Participer
Journal du parti Franc-parler avril 2015

Ça suffit!

Le 14 juin, nous voterons sur la révision de la loi sur la radio et la télévision (LRTV), bref, sur le nouvel impôt Billag sur les médias. Chacun devra payer, peu importe qu’il possède ou non un appareil récepteur, et même qu’il puisse ou non physiquement entendre ou voir les programmes. Le nouvel impôt forcé frappe tout le monde.

Que ce soit à titre privé ou dans notre activité professionnelle, on nous presse comme des citrons, jusqu’à la dernière goutte, avec les innombrables impôts et taxes : vignette, impôts sur les véhicules à moteur et sur l’essence, impôts généraux, contributions sociales, taxes environnementales, etc. Et voilà que pointe la menace de la prochaine gifle, la toute dernière arnaque de l’État : une redevance radio-TV pour tous, et à double.

Injuste, illogique et toujours plus cher
Que les particuliers et les entreprises soient invités à passer à la caisse pour une prestation qu’ils ne peuvent absolument pas utiliser est profondément injuste et dénué de toute logique. Les travailleurs vont au travail pour travailler, pas pour regarder des films ou écouter la radio. Chacun paie cette taxe à titre privé, et maintenant il faudrait payer à double, puisque les entreprises devraient elles aussi s’acquitter de l’impôt sur les médias ? Depuis 1990, la taxe Billag est passée de 279 francs à 462 francs, soit une augmentation spectaculaire de 65%. Si cette évolution se poursuit, nous paierons bientôt 700 à 800 francs d’impôt Billag sur les médias par ménage. Si l’on tient compte du fait que la télévision d’État investit massivement dans le Web et veut obtenir de force d’onéreuses productions propres, ce montant atteindra presque certainement 1000 francs à l’avenir.

Attention au piège fiscal et au tour de passe-passe
La population et l’économie suisses traversent une période difficile. La faiblesse de l’euro met de nombreuses entreprises encore plus sous pression. Et c’est précisément en ce moment que l’on voudrait leur imposer encore des charges supplémentaires avec le nouvel impôt Billag sur les médias. Il s’agit là d’un piège fiscal qui, faisant miroiter une légère baisse de la redevance, entraînera plus tard une augmentation des charges. On cherche à duper les citoyens et citoyennes par un tour de passe-passe. Alors que des milliers d’entre eux seraient désormais imposés à double, soit parce qu’ils sont entrepreneurs, soit pour les employés, parce que leur entreprise serait elle-même imposée, on fait croire à une baisse de la redevance. Pourtant, le Conseil fédéral aurait le champ libre pour fournir sans limites des moyens financiers supplémentaires aux chaînes étatiques qu’il contrôle. Dès que les citoyens et citoyennes auront donné leur accord, le piège fiscal se refermera.

Non aux nouveaux impôts
La Suisse devrait bénéficier d’un service public svelte et de haute qualité dans chaque langue nationale. Or, sous prétexte d’assurer ce service public, les patrons de la télévision se sont bâti, à nos frais, un empire immense et beaucoup trop cher. Cela suffit ! C’est pourquoi je dis NON au nouvel impôt Billag sur les médias !

Aujourd’hui déjà, nous payons la plus importante redevance.

partager l’article
par l’auteur
UDC conseillère nationale (AG)
Articles
Journal du parti
partager l’article
16.04.2015, de Alfred Heer
Il est temps de retirer leurs pouvoirs aux APEA, pour les rendre aux communes. Le Conseil de... lire plus
Journal du parti
partager l’article
16.04.2015, de Hans Egloff
«Je suis vraiment déçu.» C’est par ces mots que notre président de parti Toni Brunner a décrit... lire plus
Journal du parti
partager l’article
16.04.2015, de Yves Nidegger
Le droit suisse en Suisse, le droit mongol en Mongolie, le droit américain aux Etats-Unis. L’initiative UDC... lire plus
Journal du parti
partager l’article
16.04.2015, de Peter Föhn
La place industrielle suisse fait aujourd’hui déjà face à des difficultés majeures, et en particulier les entreprises... lire plus
Journal du parti
partager l’article
16.04.2015, de Claude-Alain Voiblet
Installation de carrés musulmans dans nos cimetières, abandon de certaines fêtes chrétiennes, retrait de signes de nos... lire plus
Journal du parti
partager l’article
14.04.2015, de Toni Brunner
Chers frères et sœurs d’armes, il est temps de sortir de l’hibernation ! lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord