Participer
Exposé
Assemblée des délégués Assemblées des délégués à Berg (TG)

Six semaines de vacances pour tous égalent plus de stress et de chômage pour tous

Voulez-vous six semaines de vacances? La plupart des gens répondront sans doute spontanément "oui". Cela n’a d’ailleurs rien d’étonnant si la question est posée de cette manière. Mais si la…

Voulez-vous six semaines de vacances? La plupart des gens répondront sans doute spontanément « oui ». Cela n’a d’ailleurs rien d’étonnant si la question est posée de cette manière. Mais si la personne interrogée prend le temps de la réflexion et songe aux conséquences concrètes de cette proposition, elle arrivera rapidement à la conclusion que cette initiative apporte certes plus de vacances à quelques salariés, mais qu’elle conduit globalement à une hausse du chômage. Elle est même complètement déplacée à une époque de difficultés économiques comme la nôtre. Tout en augmentant les charges des entreprises, cette initiative rompt avec un partenariat social qui a fait ses preuves et provoque un gel des salaires.

Plus de stress

Le syndicat Travail.Suisse prétend que cette initiative réduira le stress à la place de travail. C’est le contraire qui est vrai. Plus de vacances et, partant, plus d’absences entraînent forcément plus de travail pour ceux qui restent, car il faut bien que quelqu’un fasse le travail. Ou alors ceux qui partent en vacances travaillent plus avant leur congé pour compenser leur absence. Dans tous les cas, le stress à la place de travail augmente. C’est une erreur de croire que les entreprises engageront plus de monde si elles doivent accorder davantage de semaines de congé. Elles ne peuvent tout simplement pas se permettre cela. Ce constat vaut surtout pour les PME ainsi que les arts et métiers qui représentent tout de même quelque 99% des entreprises suisses.

Forte de mon expérience de chef d’entreprise et de collaboratrice dans notre propre exploitation, je peux vous dire très clairement quelles seraient les conséquences de cette nouvelle revendication: une augmentation des coûts du travail qui réduit la compétitivité sur un marché du travail aujourd’hui déjà âprement disputé. Cette initiative accélère une concurrence d’élimination qui touche actuellement presque toutes les branches.

Le compte est simple

Accorder deux semaines de vacances de plus, c’est devoir compenser un demi-salaire mensuel par salarié. Coût total de l’opération pour l’économie suisse: environ 6 milliards de francs par an. Il sera difficile de reporter ces charges supplémentaires sur les consommateurs. Cette initiative arrive des surcroît au plus mauvais moment. En conclusion, nous ferons finalement tous les frais sous une forme ou sous une autre de cette proposition déplacée.

Les coûts salariaux suisses sont largement supérieurs à la moyenne internationale. Une prolongation des vacances réduit la productivité des salariés et pousse encore une fois à la hausse les charges de personnel. Les frais de production augmentent et avec eux le prix des produits.

Les entreprises suisses doivent aujourd’hui se battre avec un franc surévalué et une crise économique internationale. Elles ne disposent plus des réserves nécessaires pour engager du personnel. Une augmentation des vacances les force à prendre des mesures de rationalisation pour économiser du personnel. C’est une question de survie. Donc, la conséquence directe de l’initiative populaire « 6 semaines de vacances pour tous » est une progression du chômage.

Les solutions individuelles par entreprise ont fait leurs preuves

Les vacances sont aujourd’hui réglées de manières différentes en fonction des branches. De nombreuses conventions collectives de travail comme, par exemple, dans l’œuvre principale du bâtiment, dans l’industrie des machines, dans plusieurs entreprises pharmaceutiques, etc. prévoient aujourd’hui déjà cinq semaines de vacances. Cette diversité des règlementations est utile parce que la situation change d’une branche et d’une entreprise à l’autre. Les règlementations individuelles entre partenaires sociaux sur la base des conditions particulières de chaque branche ont fait leurs preuves.

Liberté d’entreprendre

Si nous voulons sauvegarder durablement nos emplois, nous devons renforcer nos entreprises et leur laisser la liberté d’agir en fonction de leurs besoins. Observez donc ce qui se passe dans les pays qui nous entourent, voyez les conséquences des interventions de l’Etat, des horaires de travail réduits, de l’augmentation des vacances, des salaires minimaux et de la protection contre les licenciements: un fort chômage et des dettes énormes.

Pour toutes ces raisons je vous prie de rejeter clairement l’initiative populaire « 6 semaines de vacances pour tous ».

partager l’article
Thèmes
par l’auteur
SVP conseillère nationale (AG)
plus sur le thème
Exposé
partager l’article
10.01.2019, de Céline Amaudruz
Comme vous le savez, l'UDC est un parti suisse dont la vocation consiste à proposer ce qu'il... lire plus
éditorial
partager l’article
18.12.2018, de Thomas Matter
L'été dernier déjà le Conseil fédéral avait décidé, sur proposition du Département fédéral des finances, de prendre... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
22.11.2018
Le Conseil fédéral annonce aujourd'hui qu'il a approuvé le 21 novembre 2018 le message concernant l'application des... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Propriété

Contre l’expropriation, pour la protection de la sphère privée

Le cas particulier suisse

Pour une Suisse indépendante et sûre d’elle

Politique de l'économie

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie

Politique de la culture

La culture est l’affaire de la culture

Religions

S’engager pour nos valeurs

Politique agricole

Pour une production indigène

Politique de la santé

Qualité grâce à la concurrence

Politique Environnementale

Un environnement intact pour nous et nos descendants

Politique de la famille

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Recommander cette page par E-Mail


Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord