Participer
Consultation

Modification de la loi sur les banques (too big to fail, TBTF)

Aux yeux de l’UDC, ce projet de modification de la loi sur les banques, qui vise à réduire le risque émanant de banques importantes pour tout le système économique, est mal réfléchi et incomplet…

Réponse de l’Union démocratique du centre UDC

Aux yeux de l’UDC, ce projet de modification de la loi sur les banques, qui vise à réduire le risque émanant de banques importantes pour tout le système économique, est mal réfléchi et incomplet. On y cherche en vain des mesures d’organisation visant à subdiviser les grandes banques en filiales indépendantes (structure de holding) afin de permettre, dans le pire des cas, l’effondrement de certaines parties de l’entreprise sans que toute l’économie nationale ne soit entraînée dans la chute. Voilà pourtant la seule manière d’éviter la mise en place d’une garantie d’Etat telle qu’elle existe de fait actuellement. Toutes les autres mesures atténuent certes le risque, mais elles n’excluent pas une garantie d’Etat.

Les effets économiques de l’augmentation des quotes-parts de fonds propres ainsi que des prescriptions sur les liquidités ne sont pas suffisamment éclairés dans le projet du Conseil fédéral. Il faut étudier et exposer plus à fond les conséquences de ces mesures pour la place financière. On ne comprend pas non plus pourquoi le Conseil fédéral dépasse avec certaines propositions les recommandations de la commission d’experts, affaiblissant du même coup la compétitivité de la place financière et économique suisse. Même constat pour les compétences quasi illimitées données à la FINMA, procédé qui peut devenir un facteur de risque imprévisible en cas de crise.

L’UDC renvoie donc le projet en invitant le Conseil fédéral à le revoir.

Pour l’UDC, il est évident qu’il faut mettre en place des dispositions contraignantes régissant les entreprises importantes pour tout le système économique suisse afin de réduire des risques qui pourraient déboucher sur des menaces sérieuses pour l’ensemble de l’économie nationale helvétique. Or, cet objectif ne peut être atteint que moyennant une structure de holding composée de filiales indépendantes. D’autres mesures, comme par exemple au niveau des fonds propres et des liquidités, permettent certes d’atténuer ces risques, mais elles n’excluent pas qu’un effondrement de certaines parties de l’entreprise n’entraîne dans sa chute l’ensemble de l’économie nationale.

Parmi les mesures proposées par le Conseil fédéral pour les fonds propres et les liquidités, qui dépassent dans certains cas les recommandations de la commission fédérale d’experts, on cherche en vain des explications et des analyses fondées des conséquences de ces interventions sur l’économie nationale et la place financière. Par exemple, les effets sur la croissance, les taux d’intérêts, les crédits, les hypothèques ou encore le financement des exportations ne sont pas suffisamment analysés et présentés. Dans l’intérêt d’une place financière et d’une place économique fortes et compétitives, il faut donc commencer par étudier soigneusement quelles mesures permettent de conforter durablement l’économie nationale tout en réduisant le risque représenté par les entreprises importantes pour le système et quelles autres mesures ont des effets négatifs sur la place financière et le reste de l’économie. En conclusion, il faut être certain que la place financière et économique suisse ne soit pas défavorisée par rapport à ses concurrents étrangers.

Au lieu de renforcer la place financière suisse, certaines mesures proposées par le Conseil fédéral auront sans doute exactement l’effet contraire. Tel sera le cas des modifications proposées pour l’impôt anticipé qui frapperait désormais aussi les obligations étrangères, une pratique qu’aucun autre Etat ne connaît sous cette forme. Il faudrait au contraire saisir l’occasion de cette révision pour renforcer la place économique suisse, par exemple en renonçant complètement au droit de timbre.

Du point de vue de l’UDC, ce projet est incomplet et mal réfléchi dans sa forme actuelle. Des exigences contraignantes au niveau des structures et de l’organisation y manquent dans une large mesure. En renonçant à une subdivision obligatoire des entreprises importantes pour tout le système en filiales et sociétés nationales indépendantes les unes des autres, le Conseil fédéral écarte précisément la mesure la plus efficace. Il ne suffit pas de donner tout simplement de larges compétences à l’organe de surveillance des marchés financiers et d’édicter quelques règlementations supplémentaires pour corriger la situation actuelle. Ce d’autant moins que des lacunes de fonctionnement ont été constatées durant la crise économique et financière précisément au niveau de la surveillance des marchés, des lacunes qui ont contribué à aggraver la situation. Proposée à plusieurs reprises par l’UDC et d’autres acteurs et objectivement souhaitable, la structure de holding doit absolument être incluse dans la révision du projet mis en consultation dont elle doit même constituer l’élément-clé.

Pour toutes ces raisons l’UDC rejette le projet sous cette forme et le renvoie au Conseil fédéral. L’UDC demande qu’il soit procédé aux analyses et études permettant de connaître exactement les effets à court, moyen et long terme des mesures proposées sur la place financière suisse et sur l’ensemble de l’économie nationale. De surcroît l’UDC demande que des exigences au niveau de l’organisation dans le sens d’une structure de holding avec des filiales indépendantes soient incluses dans le projet dont elles devraient même constituer l’élément-clé.

L’UDC s’étonne aussi de l’agenda excessivement serré suggéré par le Conseil fédéral. Seules quelques semaines séparent la fin de la procédure de consultation de l’adoption définitive du message par le gouvernement. Ce dernier signale ainsi qu’il n’a ni l’intention d’examiner sérieusement les réponses à la consultation, ni de tenir comptes des prises de positions qui s’y seront exprimées. Il y a donc lieu de rappeler au Conseil fédéral qu’une procédure de consultation est un droit constitutionnellement garanti. Nous invitons vivement le Conseil fédéral à la prendre au sérieux!

plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
21.02.2020
Réuni aujourd'hui à Muotathal (SZ), le groupe parlementaire UDC s'est clairement prononcé contre l'introduction d'une "rente de... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
19.02.2020
Le Conseil fédéral souhaite que la Suisse participe avec un montant de 297 millions de francs à... lire plus
Communiqué de presse
partager l’article
18.02.2020
Le Forum PME tire la sonnette d'alarme: la compétitivité de l'industrie suisse s'est massivement détériorée ces dernières... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Finances, impôts et redevances

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat.

Environnement

Un environnement où il fait bon vivre aujourd’hui et demain.

Liberté et sécurité

Défendre la liberté menacée.

Politique d'asile

Corriger enfin le chaos qui règne dans la politique d’asile.

Formation

Stopper les réformes prétentieuses et irréalistes– revenir à une formation axée sur la pratique.

Politique étrangère

Indépendance et autodétermination.

Nous sommes la patrie

La Suisse a sa propre histoire, une histoire marquée par sa diversité culturelle, ses traditions, ses valeurs et par les femmes et les hommes qui cohabitent pacifiquement dans ce pays.

Religion

Nous engager pour nos valeurs.

Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord