Participer
Exposé
Conférence de presse de 09. janvier 2009

Un habitant de la Suisse sur trois vient de l’étranger!

Les Jeunes UDC, la Lega dei Ticinesi et les Démocrates suisses ont réussi à faire aboutir un référendum contre la libre circulation avec la Roumanie et la Bulgarie. L’extension de la libre circulation

Les Jeunes UDC, la Lega dei Ticinesi et les Démocrates suisses ont réussi à faire aboutir un référendum contre la libre circulation avec la Roumanie et la Bulgarie. L’extension de la libre circulation à ces deux pays a été liée à la poursuite de la libre circulation avec les autres membres de l’UE. Ce procédé est parfaitement antidémocratique, car en 2005 le Conseil fédéral et le Parlement avaient promis au peuple suisse qu’il pourrait toujours voter séparément sur chaque extension de la libre circulation des personnes. Des promesses qui, une fois de plus, n’étaient que des mensonges.

Il y a trois bonnes raisons au moins de voter non le 8 février prochain à la libre circulation des personnes avec la Roumanie et la Bulgarie:

  • la Suisse subira une nouvelle vague d’immigration en masse.
  • les pressions sur les salaires et les tensions sur le marché du travail provoquées par l’immigration généreront du chômage et de la pauvreté.
  • la criminalité, notamment celle de bandes organisées, et le tourisme criminel augmenteront.

La libre circulation des personnes de ces sept dernières années a provoqué un afflux d’étrangers en Suisse. Entre son introduction le 1er janvier 2002 et fin 2007, le nombre d’Allemands vivant en Suisse presque doublé pour passer de 127 085 à 224 324.[i] On ne dispose malheureusement pas encore des chiffres définitifs pour l’an passé, mais la statistique publiée en septembre annonce d’ores et déjà une nouvelle immigration en masse pour 2008. La suppression des contingents pour les 15 anciens membres de l’UE en juin 2007 a provoqué une hausse exceptionnelle du nombre d’étrangers vivant en Suisse. Entre les mois d’août 2007 et 2008, la population étrangère a augmenté de 5% pour s’établir à 1 619 000 personnes.[ii] Si la libre circulation reste en place et si, comme prévu, d’autres contingents sont étendus pour être finalement supprimés, nous devons nous attendre à la poursuite de la croissance annuelle de 5%. Cela signifie qu’en l’an 2013 plus de deux millions d’étrangers vivront en Suisse, soit deux fois plus qu’en 1990!

En 1970, une initiative populaire visait à limiter à 10% la proportion d’étrangers résidant en Suisse. 46% des Suisses l’ont approuvée. Aujourd’hui, ce taux est de 22%, mais une partie importante des étrangers de l’époque ne comptent plus dans la statistique parce qu’ils ont été naturalisés entre-temps. Si on tenait compte des étrangers ayant reçu la nationalité suisse durant les 25 ans écoulés, on obtiendrait une proportion de 28,5% et si on y ajoutait les personnes en séjour de courte durée, les requérants d’asile et les frontaliers on atteindrait 32,3%.

En d’autres termes, aujourd’hui déjà une personne sur trois habitant et/ou travaillant en Suisse est de l’étranger. Et comme nous l’avons constaté plus haut, cette proportion continuera d’augmenter en raison de la vague d’immigration actuelle.

Combien d’étrangers la Suisse peut-elle accueillir? Quelle est la limite maximale compte tenu de la population totale de ce petit pays? Voulons-nous continuer de bétonner la Suisse pour créer de nouveaux logements? Combien de nouveaux postes de travail pourrons-nous encore créer pour répondre à l’afflux de demandeurs d’emploi étrangers?

Le Conseil fédéral doit enfin reprendre la responsabilité de l’immigration et stopper cette arrivée aussi massive qu’incontrôlée d’étrangers en Suisse. Mais il semble que l’unique souci de notre gouvernement est de plaire à l’UE. Et pour cela il ne recule pas devant la propagande mensongère et les menaces.

Le peuple ne doit pas se laisser impressionner par les menaces du Conseil fédéral. Nous devons défendre les intérêts de la Suisse et non pas ceux du Conseil fédéral et de Bruxelles!

Voilà pourquoi nous disons clairement non le 8 février 2009 au paquet trompeur et antidémocratique de la libre circulation des personnes, donc non à une immigration dont la Suisse a perdu le contrôle.

________________________________________

[i] Office fédéral de la statistique, Etrangères et étrangers en Suisse, rapports de 2002 et 2008.
[ii] Office fédéral de la migration, Statistique des étrangers de fin août 2008.

partager l’article
Thèmes
plus sur le thème
Journal du parti
partager l’article
13.03.2019, de Michaël Buffat
En publiant ses statistiques sur l’immigration et l’asile, la confédération tente de nous faire croire que la... lire plus
Exposé
partager l’article
10.01.2019, de Thomas Aeschi
L'UDC se distingue par sa politique continue et persévérante en faveur de la Suisse. Son groupe parlementaire... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
08.11.2018
Après la Commission des institutions politiques du Conseil national, la même commission du Conseil des Etats approuve... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Religions

S’engager pour nos valeurs

Politique de la culture

La culture est l’affaire de la culture

Politique financière

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat

Politique des médias

 Plus de diversité, moins d’Etat

Politique de la sécurité

Punir les criminels au lieu de les chouchouter

Politique du sport

Bon pour le corps et l’esprit

Politique de la famille

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle

Politique des étrangers

Limiter l’immigration

Propriété

Contre l’expropriation, pour la protection de la sphère privée

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord