Participer
Exposé
Conférence de presse de 26. août 2016

Service de base et non pas service complet

Le 14 juin 2015 le peuple suisse a accepté d’extrême justesse la révision de la loi sur la radio et la télévision (LRTV) et l’introduction d’un nouvel impôt Billag sur les médias. Par la même occasion le souverain a exigé l’ouverture d’un large débat public sur le contenu et le volume du « service public » de la SSR. Mais comment cette discussion peut-elle avoir lieu alors que le Conseil fédéral cherche à la bloquer d’emblée avec son rapport sur le « service public »?

Car c’est exactement l’impression que l’on retire de la lecture du rapport gouvernemental sur le « service public ». Le Conseil fédéral refuse toute discussion sur les 1,3 milliard de francs d’argent des contribuables mis à disposition de la SSR. Ce rapport est unilatéral et élude les principales questions de fond, comme celles touchant au fonctionnement du marché. Il n’y a pas l’amorce d’un débat sur l’étendue du « service public », sur la justification des interventions de l’Etat dans un paysage médiatique en constante évolution ou encore sur les forces du marché qu’il faut laisser jouer.

Les conditions changent pourtant en fonction des régions linguistiques. En Suisse alémanique le nombre de producteurs de programmes de radio et de télévision est beaucoup plus important que par exemple chez moi en Suisse romande. Dans les petites régions linguistiques comme la Suisse rhéto-romanche ou italianophone il faut davantage de « service public » qu’en Suisse alémanique où le service complet de la SSR étouffe de plus en plus la concurrence.

Les offres étatiques de chaînes et d’informations ne doivent être qu’un complément de l’offre existant sur le marché médiatique, mais en aucun y occuper une position dominante. Or, c’est ce qui se passe aujourd’hui. Dans la perspective du renouvellement de la concession de la SSR, le Conseil fédéral doit absolument envisager une réduction de l’offre étatique de chaînes et d’informations.

Il s’agit dans un premier temps de déterminer les besoins de régulation, puis de fixer les limites du « service public ». Le rapport du Conseil fédéral évite soigneusement d’analyser cet aspect et de définir des objectifs. Au lieu d’aborder dans un esprit critique la question décisive pour notre démocratie, à savoir la sauvegarde de la diversité des médias dans un marché médiatique vivant, le Conseil fédéral accepte que la SSR poursuive son expansion dans le secteur en ligne. Ce développement des influences de l’Etat est malsain et n’a plus aucun rapport avec la garantie d’un « service public ».

Comme lors de l’introduction d’impôt Billag sur les médias, le Conseil fédéral manœuvre pour éviter les modifications constitutionnelles, donc les consultations populaires, qu’exige en fait sa politique. Les objectifs de son rapport sont donc totalement faux.

Le gouvernement refuse aussi obstinément d’ouvrir un débat sur le budget de la SSR et sur le montant de l’impôt sur les médias. Durant la session d’hiver 2015 il a pourtant annoncé explicitement la présentation de variantes budgétaires en réponse à une question posée au Parlement. Il s’oppose aussi à toute modification de la forme juridique de la SSR et de vérifier si pour la SSR avec son budget de 1,6 milliard de francs une société anonyme ne serait pas plus conforme aux exigences actuelles que la structure surannée d’une association.

Le fait est que si les exigences formulées par la SSR dans son nouveau document stratégique sur la politique médiatique étaient satisfaites, donc si la SSR se concentrait sur un « service public » de base au lieu de viser un service complet, l’impôt sur les médias pourrait être réduit de moitié. On jetterait ainsi les bases d’une plus grande diversité médiatique, de médias plus indépendants, d’un développement plus efficace des médias privés et d’une meilleure qualité des médias.

partager l’article
Thèmes
par l’auteur
UDC conseiller national (FR)
plus sur le thème
éditorial
partager l’article
12.02.2019, de Gregor Rutz
Les discussions sur la justification et le montant de l'impôt médiatique ne cessent depuis que la révision... lire plus
Consultation
partager l’article
25.10.2018
L'UDC reconnaît le besoin des entreprises de disposer d'une structure de réseau et d'information fonctionnant parfaitement. Elle... lire plus
Consultation
partager l’article
12.10.2018
L'UDC rejette la nouvelle loi sur les médias électroniques qui provoque une sensible extension du mandat de... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Politique extérieure

Indépendance et autodétermination

Politique d'asile

Régler enfin le chaos dans le secteur de l’asile

Politique de l'économie

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie

Politique agricole

Pour une production indigène

Politique de l'énergie

Pour un approvisionnement énergétique sûr et avantageux

Politique de la formation

Système de formation axé sur la pratique au lieu de réformes à répétition

Politique des étrangers

Limiter l’immigration

Politique de la famille

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle

Politique des transports

Se déplacer librement sans obstacle chicanier

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord