Participer
Consultation

Déplafonnement du pour-cent de solidarité dans l’assurance-chômage

L’UDC s’oppose expressément à ce que la solution de compromis difficilement obtenue dans le cadre de la quatrième révision de l’assurance-chômage soit modifiée deux ans à peine après l’entrée en…

Réponse à la consultation de l’Union démocratique du centre (UDC)

L’UDC s’oppose expressément à ce que la solution de compromis difficilement obtenue dans le cadre de la quatrième révision de l’assurance-chômage soit modifiée deux ans à peine après l’entrée en vigueur des nouvelles dispositions. La suppression de la limite supérieure pour le pour-cent de solidarité sur des revenus entre 126 000 et 315 000 francs équivaut à l’introduction d’un impôt spécial sur les hauts revenus. Cette modification viole le principe de l’assurance et abuse de la solidarité. Pour toutes ces raisons, l’UDC rejette le projet mis en consultation.

Approuvée par le peuple le 26 septembre 2010 et entrée en vigueur le 1er avril 2011, la quatrième révision de la loi sur l’assurance-chômage (LACI) a pour objectif l’assainissement financier de cette institution. L’UDC a soutenu durant le débat parlementaire la solution de compromis qui prévoit des mesures tant au niveau des dépenses et qu’à celui des recettes. Dans le but de réduire la forte dette de l’assurance-chômage, l’UDC a également approuvé le pour-cent de solidarité sur les revenus élevés, mais à condition que ce prélèvement soit limité aux revenus se situant entre 126 000 et 315 000 francs et que les mesures agissant sur les dépenses et celles visant les recettes de l’assurance-chômage soient en équilibre.
Le revenu assuré dans l’assurance-chômage étant plafonné à 126 000 francs, le versement du pour-cent de solidarité peut être considéré comme un impôt spécial sur les revenus élevés parce qu’il ne donne lieu à aucune contreprestation. Il s’agit donc là clairement d’une violation du principe de l’assurance en vertu duquel une prime calculée sur la base de la technique d’assurance donne toujours droit à une prestation équivalente.

Mais ce projet abuse de la solidarité entre assurés non seulement parce que le pour-cent de solidarité ne correspond à aucune prestation supplémentaire, mais aussi parce que les personnes ayant un revenu élevé sont moins souvent au chômage et apportent donc globalement une contribution positive à l’assurance-chômage. Ce projet vise par ailleurs uniquement à augmenter les recettes de l’assurance chômage et n’agit pas sur les dépenses, un procédé que l’UDC rejette de toute manière par principe.

Selon les dispositions légales en vigueur et le projet mis en consultation, la durée du prélèvement du pour-cent de solidarité dépend du développement de l’assurance-chômage (valeur minimale pour les fonds propres du fonds de compensation après déduction du capital nécessaire à l’exploitation). Selon le Conseil fédéral, le déplafonnement proposé ramènerait la durée de la réduction de la dette de 20 à 15 ans à condition que les autres conditions-cadres ne changent pas et que le taux de chômage reste à un niveau relativement bas (3,2%). L’UDC est cependant d’avis que ce scénario est beaucoup trop optimiste, surtout compte tenu du développement économique en Europe. Conséquence de la libre circulation des personnes et des effets économiques nocifs des mesures d’accompagnement, le risque d’une augmentation du chômage en Suisse est désormais beaucoup plus élevé. L’assainissement financier de l’assurance-chômage, la réduction de la dette et, partant, le levée du processus de solidarité pourraient donc durer nettement plus longtemps que prévu. L’UDC ne peut admettre qu’un certain groupe de personnes soit contraint de payer la facture d’erreurs politiques commises en Suisse et à l’étranger.

L’UDC rejette ce projet qui annule un compromis trouvé précédemment et qui risque fort de devenir une ressource supplémentaire et durable pour l’assurance-chômage sous la forme d’un impôt spécial affecté sur les hauts revenus. Cette appréciation négative du projet est d’autant plus justifiée qu’aucune mesure n’est prévue pour réduire les prestations et les dépenses de cette institution.

 

partager l’article
Thèmes
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
21.02.2020
Réuni aujourd'hui à Muotathal (SZ), le groupe parlementaire UDC s'est clairement prononcé contre l'introduction d'une "rente de... lire plus
Journal du parti
partager l’article
17.02.2020, de Martina Bircher
Le cas du bébé abandonné à Därstetten (BE) par sa mère allemande Marion W. a choqué la... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
17.02.2020
Le Tribunal fédéral a publié hier un jugement qui accorde aux enfants de réfugiés un droit à... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Institutions sociales

Garantir les institutions sociales – combattre les abus.

Transports

Halte aux bouchons et aux mesures chicanières dans le trafic routier.

Nous sommes la patrie

La Suisse a sa propre histoire, une histoire marquée par sa diversité culturelle, ses traditions, ses valeurs et par les femmes et les hommes qui cohabitent pacifiquement dans ce pays.

Religion

Nous engager pour nos valeurs.

Internet et numérisation
Pour un internet libre.
Agriculture

Pour une production indigène.

Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Soutenir la propriété – renforcer la liberté

Non aux expropriations, oui à la protection de la sphère privée.

Sport

Un esprit sain dans un corps sain.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord