Participer
Consultation

Modification de la loi fédérale sur le droit international privé (droit successoral)

L’UDC s’engage pour que les citoyennes et citoyens suisses puissent décider en toute indépendance et en assumant leurs responsabilités par quel Etat leur succession doit être réglée. Il faut en particulier qu’ils aient la liberté de désigner les autorités suisses pour traiter leur succession, donc que le droit suisse soit appliqué à cette procédure.

Il est central pour les Suisses de l’étranger et les membres de leurs familles d’être certains quel pays sera compétent pour le règlement de leur succession, quel droit sera appliqué à cette procédure et, surtout, de savoir dans quelle mesure ils sont libres de décider. Il ne serait pas tolérable que, par exemple, un Etat de domicile africain puisse décider de régler lui-même toute la succession, de ne tenir compte que des biens se trouvant dans l’Etat de domicile ou de laisser les autorités suisses s’occuper de la succession. Il peut arriver que l’Etat de domicile étranger se considère comme compétent pour le règlement de la succession alors que le testament ou le contrat successoral du Suisse de l’étranger décédé prévoit une autre solution. En pareil cas, on agirait donc contre la volonté du défunt. Une telle situation a pour conséquence des procédures longues et épuisantes ainsi que des frais considérables.

Si la situation économique de la personne décédée comporte des liens avec les régimes juridiques de plusieurs pays, il est toujours difficile de régler les compétences au niveau international pour le règlement de la succession en raison des doutes qui peuvent persister quant au droit applicable. Tel peut par exemple être le cas d’un rentier suisse qui passe la majeure partie de l’année dans son logement de vacances en Toscane.

La LDIP règle de manière exemplaire les cas de collusion légale mentionnés ci-dessus. D’autres Etats règlent de la même manière ces questions juridiques dans la perspective de leur régime légal. Un droit national non harmonisé provoque régulièrement des conflits de compétences entre les Etats et peut provoquer des décisions contradictoires. Les héritiers subissent directement les conséquences négatives non négligeables et souvent harassantes de ces situations.

Il faut aussi rappeler à ce propos que l’enseignement du droit, la jurisprudence et la pratique ont évolué durant les 29 années qui ont suivi l’entrée en vigueur des dispositions légales que l’on se propose de réviser.

Du point de vue de l’UDC, le renforcement de l’autonomie privée grâce à des possibilités supplémentaires d’adaptations individuelles par rapport au droit en vigueur constitue un pas dans la bonne direction en faveur du testateur, soit en particulier la convention concernant le for judiciaire et le choix du régime juridique applicable.

La modernisation des règles de compétence et de reconnaissance doit également être saluée dans la mesure où elle permet de prévenir des conflits de compétence et d’éviter des procédures inutiles et coûteuses.

La sécurité du droit est augmentée pour les parties ainsi que pour les autorités exécutives par le fait que les dispositions du 6e chapitre de la LDIP sont dans une large mesure harmonisées avec le droit international en vigueur. Cette adaptation au droit successoral UE ne doit cependant en aucun cas conduire à un régime d’adaptation automatique.

L’UDC soutient enfin les éventuelles adaptations de la LDIP résultant de la pratique et répondant à des besoins de clarification, mais non pas motivées par le seul souci d’aligner le droit suisse sur le droit UE.

partager l’article
Thèmes
plus sur le thème
Journal du parti
partager l’article
18.02.2020, de Jean-Luc Addor
La population de notre pays ne cesse d’augmenter. La cause ? Nous la connaissons tous. Ce n’est... lire plus
Journal du parti
partager l’article
18.02.2020, de Peter Keller
Comment le Conseil fédéral a-t-il résolu les problèmes d’immigration dans les années 60? En fixant des contingents.... lire plus
Journal du parti
partager l’article
18.02.2020, de Martin Haab
Les Verts pointent constamment du doigt nos agriculteurs lorsqu‘il s‘agit de l’appauvrissement de la biodiversité en Suisse.... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Finances, impôts et redevances

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat.

Armée

La sécurité de la population.

Agriculture

Pour une production indigène.

Internet et numérisation
Pour un internet libre.
Médias

Plus de diversité, moins d’Etat.

Sécurité, droit et ordre

Protéger les victimes et pas les délinquants.

Sport

Un esprit sain dans un corps sain.

Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord