Participer
Exposé

Radicalisation islamiste en Suisse: que doit faire l’UDC?

L’islam radicalisé progresse massivement dans beaucoup de pays. La situation devient même dramatique dans plusieurs grandes villes de Suède, d’Allemagne, de Belgique, de France et de Grande-Bretagne.

Dans certaines parties de ces villes, le hideux visage de l’islam radicalisé se présente quotidiennement: violences contre des personnes d’une autre foi comme les chrétiens et les juifs, refus de l’autorité policière, application du droit de la sharia, etc., bref le programme islamiste complet est appliqué en ces lieux. Les autorités publiques locales sont mises à l’écart et n’ont plus les moyens d’agir. Cela nous rappelle ce qu’écrivait récemment Kacem El Ghazzali dans le quotidien zurichois « NZZ ». Des mots parfaitement justes: « A la suite d’une tolérance mal comprise et déplacée, l’Europe est devenue l’arrière-cour des idéologues d’un islam fondamentaliste et jihadiste. » Malheureusement, ce constat vaut aussi pour la Suisse, car chez nous également l’islam radicalisé s’étend, un islam qui incarne des valeurs sociétales totalement différentes des nôtres, qui est diamétralement opposé à notre conception libérale et démocratique et qui, finalement, n’a plus beaucoup de rapports avec la religion. Notre fameuse et si souvent citée liberté religieuse n’a plus aucune valeur dans ce contexte. Comment peut-on l’invoquer face à une religion dont les écritures, le coran, comportent la désastreuse déclaration suivante: « Toutes les personnes qui pratiquent une autre foi sont des infidèles qu’il faut convertir ou tuer. »

Et n’oublions pas cette inquiétant extrait d’un discours prononcé à la fin des années nonante par le président turc Erdogan dans la ville de Siirt en Anatolie orientale: « La démocratie n’est que le train sur lequel nous montons jusqu’à ce que nous ayons atteint notre objectif. Les mosquées sont nos casernes, les minarets sont nos lances, les coupoles sont nos casques et les fidèles sont nos soldats. »

Les problèmes que nous rencontrons avec des parties de la population musulmane de Suisse ne cessent de s’accentuer:

  • exigences musulmanes concernant l’enseignement scolaire (enseignement de la natation séparée pour filles et garçons, refus de rituels chrétiens comme les fêtes de Noël ou de Pâques)
  • provocations volontaires (refus de serrer la main d’enseignantes comme ce fut le cas à Therwil BL, actions de distribution de corans dans les écoles)
  • appels à la violence à motivation religieuse (prêches de haine dans les mosquées, par ex. à la mosquée An’nur)
  • politique dont le but est de diviser la société (par ex., les actions du Conseil islamique central
  • augmentation du nombre de mariages d’enfants, de mariages forcés et de la polygamie
  • dissimulation du visage (burka & niqab)
  • financement d’agissements islamistes en Suisse par des sources étrangères douteuses.

Vous le voyez bien: la question de la radicalisation islamiste touche à de nombreux domaines politiques. Ce n’est absolument pas un phénomène ponctuel ou marginal. Il s’agit de la sauvegarde de l’ordre publique, de politique d’asile et de politique à l’égard des étrangers, d’institutions politiques, de politique de sécurité, de politique sociétale et aussi de politique scolaire. La classe politique de la Berne fédérale, mais aussi des cantons et des communes a trop longtemps ignoré les conséquences de cette islamisation rampante. Une attitude proprement irresponsable, comme il s’avère aujourd’hui.

Nous devons ouvertement critiquer l’islamisme radical et politique. Nous devons l’affronter. Comme avec l’initiative populaire contre la construction des minarets, nous avons affaire à une question décisive, à une question de pouvoir: qui a le pouvoir de décider du droit applicable dans notre pays? La Suisse est-elle un pays libéral et démocratique de tradition chrétienne ou allons-nous tolérer tacitement des exigences particulières qui sont en opposition totale avec nos valeurs chrétiennes et occidentales?

L’UDC se bat depuis longtemps contre ces errements de la politique. L’initiative interdisant la construction de minarets a été approuvé en 2009 par une forte majorité des Suissesses et des Suisses et elle est appliquée.

L’initiative populaire interdisant de se dissimuler le visage a été déposée récemment à la Chancellerie fédérale avec 105 500 signatures. Le peuple pourra donc se prononcer.

Or, les deux objectifs de ces initiatives, les minarets et la dissimulation du visage, sont des symboles typiques de la radicalisation islamiste.

partager l’article
par l’auteur
SVP conseiller national (SO)
en lire plus
Thèmes et positions
Propriété

Contre l’expropriation, pour la protection de la sphère privée

Politique agricole

Pour une production indigène

Politique des médias

 Plus de diversité, moins d’Etat

Politique Environnementale

Un environnement intact pour nous et nos descendants

Politique de l'économie

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie

Politique de la santé

Qualité grâce à la concurrence

Politique de la culture

La culture est l’affaire de la culture

Politique de la formation

Système de formation axé sur la pratique au lieu de réformes à répétition

Politique de la famille

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Recommander cette page par E-Mail


Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord