Participer
Exposé

Pour une politique énergétique orientée vers l’avenir pour l’économie

Notre société – aussi bien les ménages que les entreprises – est de plus en plus dépendante de l’énergie. Il suffit pour s’en convaincre de constater les conséquences d’une panne…

Notre société – aussi bien les ménages que les entreprises – est de plus en plus dépendante de l’énergie. Il suffit pour s’en convaincre de constater les conséquences d’une panne informatique.

En ce qui concerne l’économie nous sommes confrontés à trois problèmes principaux:

1. il y tout d’abord l’aspect financier, le prix;
2. il y ensuite la sécurité et la fiabilité de l’approvisionnement;
3. enfin, l’économie n’est pas indifférente aux aspects environnementaux.

Le prix dépend en premier lieu de l’offre et de la demande. Nous n’avons que peu d’influence sur le prix du pétrole ou du gaz. Pour l’électricité, les coûts
varient. L’hydraulique et le nucléaire sont de loin les plus avantageux, et coûtent entre 5 et 7 centimes le KWh. Le photovoltaïque se situe entre 70 et 90 centimes. On se rend donc bien compte que la part du renouvelable doit être limitée.
La libéralisation du marché prévue par la loi révisée sur l’approvisionnement en électricité n’a eu pratiquement aucun effet. Elle ne concerne que la partie énergie tandis que le timbre reste un prix administrée. Les consommateurs n’ont, de plus, pas reçu d’offres. Il n’y a aucune transparence sur le marché, les principaux producteurs ayant un quasi monopole. Je ne suis pas convaincu que l’Elcom puisse effectuer les contrôles nécessaires.
L’Etat joue également un rôle dans la formation des prix. Les communes et les cantons dirigés par des majorités roses-vertes ont introduit des taxes, impôts et autres redevances basés sur la consommation d’énergie. L’UDC y est bien sûr définitivement opposé.

La sécurité de l’approvisionnement dépend de la provenance. Nos fournisseurs de pétrole et de gaz sont des pays dans lesquels la stabilité politique n’est pas assurée à long terme. Le seul domaine dans lequel nous pouvons atteindre un bon degré d’autonomie est l’électricité, mais pour cela, des décisions rapides s’imposent concernant le remplacement de nos centrales nucléaires. Il s’agit aussi de compenser les contrats d’approvisionnement avec la France qui arrivent à échéance dès 2012. De nouveaux contrats de longue durée avec les pays concernés sont incertains étant donné la résistance de l’UE contre de tels accords.

La Suisse joue un rôle de plaque tournante du marché de l’électricité en Europe. Un accord bilatéral sur ce sujet est en cours de négociation. Si sur le fond cet accord est probablement nécessaire, il profite en priorité à l’UE. Il faudra donc être très attentif aux avantages obtenus par notre pays.

La fiabilité de l’approvisionnement se rapporte au court terme. Une interruption de courant n’a bien sûr pas les mêmes conséquences pour un ménage, pour une industrie ou pour un hôpital. La stabilité et la fiabilité dépendent de la qualité des infrastructures. Dans ce domaine notre pays est pour le moment en bonne position. Il s’agit cependant de garantir l’entretien du réseau et d’améliorer les connexions des régions et des réseaux. Plus la part de l’éolien et du photovoltaïque augmente, plus il faut garantir une énergie de remplacement pour la nuit ou lorsqu’il n’y a pas de vent. L’électricité ne peut en effet pour l’instant pas être stockée.

Enfin les aspects environnementaux ne sont jamais oubliés par l’économie. De très nombreuses entreprises ont ajoutée à la politique de qualité une politique environnementale certifiée par la norme ISO 14001. Celle-ci soutient également les recherches et les développements qui améliorent l’efficacité énergétique ou les économies d’énergie. Pour de nombreuses entreprises, et en particulier pour les grandes sociétés, la gestion durable correspond aujourd’hui déjà à une norme établie. Les efforts entrepris à ce niveau apparaissent également dans les rapports annuels d’entreprise. Les entreprises combattent par contre comme l’UDC tous les nouveaux impôts, taxes et autres redevances qui péjorent notre compétitivité.

L’UDC est le parti de l’économie. La politique énergétique est donc une de ses priorités.

par l’auteur
UDC conseiller national (FR)
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
06.11.2019
La décision du Conseil fédéral de maintenir à 1% le taux d'intérêt minimal dans la prévoyance professionnelle... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
01.11.2019
Réuni aujourd'hui à Glattfelden (ZH), le comité de l'UDC Suisse a décidé de soutenir un éventuel référendum... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Agriculture

Pour une production indigène.

Sport

Un esprit sain dans un corps sain.

Nous sommes la patrie

La Suisse a sa propre histoire, une histoire marquée par sa diversité culturelle, ses traditions, ses valeurs et par les femmes et les hommes qui cohabitent pacifiquement dans ce pays.

Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Religion

Nous engager pour nos valeurs.

Médias

Plus de diversité, moins d’Etat.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Transports

Halte aux bouchons et aux mesures chicanières dans le trafic routier.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord