Participer
Consultation

Révision de la loi fédérale sur les brevets d’invention (Loi sur les bre-vets, LBI)

L’UDC refuse la révision de la loi fédérale sur les brevets d’invention. La législation actuelle fonctionne bien et permet à la Suisse d’occuper la tête du classement des pays en matière d’innovation. La révision de la loi entrainerait une augmentation de la bureaucratie et des coûts, en particulier pour les PME, sans réelle plus-value.

Le système actuel fonctionne bien

La présente révision prévoit un changement fondamental de la pratique nationale. Plus précisément, il s’agit d’en finir avec le système particulier helvétique pour le rapprocher de la pratique européenne en instaurant un examen complet pour les demandes de brevet. En outre, la Suisse expérimenterait un « modèle d’utilité ». Malgré toutes les explications du Conseil fédéral, l’on peine à comprendre la nécessité de ce changement.

Comme le rappelle le Conseil fédéral à la page 7 de son rapport, la Suisse se classe depuis plusieurs années au premier rang de l’indice mondial de l’innovation. Cela est dû en partie à la flexibilité de son système actuel. En effet, les entreprises qui désirent obtenir un brevet incluant un examen préliminaire peuvent déjà le faire actuellement auprès de l’OEB : c’est ce qui se passe pour plus de neuf brevets sur dix actuellement dans notre pays. Les autres ont la possibilité d’obtenir un brevet national auprès de l’IPI, ce qui a l’avantage de n’impliquer qu’une procédure rapide et peu coûteuse.

Une augmentation injustifiée de la bureaucratie

Le Conseil fédéral reconnaît dans son rapport que la révision légale impliquerait un alourdissement des procédures bureaucratiques et, partant, une augmentation des coûts. Cette dernière devrait alors être répercutée sur les taxes et/ou les annuités.

Une pesée des intérêts entre les avantages présumés de la révision et l’augmentation de la charge administrative et des coûts ne nous amène pas à un résultat concluant, cela d’autant plus que seuls 6% des brevets sont actuellement concernés par la procédure nationale. A ce sujet, il faut rappeler qu’une procédure préalable n’est pas synonyme de sécurité : lorsqu’il y a recours contre un brevet accordé par l’OEB, le recourant obtient gain de cause dans un quart des cas.

Préserver une méthode qui marche

C’est à dessein que le parlement a décidé de supprimer complètement l’examen préalable en 1995 pour les procédures nationales à la demande du Conseil fédéral (93.061). La situation actuelle permet aux entreprises de choisir la manière dont elles veulent faire examiner leur demande de brevet. L’examen effectué par l’IPI présente l’avantage, notamment pour les PME, de permettre une décision rapide sur la demande. Les entreprises qui le souhaitent peuvent faire examiner leur demande de manière complète au moyen du brevet européen, valable en Suisse.

partager l’article
Thèmes
plus sur le thème
Communiqué de presse
partager l’article
01.07.2022
Quand on y regarde de plus près, le rapport du Conseil fédéral sur l’alimentation se révèle être... lire plus
éditorial
partager l’article
04.06.2022, de Marcel Dettling
La guerre en Ukraine nous montre une fois encore clairement, à nous, Suisses, à quel point la... lire plus
Journal du parti
partager l’article
21.04.2022, de Marco Chiesa
Les journalistes et politologues de gauche s'en prennent volontiers à l'UDC. Mais ils ont les yeux bandés... lire plus
en lire plus
Thèmes et positions
Médias

Plus de diversité, moins d’Etat.

Finances, impôts et redevances

Plus pour la classe moyenne, moins pour l’Etat.

Culture

La culture n’est pas une tâche de l’Etat.

Energie

Pour un approvisionnement énergétique qui a de l’avenir.

Santé

La qualité grâce à la concurrence.

Politique concernant les étrangers

Ramener l’immigration à un niveau raisonnable.

Transports

Halte aux bouchons et aux mesures chicanières dans le trafic routier.

Economie et prospérité

Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.

Liberté et sécurité

Défendre la liberté menacée.

Médias sociaux
Retrouvez nous sous:
Ou ouvrez notre fenêtre de médias sociaux. Toutes les publications et images sur une page.
Newsletter
Vous souhaitez rester informés des nouveautés et actions de l'UDC? Abonnez vous à notre newsletter!
Union démocratique du centre UDC
Tel.031 300 58 58 – fax031 300 58 59 – E-Mail:info@udc.ch – IBAN:CH83 0023 5235 8557 0001 Y

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord