étroite des choses mais pour des raisons différentes. Ils veulent à tout prix faire de la Suisse une île au milieu d’un monde en mouvement. Ils croient que cela se passera éternellement sans problème et que l’on pourra éternellement tirer les marrons du feu en comptant sur les autres, y compris en matière de sécurité. Ils ont tort car nous ne pouvons pas ignorer le reste du monde et n’avons pas la capacité de vivre en autarcie en tout cas sur le plan économique.

Notre parti ne veut pas d’une intégration européenne en craignant que notre pays se noie dans l’immensité de cette dimension. Je suis totalement d’accord avec cet objectif. Notre parti veut absolument maintenir la position de neutralité de la Suisse. Je suis également totalement d’accord avec cette position. Mais il faut savoir qu’actuellement en matière de sécurité, à part la question des attentats, aucun pays n’attaquera directement le nôtre. Un conflit ne peut survenir que si un conflit lointain dégénère. C’est pourquoi aider les autres à maintenir la paix, comme le fait la swisscoy par exemple, constitue une assurance pour notre sécurité sans attendre égoïstement tout des autres et sans trahir notre neutralité puisque nous ne participons pas à l’imposition de la paix.

Quoi qu’il en soit, Armée XXI ne change en rien nos engagements actuels à l’étranger, ni rien non plus sur la question de l’entraînement de certaines troupes spécialisées à l’extérieur. Cela se fait pour des questions logiques d’espace à disposition, ou pour mieux connaître du matériel avec l’armée du pays qui l’a produit, ou pour des questions de logistique opérationnelle interactive en cas d’attaque contre l’ensemble ou partie des pays européens dont le nôtre. Ne soyons pas stupides, voyez la question des américains et des anglais qui se tirent dessus en Irak. Ces relations avec des armées étrangères vont dans le sens de la mission de notre armée à savoir garantir notre sécurité sans rien changer à notre neutralité.

Le Conseil fédéral, et nous lui donnons raison, ne veut pas que notre pays adhère à l’OTAN. De toute façon l’UDC y veillera. La neutralité de notre pays est respectée et continuera de l’être, personne en Suisse n’a intérêt à sortir de notre position de pays neutre. L’UDC s’en porte garant et ceux qui disent le contraire en critiquant Armée XXI utilisent des arguments fallacieux.

Concernant l’organisation de l’armée, il est faux de dire que la diminution des effectifs fait que l’on rompt avec le principe d’une armée de milice. La diminution de l’effectif de 130’000 soldats vient du fait que leur libération se fera plus tôt puisqu’elle passe de 42 ans à 32 ans en moyenne. Ainsi le nombre de recrues et de jeunes soldats, soit ceux qui sont le plus en forme physiquement et les plus aptes à travailler avec du matériel sophistiqué, restera le même à savoir 220’000 hommes et femmes en tout. Cette façon de faire, en plus d’avoir une armée la plus dynamique possible, décharge aussi l’économie puisque à partir de 32 ans plus personne ne sera astreint à suivre des cours de répétition.

Il est important de savoir qu’il manque actuellement 6000 officiers et 2000 sous-officiers. Ces chiffres démontrent bien l’incapacité du système actuel à assurer une bonne préparation à l’entraînement et, pire le cas échéant, une intervention militaire conforme à une logistique opérationnelle sûre. En assurant la formation des cadres dans les mêmes temps que la formation de base, Armée XXI remédie à ce principal défaut et permet de garantir notre sécurité.

De nombreuses autres améliorations que le projet Armée XXI apporte, seraient encore à développer ici. Pour une question de temps je ne développerais pas ces points plus en avant. Mais tous les paramètres sont positifs et le peuple suisse ne doit pas manquer cette occasion d’adapter notre armée à la civilisation actuelle en répondant OUI le 18 mai dans les urnes.

S’agissant de la votation sur la protection de la population, les raisons qui prévalent pour adapter le fonctionnement des divers organismes concernés pour ce faire sont d’une façon générale les mêmes que pour l’armée. Ainsi, autrefois dispersés, les partenaires feront désormais cause commune. Police, pompiers, protection civile en collaboration avec les systèmes sanitaires et les entreprises techniques formeront les instruments de premier secours de façon coordonnée. La protection de la population est conçue en premier lieu dans la perspective de catastrophes naturelles et technologiques y compris les conséquences d’attentats terroristes. La réforme propose moins de quantité mais plus de qualité et d’efficacité. Là aussi un OUI clair et net s’impose dans les urnes.

En résumé, Mesdames et Messieurs, chers amis de l’UDC, notre parti doit clairement soutenir le projet abondamment travaillé par nos Conseillers fédéraux MM. Adolf Ogi et Samuel Schmid.

Les projets Armée XXI et Protection de la population présentent une vision moderne et objective des choses. Ne pas recommander leur approbation serait une erreur politique grave pour nous puisque nous nous mettrions toute une partie de la population, à savoir les jeunes qui veulent servir dans une armée de milice moderne et efficace, sur le dos.

De plus, dans les faits la conception actuelle de l’armée ne permet plus d’assurer suffisamment notre sécurité pour les raisons que j’ai évoquées plus haut et cela sera encore pire dans quelques années si rien ne change.

Notre parti doit montrer au peuple suisse qu’il à une vision moderne des choses, qu’il croit en la nécessité d’une armée mais pas de n’importe quelle armée et qu’il sait pouvoir compter sur sa base et ses élus pour garantir le maintien à jamais de notre neutralité et de notre liberté.

OUI à Armée XXI et OUI à la nouvelle protection de la population sont les garants de notre sécurité et de notre liberté comme les UDC les veulent.

par l’auteur
André Bugnon
SVP conseiller national (VD)
plus sur le thème
Journal du parti
partager l’article
16.01.2019, de Ueli Maurer
Journal du parti
partager l’article
16.01.2019, de Adrian Amstutz
La Confédération dépense toujours plus pour l’étranger et toujours moins pour les Suissesses et les Suisses. Il... lire plus
Journal du parti
partager l’article
16.01.2019, de Yves Nidegger
Chaque année, des millions de francs sont versés dans la zone euro au titre d’allocations familiales. Il... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Politique d'asile

Régler enfin le chaos dans le secteur de l’asile

Politique financière

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat

Politique de la sécurité

Punir les criminels au lieu de les chouchouter

Politique sociale

Consolider les institutions sociales – combattre les abus

Religions

S’engager pour nos valeurs

Politique extérieure

Indépendance et autodétermination

Politique de l'économie

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie

Politique du sport

Bon pour le corps et l’esprit

Citoyen et l'Etat

Défendre la liberté menacée

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Recommander cette page par E-Mail


Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord