Thèmes
Energie

Pénurie catastrophique d’électricité prévisible : le Conseil fédéral doit agir sans attendre !

Le Conseil fédéral doit immédiatement solutionner le problème conformément aux solutions exigées par l’UDC.

Marco Chiesa
Marco Chiesa
Président du parti UDC Ruvigliana

Chères et chers délégués, chère famille de l’UDC,

Je tiens à saluer tout particulièrement les candidates et les candidats au Grand Conseil du canton de Nidwald, qui ont fait spécialement le déplacement à notre assemblée des délégués afin de s’imprégner de la motivation et de l’esprit de communauté du parti. Nous vous souhaitons plein succès pour les élections du mois de mars !

Je suis heureux de pouvoir aujourd’hui vous saluer et m’adresser à vous ici, car vous êtes la base, vous êtes l’UDC ! Au regard de l’urgence de la situation, un seul thème occupera mon discours : l’imminente crise énergétique et électrique de la Suisse. Il est clair que la Stratégie énergétique 2050, fruit des idéologues de la gauche rose-verte, est un échec cuisant. Les principaux représentants de l’économie, de la Confédération et de la science sont unanimes : une pénurie d’électricité est la plus grave menace qui plane sur notre pays et selon la Confédération, nous devons nous attendre à de telles pénuries d’ici deux ou trois ans déjà, avec toutes les conséquences désastreuses que cela comporte pour les habitantes et les habitants de la Suisse.

Ce ne sont pas que de mauvais présages mais bien des constats réels des services fédéraux en charge du dossier. La Commission fédérale de l’électricité (ElCom) nous met en garde dans une étude récente intitulée « Sécurité de l’approvisionnement en électricité en Suisse 2025 », expliquant que l’approvisionnement ne sera plus garanti d’ici quelques années déjà. L’Office fédéral de la protection de la population (OFPP) considère également qu’une pénurie prolongée d’électricité représente l’un des plus grands risques pour notre pays, davantage même que la cybercriminalité. Lors du séminaire des cadres à Bad Horn, la directrice de l’OFPP, la Dr. Michaela Schärer, ainsi que d’autres spécialistes, ont confirmé non sans une certaine insistance la tangibilité de ce danger et nous ont mis en garde contre les risques de black-out.

L’UDC n’est donc plus seule à être alarmée par la situation. Notre parti s’appuie sur les services fédéraux en charge ainsi que sur les conclusions d’experts de premier plan. Cet inquiétant constat ne peut être ignoré : la Suisse manquera bientôt d’électricité, notamment en période hivernale. Une telle situation affectera conséquemment notre existence, nos emplois et notre prospérité car sans électricité, c’est tout le système qui s’effondre. Les denrées alimentaires et les produits de consommation courante se feront plus rares, l’approvisionnement monétaire ne sera plus garanti, quant à pouvoir se chauffer, se doucher et bien d’autres choses basiques similaires, cela ne sera plus possible que de façon limitée et rationnée. Le système de soins, les réseaux de transports et diverses infrastructures vitales seront quant à eux grandement paralysés.

Le résumé de ce scénario catastrophe est le suivant :

  • La Stratégie énergétique 2050 est un échec.
  • La Suisse fonce tête baissée vers la catastrophe.
  • L’électricité est la clef-de-voûte énergétique de la Suisse.
  • Il n’existe à ce jour pas de concept réaliste ni de personne responsable permettant de garantir la sécurité nécessaire de notre approvisionnement énergétique.

Afin donc d’éviter cette catastrophe au demeurant prévisible, l’UDC demande au Conseil fédéral d’agir sans attendre. Nos principales revendications sont les suivantes :

  • la nomination sans attendre (d’ici l’été 2022) d’un Général de l’électricité dont la mission est d’élaborer diverses solutions afin de garantir un approvisionnement électrique sûr, indépendant et bon marché ;
  • le report des objectifs de réduction de CO2 au profit d’une sécurité dans l’approvisionnement énergétique national ;
  • la mise à contribution des cantons et des villes, qui mettent en péril la sécurité de l’approvisionnement à travers leur politique énergétique irresponsable. Concrètement, si un rationnement de l’électricité doit être mis en place, il doit d’abord concerner des cantons comme Zürich ou Bâle-ville, leurs politiques énergétiques favorisant grandement les risques d’une situation de pénurie (ex. interdiction des chauffages à mazout).

Chères et chers délégués et membres de l’UDC, nous devons mettre en œuvre tout ce qui est en notre pouvoir afin de garantir un approvisionnement énergétique sûr et bon marché en Suisse, car si nous regardons chez nos voisins, nous constatons que la situation en termes d’approvisionnement s’aggrave également dans un contexte géopolitique international. L’électrification croissante et la décarbonisation couplée à l’abandon de l’énergie nucléaire (pourtant respectueuse du climat) va entrainer des pénuries en Allemagne. Nous assistons aujourd’hui déjà à d’importantes pannes dommageables qui nous donne un aperçu des scénarios catastrophiques futurs. Ces derniers jours, voici ce qu’on pouvait lire dans la presse allemande : « 370’000 personnes sans eau chaude ni chauffage à Berlin ». La situation est tout aussi mauvaise en France. La NZZ a récemment titré : « les français doivent espérer un hiver doux ; de nombreux réacteurs nucléaires étant à l’arrêt, les deux dernières centrales à charbon sont mobilisées pour assurer l’approvisionnement en électricité ». Ajoutons encore le fait que l’UE veut limiter les exportations d’électricité vers les pays tiers, parmi lesquels la Suisse.

Ces exemples nous prouvent clairement que la Suisse doit absolument être autonome en termes d’approvisionnement électrique. La dépendance vis-à-vis de l’étranger est une négligence et même un danger qui peut s’avérer mortel en situation de crise.

Nous n’insisterons donc jamais assez là-dessus : le Conseil fédéral doit immédiatement solutionner le problème conformément aux solutions exigées par l’UDC. La Conseillère fédérale socialiste Simonetta Sommaruga, en charge du dossier, doit enfin faire son boulot. Poursuivre sur la voie du déni avec une politique énergétique de fortune est irresponsable et constitue un acte criminel à l’encontre des Suissesses et des Suisses. Madame Sommaruga, nous vous demandons de reconnaître une fois pour toutes l’échec cuisant de la Stratégie énergétique 2050 et de mettre en place les solutions qui s’imposent et sans attendre !

Il n’y a plus aucune excuse. Personne ne pourra dire dans quelques années : « on ne savait pas ». Les faits sont là. Les spécialistes sont unanimes. L’UDC a des exigences réalistes aussi claires que de l’eau de roche.

Il n’y a désormais plus qu’une seule chose à dire : le Conseil fédéral doit agir ! Subito !

Marco Chiesa
Marco Chiesa
Président du parti UDC Ruvigliana
 
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse.Voir les détails Voir les détails
Je suis d'accord