Participer
Consultation

07.419 n Iv.pa. Politique en faveur de la famille. Article constitutionnel. Consultation

L’UDC rejette le projet mis en consultation d’un article constitutionnel sur la politique familiale. Le but visé, à savoir la promotion de la famille, n’est absolument pas atteint avec le projet…

Réponse de l’UDC à la procédure de consultation

L’UDC rejette le projet mis en consultation d’un article constitutionnel sur la politique familiale. Le but visé, à savoir la promotion de la famille, n’est absolument pas atteint avec le projet d’article constitutionnel 115a. En fait, celui-ci a même plutôt l’effet contraire en dévalorisant la responsabilité individuelle et en dissolvant les liens familiaux.

Il semble que le principe, selon lequel la famille constitue la cellule élémentaire d’une société stable et vivante, fasse l’unanimité. Un consensus paraît également se dessiner à propos de la nécessité de protéger la famille qui, aujourd’hui, est parfois exposée à des contraintes si lourdes – de nature financière notamment – qu’elle risque de tomber dans la détresse. Cette situation peut évidemment décourager des jeunes couples de fonder eux-mêmes une famille. Mais quand la Confédération, ses prétendus experts en politique familiale et la gauche se lamentent devant cette situation, ils ne versent en réalité que des larmes de crocodile. Ce sont en effet ces mêmes milieux qui sont à l’origine de la hausse constante des impôts, taxes et redevances qui étranglent les classes moyennes et les familles.

La réponse à ce problème ne peut certainement pas consister à accélérer encore la funeste machinerie de répartition de l’Etat, à transférer la responsabilité politique et décisionnelle des cantons et communes vers la Confédération, voire à charger l’Etat de tâches importantes incombant aux familles comme l’éducation et la socialisation des enfants.

En analysant le projet et le rapport explicatif du Conseil fédéral, on constate très vite que le but réel n’est nullement la promotion de l’unité familiale ainsi que la recherche de la compatibilité de la vie familiale et des activités lucratives; en réalité, les auteurs de ce projet ne cherchent qu’à concilier la « production » d’enfants avec l’exercice d’une profession. Ils partent systématiquement du principe que la garde et l’éducation représentent une « charge » pour la famille et les parents et que l’Etat ou d’autres tiers doivent assumer cette « charge ». Ce raisonnement débouche forcément sur une extension de l’offre d’institutions de garde extrafamiliale par la Confédération ainsi que sur des déductions fiscales supplémentaires réservées exclusivement aux parents faisant garder leurs enfants par des tiers (contre rétribution). L’UDC rejette ces deux propositions.

Ces pseudo-mesures de soutien aux familles exercent de surcroît une pression subtile et perfide sur les couples afin que les deux parents conservent leur activité lucrative, cela dans l’objectif principal de générer davantage de masse imposable par l’Etat. Ce ne sont en effet que ces couples-là qui bénéficient pleinement de déductions fiscales.

Nous ne pouvons pas constater par ailleurs que les cantons et les communes soient actuellement dépassés par leurs tâches de politique familiale, voire que ces collectivités échouent dans ce domaine d’activité. Aussi invitons-nous le Conseil fédéral à renoncer à toute mesure ou intervention à ce niveau et à abandonner purement et simplement la modification constitutionnelle présentée ici. Dans ce domaine comme dans d’autres la Confédération se doit de respecter strictement les principes du fédéralisme et de la subsidiarité.

Pour toutes ces raisons l’UDC refuse clairement ce projet d’inscription d’une politique familiale dans la Constitution fédérale. Les mesures publiques visant à décharger les familles ne doivent pas dépendre du fait que des parents confient la garde et l’éducation de leurs enfants à des tiers contre rétribution ou que les deux parents exercent une activité lucrative.

plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
03.09.2019
Réuni pour préparer la session parlementaire d'automne qui s'ouvre la semaine prochaine, le groupe UDC s'est prononcé... lire plus
Consultation
partager l’article
21.06.2019
L'UDC rejette le projet (central) qui demande l'accès au mariage civil pour tous les couples indépendamment du... lire plus
Journal du parti
partager l’article
14.05.2019, de Thomas Aeschi
La classe moyenne est le pilier de notre pays. Cela étant, les salaires stagnent en Suisse, tandis... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Finances, impôts et redevances

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat.

Formation

Stopper les réformes prétentieuses et irréalistes– revenir à une formation axée sur la pratique.

Politique d'asile

Corriger enfin le chaos qui règne dans la politique d’asile.

Sécurité, droit et ordre

Protéger les victimes et pas les délinquants.

Energie

Pour un approvisionnement énergétique qui a de l’avenir.

Sport

Un esprit sain dans un corps sain.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Politique concernant les étrangers

Ramener l’immigration à un niveau raisonnable.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord

Êtes-vous prêt à vos engager pour une Suisse sûre et libre ?

Participe - garantir le succès des élections

Engage-toi avec nous:

Je donne mon temps pour une Suisse libre et sûre