Participer
Exposé
Conférence de presse de 28. février 2014

Pour la sécurité de la Suisse

La Confédération suisse protège la liberté et les droits du peuple et elle assure l’indépendance et la sécurité du pays": c’est ainsi qu’est libellé l’article 2 alinéa 1 de la Constitution fédérale suisse. Il s’agit là de la principale tâche que le peuple et les cantons ont confiée à la Confédération.

"La Confédération suisse protège la liberté et les droits du peuple et elle assure l’indépendance et la sécurité du pays": c’est ainsi qu’est libellé l’article 2 alinéa 1 de la Constitution fédérale suisse. Il s’agit là de la principale tâche que le peuple et les cantons ont confiée à la Confédération. En d’autres termes, la "liberté", la "démocratie" et la "sécurité" sont les piliers du modèle à succès suisse. C’est sur ces piliers que les Suisses ont su, au fil de leur histoire, conserver la "paix" et créer la "prospérité". La "neutralité" et l’"indépendance" jouent elles aussi un rôle central dans ce développement. Le souverain helvétique l’a confirmé une fois de plus de manière impressionnante par son vote du 9 février dernier.

En tant qu’Etat souverain et indépendant, nous avons donc la tâche prioritaire de veiller à ce que la "sécurité" et la "paix" perdurent en Suisse. Les menaces ont certes évolué au fil des décennies écoulées, mais la "grande paix mondiale" n’est toujours pas établie. Bien au contraire, les nombreux conflits, qui sévissent à quelques heures d’avion de la Suisse, peuvent fort bien se répercuter aussi sur notre pays. Il serait donc fatal de renoncer aujourd’hui aux investissements nécessaires et de négliger la sécurité en se fondant sur de vagues espoirs.

Nous ne savons pas ce qui se passera demain, après-demain ou dans 30 ans. Il convient donc de prendre les précautions nécessaires afin que la Suisse, les cantons et tous les organes de sécurité puissent réagir de manière adéquate, dans les délais utiles et conformément à la hiérarchie établie aux menaces possibles et probables venant d’Etats, d’organisations ou de personnes individuelles. Il faut aussi songer à ce qui paraît impossible aujourd’hui. Qui, par exemple, aurait pu penser avant les événements du 9/11 que des avions de passagers puissent être utilisés pour attaquer des êtres humains, des immeubles et des institutions? Aujourd’hui, nous sommes contraints de considérer pareils scénarios comme possibles et réalistes.

En septembre dernier, le peuple suisse a voté avec une majorité de 73,2% en faveur du maintien du service militaire obligatoire. Ce scrutin était un engagement en faveur de la sécurité du pays et la protection de sa population. Les citoyennes et citoyens suisses savent fort bien qu’une armée indé-pendante – et les forces aériennes en font partie – est un instrument indispensable au maintien de la "paix", de la "liberté", de la "sécurité" et de l’indépendance".

La sécurité de la Suisse a donc besoin d’une armée crédible et de forces aériennes modernes. Ce sont là des éléments essentiels du dispositif de sécurité suisse. L’armée de l’air assume de surcroît des missions policières en faveur de l’aviation civile. Cette tâche est indépendante d’une éventuelle menace.

Le Conseil fédéral et le Parlement fédéral sont d’avis que la sécurité de la Suisse comportera une importante lacune si nous ne remplaçons pas par des avions de combat polyvalents les 54 vieux F5 Tiger qui auront bientôt 40 ans. Ces engins ne peuvent plus assumer leur mission de sécurité de nuit ou par des mauvaises conditions de visibilité. L’acquisition d’avions de combat modernes est donc une priorité pour la sécurité nationale. De concert avec les 32 F/A-18, dont le peuple a approuvé l’achat en 1993, les 22 Gripen E assureront durant les 30 ans à venir la sécurité de notre espace aérien par des interventions policières ou en cas de confit. Nous réduisons donc nos forces aériennes, mais nous en accroissons la puissance d’intervention de nuit et dans des mauvaises conditions de visibilité grâce à des avions modernes et performants.

Elément central du mandat constitutionnel donné à l’Etat, cette tâche doit être assumée par la Suisse et par elle seule. Pour des raisons de politique de neutralité et aussi de souveraineté nationale, il est inconcevable que notre pays se contente de confier sa protection à un pacte militaire comme par exemple l’OTAN. Il ne faut pas se leurrer: devant la menace d’un conflit réel, une telle organisation engagerait ses forces avant tout en faveur de ses membres et certainement pas pour défendre la Suisse. Cela n’exclut pas une collaboration pour des missions de police aérienne et pour d’autres opérations transfrontalières. Des accords internationaux dans ce sens existent déjà.

La lacune provoquée dans le dispositif de sécurité par la mise hors service de 54 avions Tiger arrivant au terme de leur durée de vie doit être comblée par l’acquisition de 22 Gripen. Il faut éviter un vide au-dessus de la Suisse, faute de quoi nous mettons en jeu la sécurité de notre pays. Ce serait une attitude irresponsable. C’est donc par conviction que je voterai le 18 mai 2014 pour le remplacement de la flotte de Tiger, donc pour la loi sur le fonds d’acquisition des avions Gripen. Cet investissement dans la sécurité de notre pays paraît financièrement supportable quand on sait que la Suisse dépense chaque année quelque 3 milliards de francs pour l’aide internationale au développement.

plus sur le thème
Journal du parti
partager l’article
13.03.2019, de Maximilian Reimann
La directive citoyenne de l‘UE ouvrirait la porte de notre système de sécurité sociale aux citoyens de... lire plus
Journal du parti
partager l’article
20.02.2019, de Yves Nidegger
Les aberrations du système suisse des sanctions doivent être éliminées, et vite. Mais le Conseil des Etats... lire plus
Consultation
partager l’article
12.02.2019
L'UDC rejette catégoriquement la modification de la loi sur les armes du 28 septembre 2018 et par... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Politique des médias

 Plus de diversité, moins d’Etat

Politique de la formation

Système de formation axé sur la pratique au lieu de réformes à répétition

Religions

S’engager pour nos valeurs

Politique sociale

Consolider les institutions sociales – combattre les abus

Citoyen et l'Etat

Défendre la liberté menacée

Le cas particulier suisse

Pour une Suisse indépendante et sûre d’elle

Politique agricole

Pour une production indigène

Politique de la famille

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle

Politique de l'économie

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord