Participer
Exposé

Pour que nous restions libres

La notion de « fake news », fausse nouvelle en français, a été créée juste après l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis d’Amérique. Elle n’a pas conduit, comme on était en droit de s’attendre, à un examen critique des comptes rendus médiatiques. Chez nous, elle a servi à qualifier de « fake news », donc à dénigrer des thèmes qui ont fait autrefois la force de notre pays, soit l’indépendance, la souveraineté, la sécurité, des frontières protégées, une immigration contrôlée, une politique d’asile rigoureuse – tout cela est aujourd’hui considéré comme rétrograde, comme isolationniste. Or, la campagne menée par les adversaires de l’initiative pour l’autodétermination n’est pas seulement une « fake news », elle est même grossièrement mensongère et diffamatoire. Elle se sert des images les plus brutales pour détruire la principale valeur de la Confédération, la démocratie directe.

Les moyens utilisés par les adversaires de notre initiative sont d’une grossièreté écœurante. Au même moment où un journaliste est abominablement torturé et assassiné dans un consulat d’Arabie saoudite (il aurait été scié en morceaux selon certains témoignages), les auteurs de la campagne contre l’autodétermination se servent de l’image d’une tronçonneuse qui scie les droits de l’homme en Suisse. Chers Délégués, ce procédé est cruel, dégoûtant et de plus mensonger. Les médias qui reprennent sans critique ces allégations sont tout aussi menteurs. Imaginons un seul instant que l’UDC se soit servi de telles images! Les hurlements que cela aurait déclenchés à travers tout le pays. Et dire qu’on a osé crier au scandale à l’époque pour quelques moutons noirs et pointes de minarets!

Nous avons sciemment choisi pour notre campagne « OUI à l’autodétermination, c’est OUI à la démocratie directe » un sujet neutre et une couleur neutre pour bien faire comprendre qu’il ne s’agissait pas d’une affaire de gauche ou de droite, mais uniquement de répondre à la question suivante: comment maintenir la démocratie directe dans notre pays? On aurait pu s’attendre de la part d’adversaires sérieux qu’ils acceptent de discuter d’un thème aussi important. Eh bien non. Leur unique réaction a été « Quelle mauvaise surprise nous prépare à nouveau cette méchante UDC? » Entre-temps nos adversaires se sont une fois de plus réunis sous le ridicule drapeau « Tous contre l’UDC ». Une communauté pour le moins hétéroclite qui, d’habitude, n’a guère d’avis communs. On y trouve par exemple les managers à bonus d’economiesuisse pour lesquels le bonus est plus important que le bien-être de la Suisse et qui sont tout à fait prêt à sacrifier la démocratie directe pour conserver leurs salaires. Il s’agit de dirigeants des grandes entreprises, en majorité des étrangers. Et qui ont-ils trouvé comme alliés? Les églises, les organisations des droits de l’homme comme Amnesty International – et tous les partis politiques sauf l’UDC. On en rirait si on n’avait pas envie de pleurer devant tant de mauvaise foi.

Pourtant, Mesdames et Messieurs, nous connaissons bien cela. Il n’y a rien de nouveau sous le soleil. Cela nous incite même à redoubler d’effort. Nous ne nous laissons pas museler quand il s’agit des droits de la liberté de notre pays.

On peut cependant constater çà et là que certains de nos adversaires commencent à se rendre compte que quelque chose ne tourne pas rond dans leur camp. Dans le canton de Zoug quelques membres du PLR ont refusé d’emboîter le pas à leur parti et les Jeunes PLR du canton de Zurich ont même décidé de recommander l’acceptation de l’initiative. En fait, l’initiative pour l’autodétermination est même un à l’origine un projet radical-démocratique, car qui d’autre, sinon les fondateurs de notre Etat, c’est-à-dire les Radicaux, a défendu à l’époque la liberté et l’autodétermination?

Mais les opinons au sein du peuple sont différentes de celles des organes des partis politiques, croyez-moi. Notre initiative est soutenue par des femmes et des hommes de tous les bords et de tout le pays. Justement parce que l’autodétermination n’est pas une affaire de droite ou de gauche, mais un objectif fondamental des Suissesses et des Suisses.

Nous continuerons de nous battre, car nous gagnerons de toute manière. Si ce n’est pas le 25 novembre 2018, ce sera lors des prochaines élections lorsque le peuple aura une fois de plus constaté que la majorité des autres partis, le Parlement et le Conseil fédéral tenter de pousser la Suisse dans l’UE moyennant un accord-cadre. Car ce sont les mêmes milieux qui aujourd’hui combattent si violemment l’initiative pour l’autodétermination. Tout simplement parce que cette initiative leur coupe l’herbe sous les pieds. Nous pouvons mettre fin à leur petit jeu le 25 novembre

  • afin que nous ne soyons pas poussés dans l’UE
  • pour sauvegarder nos salaires et nos emplois
  • pour éviter de payer des impôts, taxes et redevances plus élevés
  • pour garantir la sécurité du droit
  • pour expulser les étrangers criminels
  • pour obtenir l’application complète d’initiatives comme celles sur les pédophiles et sur l’internement
  • pour pouvoir à nouveau gérer l’immigration de manière autonome.

Il suffit de dire OUI à la démocratie directe, donc OUI à l’initiative pour l’autodétermination.

Le 25 novembre prochain nous souhaitons simplement avoir une réponse à la question suivante: qu’est-ce qui compte en Suisse? La législation suisse qui a fait ses preuves, la majorité du peuple et des cantons ou quelques politiciennes et politiciens qui ne cessent de se référer au droit international ou à quelques traités internationaux?

L’initiative pour l’autodétermination propose un article constitutionnel stipulant qu’en cas de conflit entre des traités internationaux et la Constitution fédérale suisse, cette dernière est prioritaire. Ce régime a prévalu sans contestation jusqu’en 2012. En 2010 encore, le Conseil fédéral relevait ce qui suit: « On ne saurait laisser à l’appréciation des autorités la question de savoir si une initiative doit être appliquée ou non. Ce serait abusif et nuisible pour le processus politique que de soumettre une initiative au peuple, mais de ne pas l’appliquer ou de ne l’appliquer que partiellement si elle est acceptée. » Puis, le gouvernement relevait encore de manière parfaitement explicite: «  »En cas de conflit entre la nouvelle disposition constitutionnelle et le droit international, le Conseil fédéral est d’avis que la disposition constitutionnelle plus récente est prioritaire. »

partager l’article
par l’auteur
SVP conseiller national (BE)
en lire plus
Thèmes et positions
Le cas particulier suisse

Pour une Suisse indépendante et sûre d’elle

Politique de la famille

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle

Politique de l'énergie

Pour un approvisionnement énergétique sûr et avantageux

Propriété

Contre l’expropriation, pour la protection de la sphère privée

Citoyen et l'Etat

Défendre la liberté menacée

Politique de la formation

Système de formation axé sur la pratique au lieu de réformes à répétition

Politique de la sécurité

Punir les criminels au lieu de les chouchouter

Politique agricole

Pour une production indigène

Politique de l'économie

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Recommander cette page par E-Mail


Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord