Participer
Exposé
Conférence de presse de 21. avril 2009

Un oui entraÎne des coÛts supplémentaires pour un demi-milliard de francs par an

C’est une politique sociale erronée qui a généré au fil des décennies passées une augmentation énorme des charges sociales. De plus en plus de citoyens dépendent de l’aide publique parce que les salai

C’est une politique sociale erronée qui a généré au fil des décennies passées une augmentation énorme des charges sociales. De plus en plus de citoyens dépendent de l’aide publique parce que les salaires normaux versés par l’industrie, les arts et métiers ne leur permettent plus de supporter la charge croissante des déductions sociales et des impôts. Ce furent toujours des petites extensions de l’Etat social qui, en l’espace de 20 ans, ont entraînée une augmentation de moitié des charges sociales dont la part au produit intérieur brut a ainsi passé de 20 à 30%. Le projet mis au vote le 17 mai prochain « pour la prise en compte des médecines complémentaires » est parfaitement dans la ligne de ce développement.

Eloignement progressif du mandat social de la LAMal
La bonne qualité de la desserte médicale de base n’exige pas une extension de l’offre médiale couverte par l’assurance-maladie obligatoire. C’est un pur hasard – et nous n’y sommes pour rien – si aujourd’hui même une « table ronde » réunit des représentants de la santé publique pour débattre de mesures extraordinaires contre la hausse des coûts due aux prestations de l’assurance-maladie obligatoire. Dans les discussions d’aujourd’hui, il s’agit moins de savoir si quelque chose va être consommé, que savoir comment on va payer le coût effrayant de la santé publique. Comme dans le passé, les fournisseurs de prestations médicales réussissent encore et toujours à faire croire que la structure actuelle des diagnostics et des thérapies est inévitable. Or, il est évident que de nombreuses phases improductives et des prestations médicales accordées à des personnes en bonne santé servent avant tout à gonfler la desserte médicale. On est loin du mandat social qu’était censé remplir à l’origine la LAMal.

Extension quantitative dans l’assurance de base
Les conséquences de l’attitude irrationnelle du Parlement, dont la Commission de gestion a exigé une réduction du catalogue des prestations, mais dont les deux chambres plénières ont approuvé une extension de ce catalogue par le projet débattu aujourd’hui, sont faciles à prévoir: élargie par la médecine complémentaire, l’offre de l’assurance obligatoire sera utilisée non seulement par les assurés, mais aussi par les médecins et thérapeutes admis. Il n’y aura plus les barrières constituées aujourd’hui par la responsabilité individuelle, le recours aux remèdes familiaux et l’assurance complémentaire. Une extension quantitative de l’assurance de base est donc inévitable. Il sera possible de prescrire et de consommer sans aucune limite ou presque les prestations de la médecine complémentaire, des thérapies, des médicaments, des séjours hospitaliers, etc. à charge de l’assurance-maladie solidaire.

Hausse massive des coûts
Les coûts supplémentaires que ce projet entraîne pour les assurés et les contribuables ne sont pas négligeables. Les prestations de la médecine complémentaire couvertes aujourd’hui par les assurances complémentaires occasionnent des dépenses de l’ordre de 200 millions de francs par an. De surcroît, les patients consomment à leurs propres frais des prestations de la médecine complémentaire, des prestations de médecins et de thérapeutes ainsi que des médicaments. On ne connaît pas le montant de ces dépenses puisqu’elles ne passent pas par l’assurance de base. A côté des 200 millions de francs dépensés aujourd’hui par les assurances complémentaires, les offres de la médecine complémentaire seront sans doute aussi revendiquées – puisque couvertes par l’assurance de base – par des personnes qui jusqu’ici n’y recourraient pas. On peut donc prévoir sans grand risque d’erreur que les dépenses couvertes par l’assurance de base au titre de la médecine complémentaire vont doubler par rapport à aujourd’hui si le projet est accepté. Ce dernier prévoit aussi la reconnaissance de nouvelles professions thérapeutiques, la formation des médecins et une offre d’enseignement adéquate dans les universités. Il s’agit donc là de tâches supplémentaires que devront assumer la Confédération et les cantons. Bref, on peut s’attendre à ce qu’un oui le 17 mai prochain à la médecine complémentaire entraîne des charges supplémentaires de l’ordre d’un demi-milliard de francs pour les assurés et les contribuables.

Conclusion
La proposition d’introduire la médecine complémentaire dans l’assurance de base obligatoire soulève une question fort simple: faut-il faire payer par la collectivité tout ce qui contribue au bien-être des gens? Je dis NON, parce que je ne veux pas accélérer la hausse inévitable des primes d’assurance-maladie et aussi parce que j’estime que chaque membre de notre société doit assumer un minimum de responsabilité individuelle.

par l’auteur
Toni Bortoluzzi
SVP (ZH)
plus sur le thème
éditorial
partager l’article
27.12.2018, de Franz Ruppen
L'initiative populaire contre le mitage lancée par les Jeunes Verts exige un gel des zones de construction.... lire plus
Consultation
partager l’article
15.11.2018
L'UDC Suisse refuse l'introduction d'un système d'indemnisation de la prise en charge de proches. Ce projet de... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
14.11.2018
La Politique agricole à partir de 2022 (PA22+), que le Conseil fédéral a mise en consultation aujourd'hui,... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Politique sociale

Consolider les institutions sociales – combattre les abus

Politique de l'énergie

Pour un approvisionnement énergétique sûr et avantageux

Défense nationale

Pour la sécurité du pays et de ses habitants

Politique agricole

Pour une production indigène

Le cas particulier suisse

Pour une Suisse indépendante et sûre d’elle

Politique de la famille

Responsabilité individuelle au lieu de mise sous tutelle

Politique de la culture

La culture est l’affaire de la culture

Politique Environnementale

Un environnement intact pour nous et nos descendants

Propriété

Contre l’expropriation, pour la protection de la sphère privée

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Recommander cette page par E-Mail


Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord