Participer
Journal du parti Franc-parler novembre 2016

La mosquée An-Nour à Winterthour, foyer extrémiste

Dans la mosquée An-Nour de Winterthour, un imam éthiopien a appelé au meurtre des musulmans ne participant pas à la prière commune dans la mosquée. Il a enjoint aux personnes présentes de dénoncer les croyants qui ne respectaient pas les règles. Informée par un journaliste, la police a arrêté l’imam. La mosquée est depuis longtemps observée de près par les autorités.

 

En Suisse, le nombre de membres des communautés musulmanes croît constamment depuis des années. Ma ville de Winterthour, en particulier, est depuis des années confrontée à des problèmes avec différentes communautés musulmanes. Plusieurs jeunes de Winterthour sont partis faire la « guerre sainte » en Syrie.

Le problème sécuritaire de l’immigration incontrôlée
En droit des étrangers, les imams qui prêchent dans les mosquées suisses sont considérés comme des «spécialistes d’États tiers». Chaque année, 10 à 20 autorisations sont octroyées pour de tels prêcheurs. Des règles d’intégration spécifiques s’appliquent: les imams doivent être familiarisés avec la société suisse et reconnaître le système juridique, ainsi que les valeurs de la Suisse. C’est écrit noir sur blanc dans la directive du Secrétariat d’État aux migrations. Manifestement, ces règles sont faciles à contourner : l’imam arrêté serait entré en Suisse avec un visa touristique.

Le problème de l’islam radical est une conséquence de l’immigration de masse. Il n’existe malheureusement pas de solution toute faite, rapide et simple. D’un côté nous voulons garantir la liberté de religion et d’association, de l’autre on ne saurait compromettre la sécurité de la population, notre ordre juridique, notre culture et nos valeurs chrétiennes. Ce qui est clair, c’est que les exigences de l’UDC dans le domaine des étrangers doivent être systématiquement appliquées : introduction de contrôles aux frontières, le Service de rensei-gnements doit utiliser ses ressources, expulser les criminels étrangers et requérants d’asile illégaux. Il faut également revoir les peines dans le domaine du terrorisme et la possibilité d’une détention pour motifs de sûreté des terroristes potentiels.

La reconnaissance en droit public des communautés islamiques, comme le demande la conseillère d’État PS Jacqueline Fehr, va en revanche clairement dans la mauvaise direction. Les communautés islamiques ne sont pas organisées sur un mode démocratique et ont une conception totalement différente du droit : pour elles, la charia est l’ordre juridique régissent tous les domaines de la vie.

partager l’article
Themen
Articles
Journal du parti
partager l’article
28.11.2016, de Marcel Dettling
En tant qu’agriculteur, je rejette par conviction la Stratégie énergétique 2050. Une fois de plus, l’État cherche... lire plus
Journal du parti
partager l’article
28.11.2016, de Peter Föhn
Le Conseil national n’a pas mis en œuvre l’initiative sur l’immigration de masse adoptée par le peuple... lire plus
Journal du parti
partager l’article
28.11.2016, de Manfred Bühler
L’initiative des Verts pour la sortie programmée de l’énergie nucléaire porte mal son nom. En principe, un... lire plus
Journal du parti
partager l’article
28.11.2016, de Gregor Rutz
La Suisse se distinguait jusqu’à il y a peu par un haut niveau de sécurité juridique et... lire plus
Journal du parti
partager l’article
28.11.2016
par Marc Fuhrmann, président UDC Genève, Hermance (GE) lire plus
Journal du parti
partager l’article
28.11.2016, de Albert Rösti
L’automne dernier, après les élections parlementaires, certains électeurs bourgeois se sont pris à espérer que les valeurs... lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord