Participer
Journal du parti Franc-parler juin 2015

L’UDC exige un moratoire

Les coûts annuels de quelque 6 milliards de francs pour l’industrie de l’asile et de l’aide au développement sont payés par les contribuables suisses. A la suite d’un taux de reconnaissance de 60% actuellement (trois fois plus qu’en 2012), il faut s’attendre à ce que 18 000 des quelque 30 000 requérants d’asile arrivant cette année pourront rester dans le pays. Ils y séjourneront durablement et occasionneront des coûts supplémentaires d’environ 600 millions de francs par an. La responsabilité de cette pagaille incombe à la direction politique du Département fédéral de justice et police, soit en particulier à la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga. L’UDC exige un moratoire en matière d’asile ainsi qu’un contrôle systèmatique des frontières.

 
L’UDC fait les propositions suivantes pour régler le chaos de l’asile:

1. Le système Schengen/Dublin a échoué. La Confédération doit donc suspendre la loi sur l’asile par le biais du droit d’urgence et contrôler à nouveau systématiquement ses frontières.

2. On cherche en vain un décompte complet de ce que coûte l’asile aux contribuables. Il faut enfin indiquer en toute transparence ce que coûte en moyenne un requérant d’asile par an durant les dix premières années de sa présence en Suisse (y compris les frais de procédure, l’aide socia-le, le coût total de la scolarisation, l’accompagnement des familles, les frais de santé y compris le dentiste, les programmes d’intégration, etc.).

3. La loi sur l’asile durcie en 2006 et 2013 doit être rigoureusement appliquée par toutes les autorités fédérales et cantonales ainsi que par les œuvres d’entraide. On fait ainsi comprendre aux bandes criminelles de passeurs que la Suisse ne tolère pas les abuseurs de son droit d’asile.

4. Les possibilités de recours et moyens de droit doivent être restreints. Un seul recours doit être permis après

la décision de première instance. Durant le traitement de leur demande, les requérants doivent être placés dans des centres contrôlés. S’ils vio-lent leur devoir de participation ou le code pénal, ils seront installés dans des centres fermés.

5. Les migrants économiques et requérants d’asile délinquants doivent être systématiquement renvoyés afin que l’aide puisse être concentrée sur les personnes qui sont réellement persécutées.

6. Le Conseil fédéral doit à cet effet conclure des accords de réadmission avec les Etats du Maghreb et faire ratifier les accords qui ne le sont pas encore. La Suisse doit prendre des contre-mesures dans d’autres domaines (par ex., en matière d’aide au développement) à l’égard des pays qui refusent de réadmettre leurs ressortissants.

7. Les personnes admises provisoirement doivent être réexaminées et renvoyées le plus rapidement possible dans leur pays. Le statut de l’admission provisoire doit être supprimé. Les personnes qui, sans leur faute, ne peuvent pas être renvoyées doivent bénéficier d’un statut de protection.

8. Les personnes admises provisoirement et les réfugiés dont les motifs subjectifs avancés sont les conséquences de leur fuite (par ex., une activité politique menée après leur fuite) ne doivent pas avoir droit au regroupement familial.

9. L’aide sociale pour les requérants d’asile et personnes admises provisoirement doit être ramenée au niveau de l’aide d’urgence. L’aide sociale accordée aux réfugiés reconnus doit également être réduite après un certain temps pour éviter que ces personnes ne s’installent durablement dans le filet social.

10. Les personnes en séjour illégal en Suisse ou qui refusent de coopérer avec les autorités ne doivent plus avoir droit à l’aide d’urgence. Le soutien de l’Etat à ces personnes doit se limiter à l’organisation de leur sortie de Suisse.

11. Le Conseil fédéral doit insister sur l’application de l’accord de Dublin et, par conséquent, ne plus accorder de procédure d’asile aux personnes entrant en Suisse en provenance d’un Etat tiers.

12. La Suisse doit à cet effet renforcer les contrôles frontaliers, notamment vers l’Italie et si nécessaire soutenir les gardes-frontières avec l’armée.

13. L’agence Frontex doit intercepter les bateaux d’émigrants immédiatement après leur départ et les ramener sur la côte. Il faudra éventuellement conclure des accords avec les Etats nord-africains. Le Conseil fédéral doit à ce sujet s’engager dans le comité de Schengen.

14. Les réfugiés de la guerre doivent en premier lieu être aidés dans leur région d’origine. On obtiendra sur place de bien meilleurs résultats avec les mêmes moyens financiers que par des actions de transplantation de quelques élus.

partager l’article
Themen
Articles
Journal du parti
partager l’article
25.06.2015
Le projet présenté par le Conseil fédéral pour l’application de la nouvelle disposition constitutionnelle exigeant une gestion... lire plus
Journal du parti
partager l’article
25.06.2015
par Thomas Matter, conseiller national (ZH)   Au premier trimestre de cette année, l’immigration nette vers notre... lire plus
Journal du parti
partager l’article
25.06.2015, de Albert Rösti
Ces quatre dernières années, l’UDC est parvenue à accroître sa part de l’électorat dans 20 élections cantonales... lire plus
Journal du parti
partager l’article
25.06.2015, de Toni Brunner
La politique d’asile de la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga échappe à tout contrôle. lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel.031 300 58 58 – fax031 300 58 59 – E-Mail:info@udc.ch – PC:30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord