Participer
Exposé
Conférence de presse de 02. avril 2009

Pour Être apte à affronter une menace réelle, l’armée doit Être conduite dans la perspective d’une m

Le débat politique est aujourd’hui dominé par la crise financière, la crise bancaire et la crise du secret bancaire. Et toutes ces crises illustrent quotidiennement l’absence de direction à la tête…

Le débat politique est aujourd’hui dominé par la crise financière, la crise bancaire et la crise du secret bancaire. Et toutes ces crises illustrent quotidiennement l’absence de direction à la tête de l’Etat. Au lieu de définir enfin une stratégie de la manière dont il entend sauvegarder les intérêts primordiaux de la Suisse, le Conseil fédéral se laisser pousser par la peur de voir la Suisse inscrite sur une liste noire. Son angoisse est telle qu’il accepte des négociations à n’importe quel prix. Il dépose plainte pénale à cause d’une prétendue indiscrétion commise par un des siens au lieu demander des comptes à ceux de ses membres qui poignardent la Suisse dans le dos en s’apprêtant à féliciter l’OCDE de faire pression sur la Suisse.

Le rôle de l’armée est plus important que jamais en période de crise. Une armée forte est la colonne vertébrale de la politique de sécurité d’un pays. On peut à ce propos s’inspirer des paroles prononcées par le conseiller fédéral Ueli Maurer à l’assemblée des délégués de l’UDC Suisse du 28 mars 2009 à la Brévine: « Nous sommes menacés aussi longtemps qu’on peut nous prendre quelque chose: notre territoire, notre argent, notre capacité économique, nos axes de transit ou encore notre régime social libéral. »

C’est pour cette raison que l’UDC critique depuis des années l’orientation politique de la défense nationale. Les idées qui l’inspirent sont encore celles qui ont prévalu au moment de la chute du mur de Berlin; elles ignorent des événements récents comme la guerre des Balkans, la guerre en Afghanistan, la guerre en Iralk et la campagne de Géorgie. Cela fait longtemps que l’UDC dépose des interventions parlementaires pour exiger un nouveau rapport de politique de sécurité. Cette nouvelle réflexion doit être à la base de la mission actuelle de l’armée.

Depuis de nombreuses années l’UDC dénonce les dysfonctionnements et les déficiences de notre armée – qu’il s’agisse de l’administration hypertrophiée au DDPS, de l’instruction irréaliste des jeunes cadres ou encore d’une logistique inapte dont pâtissent les soldats dans les écoles et cours de répétition – par exemple, parce qu’ils n’ont pas de lit ou pas de munitions. L’UDC a aussi régulièrement exigé que l’on cesse d’abuser de l’armée pour garder des ambassades alors que la période d’instruction des soldats est déjà très courte. Il faut que les soldats bénéficient d’une formation adaptée à l’engagement militaire. Il n’est pas acceptable que, par exemple, un grenadier de char soit astreint à la garde d’ambassade durant quatre cours de répétition sur six. Quand donc peut-il s’entraîner à travailler avec des chars blindés? Même l’ancien chef de l’armée a dû constater que notre armée n’était pas prête à intervenir. Cela doit changer! Notre armée de doit pas se préparer en premier lieu au cas le plus probable, donc par exemple à l’aide en cas de catastrophe, mais elle doit se préparer aux cas le plus dangereux de la défense du pays. Pour cela elle a besoin d’une conduite axée sur la menace réelle.

A la suite des réformes Armée 95, Armée XXI et de l’étape de développement 08/11, l’effectif de notre armée a été ramené de 650 000 hommes à 120 000 et 80 000 réservistes. Au lieu de réduire parallèlement l’administration au DDPS et les états-majors à tous les niveaux, ces organes ont même été développés. Par exemple, l’état-major de planification et l’état-major de conduite occupent aujourd’hui chacun plus de 300 personnes. Parallèlement, plus de mille projets ont été lancés sous l’ancien chef du DDPS dont notamment 600 projets informatiques pour le soutien à la conduite – une situation intenable qui a presque paralysé le DDPS. Une armée issue d’une telle politique ne peut forcément pas être prête à intervenir.

Le projet utopique « Imes », un système informatique servant à conduire les soldats, a été un flop qui a coûté 50 millions de francs. 700 millions de francs ont été investis dans le système de conduite et d’information de l’armée – et aujourd’hui tout ce matériel est stocké dans des caisses. L’armée reçoit aujourd’hui les munitions pour les lance-mines 12 cm des forteresses commandées en 1999 alors que ces armes ont été presque toutes mises hors service.

Il est grand temps que la tête du DDPS modifie sa façon de penser et adopte enfin une conduite axée sur la menace réelle. L’administration hypertrophiée doit être réduite. Il est intolérable que les états-majors et les mandats qu’ils donnent à des tiers coûtent presque autant que tous les jours de service effectués dans l’armée. Tous ces moyens financiers doivent être mis à disposition de la partie productive de l’armée. Voilà la seule manière de rendre celle-ci apte à intervenir dans un cas de danger réel.

par l’auteur
Caspar Baader
SVP (BL)
plus sur le thème
Journal du parti
partager l’article
21.11.2018, de Jean-Luc Addor
Le référendum contre la révision de la loi sur les armes imposée par l’UE, c’est parti !... lire plus
Consultation
partager l’article
25.10.2018
L'UDC s'oppose pour le moment à ce projet de révision. Les disposi-tions concernant le droit d'accès électronique... lire plus
Consultation
partager l’article
10.10.2018
L'UDC soutient cette modification de la loi sur le service civil parce qu'elle s'attaque enfin au problème... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Religions

S’engager pour nos valeurs

Le cas particulier suisse

Pour une Suisse indépendante et sûre d’elle

Politique de la formation

Système de formation axé sur la pratique au lieu de réformes à répétition

Politique du sport

Bon pour le corps et l’esprit

Politique de la culture

La culture est l’affaire de la culture

Politique agricole

Pour une production indigène

Politique des étrangers

Limiter l’immigration

Politique de l'économie

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie

Politique des transports

Se déplacer librement sans obstacle chicanier

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Recommander cette page par E-Mail


Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord