Participer
Exposé

Schengen et le tourisme criminel

Si je devais résumer Schengen en deux mots, je dirais que Schengen est un «GRAND MENSONGE». En nous vendant Schengen, on se rappelle tous de la promesse du Conseil fédéral. Schengen permettra à la…

par Céline Amaudruz, présidente UDC du canton de Genève, Puplinge (GE)

Si je devais résumer Schengen en deux mots, je dirais que Schengen est un «GRAND MENSONGE».

En nous vendant Schengen, on se rappelle tous de la promesse du Conseil fédéral. Schengen permettra à la Suisse d’avoir une plus grande sécurité. Suite à la décision du peuple suisse d’adhérer à l’espace de liberté Schengen, la Confédération a confié sa sécurité extérieure à ses voisins européens. En contrepartie la Confédération doit contrôler de manière systématique sa frontière extérieure dans les aéroports internationaux et collaborer avec les autres pays membres dans le cadre d’engagements internationaux (FRONTEX et RABBIT).

Le système d’information Schengen, les contrôles renforcés à la frontière extérieure et les mesures de remplacement devaient largement compenser les effets négatifs de la libre circulation des personnes. Comme dans d’autres domaines, sécurité alimentaire ou phytosanitaire, la Suisse a renoncé à exercer ses prérogatives et doit faire confiance aux contrôles réalisés par ses voisins.

L’entrée en Suisse est devenue un droit non seulement pour les ressortissants européens, mais également pour tous les ressortissants d’Etat tiers domiciliés dans l’Espace Schengen.

Aujourd’hui, pour pouvoir contrôler une personne physique à la frontière, il faut avoir un soupçon suffisamment fondé. En gros, à moins de pointer la kalachnikov sur le douanier, vous passez.

En renonçant à exercer sa souveraineté sur sa frontière intérieure, la Suisse a perdu également le droit de soumettre à visa les ressortissants du pays de son choix. Ce faisant elle s’est aliénée le droit de contrôler et de timbrer des passeports et de refouler des personnes indésirables. Faute de mesure de remplacement, les policiers, totalement désarmés, n’ont pas trouvé d’autre alternative que d’enfreindre la loi et d’annoter les passeports de mendiants roumains.

Les conséquences de l’affaiblissement de notre ordre juridique dans le domaine de la sécurité ne se sont pas fait attendre. Les crimes et délits commis par le tourisme criminel ont explosé.

Trafic de drogue:

« Le prix moyen de l’héroïne dans les autres cantons romands varie entre 70 et 100 francs le gramme. En France, c’est la même chose en euros. A Genève, les 5 grammes coûtent aujourd’hui 140 francs seulement (soit 28 francs le gramme). Pour les autres drogues, il n’y a pas de différence de prix. C’est dire que les consommateurs, dont 75 à 80% viennent de l’extérieur, ont tout intérêt à s’approvisionner ici. Les marchés sont, schématiquement dit, tenus par des ressortissants d’Afrique de l’Ouest pour la cocaïne, des pays de l’Est pour l’héroïne et du Maghreb pour ce qui est du haschisch ou de la marijuana, en plus de la production locale. Des canaux inédits de trafic de cocaïne ont également été mis au jour dans le milieu albanais. En termes de peine-menace, le dealer prend un risque plus important en allant ailleurs en Europe. La position géographique de Genève en fait aussi un point d’entrée pour les produits en provenance de divers pays. Je pense qu’un renforcement de la répression et des sanctions aurait un effet dissuasif en la matière. »
Source: Le Temps mars 2010

Insécurité:

On nous a promis que Schengen change peu de chose aux contrôles à la frontière…. Et pourtant… Le nouveau cadre légal empêche le Cgfr d’accomplir sa mission de police de sécurité… En 2003, plus de 30’000 remises à la police, en 2009 moins de 3’500.

Genève, le canton qui bat tous les records:

Genève étant le canton qui récolte la palme d’or du taux de criminalité en Suisse, vous observerez la croissance des infractions contre le patrimoine et les infractions contre l’intégrité sexuelle.
Bilan: Schengen = plus de criminalité

Il convient de:
– prévoir un centre de rétention administrative dans les cantons frontaliers
– de durcir la LStup
– de prévoir une police de l’immigration nationale et cantonale
– réhabiliter le Cgfr dans ses droits
– de réviser la répartition des tâches entre la Confédération et les cantons
– mais surtout de dénoncer Schengen

plus sur le thème
Exposé
partager l’article
18.01.2019, de Christoph Blocher
Discours de l'Albisgüetli du 18 janvier 2019 à l'occasion de la 31e assemblée de l'Albisgüetli de l'UDC... lire plus
Journal du parti
partager l’article
16.01.2019, de Albert Rösti
L’UDC symbolise la liberté et la sécurité. A notre époque marquée par des migrations de populations entières... lire plus
Journal du parti
partager l’article
16.01.2019, de Roger Köppel
Le mensonge le plus éhonté proféré par des cercles intéressés à diffuser des fausses rumeurs sur la... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Politique des étrangers

Limiter l’immigration

Politique sociale

Consolider les institutions sociales – combattre les abus

Politique de la sécurité

Punir les criminels au lieu de les chouchouter

Politique du sport

Bon pour le corps et l’esprit

Politique de l'énergie

Pour un approvisionnement énergétique sûr et avantageux

Politique de la santé

Qualité grâce à la concurrence

Politique d'asile

Régler enfin le chaos dans le secteur de l’asile

Religions

S’engager pour nos valeurs

Politique de l'économie

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Recommander cette page par E-Mail


Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord