Participer
Journal du parti Franc-parler mai 2014

NON à une dangereuse expérience socialiste

L’initiative sur le salaire minimum de l’Union syndicale suisse exige que la Confédération fixe un salaire minimum national à hauteur de Fr. 22.00 par heure, soit Fr. 4’000.00 par mois, et qui soit continuellement adapté à l’évolution des prix et des salaires. Le record du monde !

L’initiative sur le salaire minimum de l’Union syndicale suisse exige que la Confédération fixe un salaire minimum national à hauteur de Fr. 22.00 par heure, soit Fr. 4’000.00 par mois, et qui soit continuellement adapté à l’évolution des prix et des salaires. Le record du monde !

Aujourd’hui, les salaires sont négociés entre les employeurs, les employés et les syndicats. Ces derniers n’étant jusqu’à présent pas parvenus à imposer partout les objectifs qu’ils se sont fixés, des conventions collectives de travail pour tous les employeurs et tous les employés, ils cherchent à déléguer leur revendication centrale à l’État, au niveau constitutionnel. Cela signifie plus de prescriptions, plus de contrôles, une suppression de places de travail et de postes à temps partiel. Du point de vue des travailleurs, dont les syndicats sont en réalité censés défendre les intérêts, c’est un splendide autogoal. Avec des mesures aussi insensées et contreproductives, non seulement l’économie va droit au mur mais on dé-truit de précieuses places de travail.

La Suisse est un modèle de réussite, dont nous profitons grâce à une économie libérale qui fonctionne bien et à une forte prospérité. Tous les jours, de nombreux entrepreneurs et entrepreneuses contribuent à ce modèle à succès en travaillant plus que beaucoup d’autres, en étant prêts à assumer des risques et en investissant des moyens financiers propres dans l’entreprise. Ainsi, ils créent et préservent de nombreuses places de travail et de formation et paient de bons salaires. Ce modèle de réussite est, de façon incompréhensible, régulièrement torpillé de l’intérieur et de l’extérieur, ce contre quoi nous devons lutter de toutes nos forces.

Notre pays présente actuellement un taux de chômage des jeunes particulièrement faible. Le système de formation dual a fait ses preuves, offrant à de nombreux jeunes une bonne opportunité de débuter dans la vie professionnelle, et les postes à temps partiel sont très répandus. Les salaires sont toujours liés à la formation, à la performance et aux responsabilités assumées, de sorte qu’ils peuvent aussi rapidement évoluer vers le haut.

« Un salaire plus élevé égale plus de consommation égale augmentation immédiate du chiffre d’affaires. » Cette affirmation relève du fantasme. Les augmentations de salaire doivent toujours être répercutées sur les coûts de production, pour que l’entreprise rentre dans ses frais. Or, peu de gens sont prêts à accepter des prix supérieurs. Et ce mécanisme provoque en fin de compte, logiquement, une suppression d’emplois. Ce n’est pas dans l’intérêt de nos PME et des représentants de l’économie, et encore moins dans celui des travailleurs.

Il appartient aux employeurs et aux employés de fixer le salaire, et non à l’État ni à l’administration.

Par conséquent : NON à l’initiative nuisible sur le salaire minimum, qui détruit des places de travail !

partager l’article
par l’auteur
UDC conseillère nationale (AG)
Articles
Journal du parti
partager l’article
08.05.2014
En Valais comme ailleurs, malgré quelques coups d’arrêt comme celui de l’initiative contre la construction de minarets... lire plus
Journal du parti
partager l’article
08.05.2014, de Felix Müri
Après l’acceptation de l’initiative sur l’immigration massive, l’Union européenne a suspendu, sous un faux prétexte, les négociations... lire plus
Journal du parti
partager l’article
07.05.2014
par Jürg Stüssi-Lauterburg, historien, Windisch (AG) lire plus
Journal du parti
partager l’article
07.05.2014, de Christoph Blocher
Christoph Blocher a résumé les enjeux de la politique européenne dans un texte paru récemment dans l’Aargauer... lire plus
Journal du parti
partager l’article
07.05.2014, de Andrea Geissbühler
La sécurité a une importance centrale pour notre pays, notre société, notre économie et notre prospérité. C’est... lire plus
Journal du parti
partager l’article
07.05.2014, de Oskar Freysinger
Le 18 mai, nous voterons sur une initiative de la « Marche Blanche » qui vise à... lire plus
Journal du parti
partager l’article
07.05.2014, de Guy Parmelin
L’arrêté fédéral concernant les soins médicaux de base, sur lequel nous voterons sous forme de contre-projet indirect... lire plus
Journal du parti
partager l’article
07.05.2014, de Toni Brunner
L’automne dernier, le peuple suisse a nettement accepté l’obligation générale de servir. Un non à la loi... lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord