Participer
Journal du parti Franc-parler janvier 2016

Ne relâchons pas nos efforts!

En 2010, le peuple suisse décidait que les étrangers criminels devaient être renvoyés de notre pays.

 
En 2010, le peuple suisse décidait que les étrangers criminels devaient être renvoyés de notre pays. Les votants se sont prononcés en faveur de quelque chose qui est une évidence. En effet, celui qui se trouve en Suisse en qualité d’hôte doit également se comporter comme tel. Celui qui toutefois sombre dans la délinquance n’a rien perdu chez nous et doit donc retourner dans son pays d’origine. Qu’il s’agisse d’un meurtre ou d’un homicide, d’un viol, d’un cambriolage ou d’une fraude sociale, de tels criminels étrangers mettent en danger la sécurité de la population suisse et doivent être expulsés du pays.    

Mais au lieu de mettre en œuvre sans attendre la volonté populaire, la ministre de la justice, Cornelia Sommaruga (PS), a fait traîner les choses en longueur pour finir devant le Parlement avec ce qu’il est convenu d’appeler la clause de rigueur. Selon la volonté des autres partis, le juge doit pouvoir – sur la base des circonstances personnelles de l’auteur de l’acte délictueux  – juger de cas en cas si un étranger criminel doit effectivement être renvoyé. Or c’est exactement cela que le peuple suisse a refusé en 2010 déjà avec le contre-projet à l’initiative sur le renvoi des étrangers criminels.

Nous sommes tous appelés à réagir avec résolution. Les autres partis, des organisations, des médias et même certains juges s’activent contre notre initiative. C’est encore et toujours la protection des criminels qui semble être primordiale ici et l’on ne pense pratiquement jamais aux victimes. Il faut plus que jamais avoir une vision claire de la situation. Donnons-nous donc les moyens pour l’avenir, car les problèmes liés aux criminels étrangers vont augmenter et non pas diminuer. Ce qui est arrivé la nuit de la Saint Sylvestre à Cologne se passe également chez nous à échelle égale ou plus petite. Des zones de non-droit émergent et l’on provoque et exploite de plus en plus une société qui se veut tolérante.  

L’initiative de mise en œuvre relative au renvoi effectif des étrangers criminels  doit recevoir un OUI clair et net dans les urnes, faute de quoi nous ne serons pas plus avancés qu’il y a 5 ans. Je vous remercie de votre indéfectible soutien.

partager l’article
par l’auteur
UDC conseiller national (SG)
Articles
Journal du parti
partager l’article
25.01.2016
L’initiative des Jeunes socialistes entend lutter contre la spéculation sur les matières premières agricoles et les denrées... lire plus
Journal du parti
partager l’article
25.01.2016, de Adrian Amstutz
La votation sur le tunnel de réfection du Gothard offre une chance unique de faire enfin les... lire plus
Journal du parti
partager l’article
25.01.2016, de Nadja Umbricht-Pieren
Le 28 février 2016, nous voterons sur l’initiative populaire «Pour le couple et la famille – non... lire plus
Journal du parti
partager l’article
25.01.2016, de Céline Amaudruz
Il va de soi que l’on doit respecter les lois lorsqu’on se trouve dans un pays hôte.... lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord