Participer
Journal du parti Franc-parler avril 2016

Ne pas surcharger le service public

Des services publics de base qui fonctionnent correctement sur l’ensemble du territoire sont essentiels pour notre pays et pour son économie. Les infrastructures des transports publics, tout comme les services postaux et informatiques doivent donc satisfaire en permanence aux standards de qualité modernes.

 

De même, les utilisateurs doivent pouvoir compter sur une haute fiabilité – y compris dans les régions périphériques. C’est pourquoi il est non seulement dangereux, mais aussi autodestructeur d’adhérer à la croyance selon laquelle ce qui n’est pas cher est avantageux.

Ne pas juguler les investissements par de nouvelles lois
Afin de pouvoir maintenir tous ces services et ces offres sur le marché à leur niveau actuel tout en suivant les progrès techniques, il faudra continuer d’investir à très large échelle. Une entreprise ne peut effectuer de tels investissements par ses propres moyens que si elle n’est pas confrontée de facto à une interdiction de réaliser des bénéfices. En effet, il ne peut être garanti un service public de qualité dans toutes les régions et vallées de notre pays que si des subventions croisées sont possibles dans une certaine mesure au sein de l’entreprise. Il est clair que les recettes provenant des utilisateurs ne permettent pas de maintenir le niveau coût/utilité actuel dans les régions périphériques et de montagne. Or, un service public n’est fourni conformément au mandat législatif que s’il est disponible partout en intégralité et à des prix raisonnables.

De bas salaires ne font pas un meilleur service public
Un point de l’initiative toujours mis en exergue est la question des rémunérations. Elle veut interdire à toute entreprise de service public une échelle des salaires plus élevée que celle de l’administration fédérale. Évidemment, ce qui intéresse avant tout les initiateurs, ce sont les salaires des directeurs généraux (en « bon » français CEO), qui ne devraient pas être payés davantage que les conseillers fédéraux. De prime abord, on est bien sûr tenté de se rallier à leurs arguments. Mais en réfléchissant un peu, il appert clairement que les plus hautes fonctions dirigeantes des grandes entreprises nationales telles que les CFF, La Poste et Swisscom, qui s’orientent en partie vers l’international, doivent impérativement être exercées par des cadres du top-niveau.

Le Parlement s’oppose presque unanimement
Il ne fait donc aucun doute que la rémunération de ces cadres de haute volée est soumise aux « directives de rémunération » du marché. Les critères sont bien différents de ceux appliqués dans un office fédéral, ce que même le Conseil fédéral trouve évident. Renoncer d’emblée à des personnes de grande qualité en restreignant les possibilités de salaire dénote d’un manque de réflexion et équivaut à se tirer une balle dans le pied. Telle est certainement l’une des raisons pour lesquelles le Parlement rejette presque unanimement cette initiative.

Ne vous laissez donc pas tromper par le titre de ce projet. Si vous êtes favorable à un service public de qualité sur l’ensemble du territoire suisse, votez NON à cette initiative, pour que le service public reste aussi bon qu’il l’est actuellement.

 

partager l’article
par l’auteur
UDC conseiller aux Etats (GL)
Articles
Journal du parti
partager l’article
19.04.2016, de Toni Brunner
Ces huit dernières années, j’ai eu l’honneur et le plaisir de présider l’UDC Suisse. Cette époque a... lire plus
Journal du parti
partager l’article
19.04.2016
La révision de la loi sur l’asile veut étendre la culture de bienvenue - dont l’échec ne... lire plus
Journal du parti
partager l’article
19.04.2016, de Natalie Rickli
Les embouteillages sont un fléau quotidien : autour de Winterthour, au Gubrist, mais aussi en Argovie, à... lire plus
Journal du parti
partager l’article
19.04.2016, de Manfred Bühler
Le 14 juin 2015, les votants ont accepté l’article constitutionnel sur le diagnostic préimplantatoire (DPI) à 61,9%.... lire plus
Journal du parti
partager l’article
19.04.2016, de Verena Herzog
L’obsession de l’enfant parfait ? – Non à une médecine reproductive sans garde-fous. lire plus
Journal du parti
partager l’article
19.04.2016, de Thomas Matter
Le 5 juin, nous voterons sur l’initiative populaire « pour un revenu de base inconditionnel ». Les... lire plus
Journal du parti
partager l’article
19.04.2016, de Marco Chiesa
Sans revirement radical dans la politique migratoire, nous ferons bientôt face à d’importants problèmes sociaux. L’abandon de... lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord