Participer
Exposé
Conférence de presse de 23. mai 2011

Pourquoi faut-il lancer une nouvelle initiative sur les étrangers?

La population suisse a massivement augmenté ces dernières années: entre 1990 et 2010, la population résidante a passé de 6,7 millions à 7,87 millions d’habitants, soit une progression de 1,1…

1. La population augmente surtout à cause de l’immigration incontrôlée

La population suisse a massivement augmenté ces dernières années:

entre 1990 et 2010, la population résidante a passé de 6,7 millions à 7,87 millions d’habitants, soit une progression de 1,1 million.

L’immigration a surtout augmenté durant les dix dernières années parce que la Suisse a abandonné la gestion, le contrôle et le contingentement de l’immigration et parce qu’elle a accepté que son pouvoir dans ce domaine soit limité par des accords internationaux.

Ainsi, la population étrangère s’est accrue uniquement du fait de l’immigration nette (immigrants moins émigrants)

de 273’000 entre 2000 – 2005 et
de 382’000 entre 2006 – 2010.

Durant les seules cinq dernières années (2006 à 2010), 76 000 personnes ont immigré en moyenne nette par an en Suisse.

2. Les conséquences de cette immigration massive

La Suisse est pleine à craquer et les problèmes qui en découlent ne cessent de s’aggraver. Personne ne conteste ce fait. Mais les responsables refusent résoudre les problèmes.

Les immigrants ont besoin

  • de logements > pénurie de logements
  • de routes > chaos sur les routes
  • de transports publics > trains bondés
  • d’écoles > problèmes scolaires en raison des langues étrangères
  • d’énergie > pénurie d’électricité
  • en cas de ralentissement économique > plus de chômeurs et d’assistés sociaux
  • de terres cultivables pour la construction > perte de terres cultivables

Dans aucun autre pays d’Europe la part des étrangers à la population active n’est aussi forte qu’en Suisse. Et cela bien que le taux de naturalisation par habitant ne soit à nulle part aussi élevé qu’en Suisse.

Parts des étrangers à la population active en comparaison internationale en 2009:

Aucun pays au monde ne renonce aux instruments lui permettant de gérer indépendamment son immigration. Même les pays d’immigration classiques comme les Etats-Unis, le Canada et l’Australie ne le font pas. La Suisse doit à nouveau reprendre le contrôle de sa politique des étrangers.

3. Libre circulation des personnes et chômage

Malgré une conjoncture exceptionnellement forte, le chômage dépasse aujourd’hui 3% en Suisse. Lorsqu’elle contrôlait encore son immigration, la Suisse ne connaissait un tel taux de chômage que lors de forts ralentissements économiques et de récessions. Le chômage augmentera massivement lorsque la conjoncture baissera, car les étrangers – notamment les ressortissants de l’UE – ne rentreront pas dans leurs pays.

4. Fardeau pour les institutions sociales

Aujourd’hui déjà, alors que la conjoncture connaît un niveau exceptionnel, les institutions sociales suisses sont fortement sollicitées par les étrangers.

 

5. Immigration incontrôlée: miracle de l’occupation ou bulle de savon?

Les associations économiques, notamment, répètent comme moulins à prières que la libre circulation des personnes est la cause de la reprise économique. Cette affirmation est fausse et stupide. Tout au plus peut-on dire qu’une reprise économique conduit à la création d’emplois et à un fort taux d’occupation.

Mais même ce dernier constat suscite des réserves si on observe avec précision le développement de ces vingt dernières années. Ainsi, l’immigration incontrôlée a avant tout provoqué une augmentation du nombre d’employés de l’Etat. Voilà pourquoi « la part du secteur public à l’occupation a progressé de 5 points-%, soit de 18% en 1990 à plus de 23% aujourd’hui ».

Cela signifie que

durant les années de vaches maigres (1990 à 2000) le secteur privé suisse a perdu plus de 200 000 employés; durant les années de vaches grasses (2005 – 2010), les emplois supprimés dans le secteur privé pendant les années nonante n’ont pas encore été complètement compensés.

En revanche, l’emploi dans le secteur public a constamment progressé entre 1990 et 2010, même durant les années économiquement défavorables. La croissance de l’emploi grâce à l’immigration doit donc être mise entièrement sur le compte du secteur public depuis 1990:

  • administration + 27’000
  • éducation et enseignement + 51’000
  • santé et social + 138’000

Il semble que les associations économiques ignorent ces chiffres.

6. Conclusion

La gestion et la limitation de l’immigration représentent des marges de manœuvres importantes pour un pays libre et souverain. Il faut que la Suisse retrouve sa capacité d’agir dans ce domaine. Voilà pourquoi il faut lancer une nouvelle initiative sur les étrangers.

par l’auteur
UDC anc. conseiller fédéral (ZH)
plus sur le thème
Journal du parti
partager l’article
13.03.2019, de Albert Rösti
C’est pire que ce que l’on craignait: incroyable, totalement inadéquat, inutilisable et destructeur. Ces pensées m’ont traversé... lire plus
Journal du parti
partager l’article
13.03.2019, de Nadja Pieren
L’accord-cadre avec l’UE ne devrait pas être considéré comme une simple orientation politique prise à distance par... lire plus
Journal du parti
partager l’article
13.03.2019, de Albert Rösti
En approuvant l’accord-cadre avec l’UE, le PLR a franchi ses propres lignes rouges. Il brade des valeurs... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Politique de la sécurité

Punir les criminels au lieu de les chouchouter

Politique de l'énergie

Pour un approvisionnement énergétique sûr et avantageux

Politique financière

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat

Politique extérieure

Indépendance et autodétermination

Le cas particulier suisse

Pour une Suisse indépendante et sûre d’elle

Citoyen et l'Etat

Défendre la liberté menacée

Politique agricole

Pour une production indigène

Politique de la santé

Qualité grâce à la concurrence

Propriété

Contre l’expropriation, pour la protection de la sphère privée

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord