Participer
Journal du parti Franc-parler décembre 2017

Financièrement supportables et indispensables pour protéger la population suisse

La Suisse a besoin de nouveaux avions de combat. Attention : il ne s’agit pas d’un nouveau joujou pour les Forces aériennes, mais bien de protéger la Suisse et ses habitants. Pour la police aérienne au quotidien, pour la protection du WEF et d’autres événements majeurs, mais surtout pour notre défense, en cas d’agression. Pour tout cela, nous avons besoin d’avions de combat.

1. Nous devons renouveler notre flotte d’avions de combat, et vite.
Les Forces aériennes suisses possèdent trente F/A-18. En 2030, ils seront obsolètes. Sans mises à jour techniques, ce serait déjà le cas en 2025. Et sur les 53 F-5 Tiger déjà dépassés, seule la moitié environ vole régulièrement ; militairement, ils n’apportent plus grand chose. En 2030, les Forces aériennes seront clouées au sol, si le remplacement des appareils n’est pas très vite engagé.

2. Il n’y a pas d’alternative pour protéger la population suisse contre les dangers de l’espace aérien : nous devons renouveler l’ensemble de notre flotte d’avions de combat.
Il n’existe actuellement aucune alternative aux avions de combat. La défense aérienne au sol (missiles antiaériens ou engins guidés modernes) peut tirer sur des avions, mais pas accompagner un avion à un aérodrome ni le forcer à atterrir. Les hélicoptères de combat sont bien adaptés à la défense contre des forces terrestres extérieures, mais très vulnérables et inadéquats face à des avions de combat étrangers. Ils ne peuvent pas voler assez haut et son trop lents. Même des avions d’entraînement armés ne sont de loin pas assez rapides. Et si les drones sont utiles en certaines occasions, la police aérienne requiert un pilotage humain.

3. Nous pouvons nous permettre de remplacer la flotte d’avions de combat.
Le 8 novembre, le Conseil fédéral a chargé le DDPS de planifier l’achat d’avions de combat et d’un système de défense aérienne au sol à hauteur de 8 milliards de francs. C’est beaucoup d’argent. Mais il s’agit d’investir dans notre sécurité pour les 30 à 40 prochaines années. De plus, l’approvisionnement peut être financé par le budget normal de l’armée. Le Conseil fédéral a décidé d’augmenter ce budget de 1,4% par an à partir de 2021, soit sans prêts spéciaux, sans fonds spécifiques, sans emprunts. Autre atout: nous pourrons simultanément remplacer une grande partie des systèmes terrestres de l’armée (p. ex. les chars). Et point important: malgré ces dépenses, le budget de l’armée suisse se situera toujours autour de 0,7 % du produit intérieur brut. C’est à peu près la moitié de la moyenne européenne.

4. L’achat de nouveaux avions donnera de nouvelles impulsions économiques.
Il ne reste que quelques pays et entreprises qui construisent des avions de combat. Un pays comme la Suisse ne pourrait jamais le faire : même si 10 à 20 milliards de francs étaient alloués au développement, cela ne permettrait pas d’accéder à la technologie de pointe requise. L’acquisition de nouveaux avions de combat sera néanmoins bénéfique à l’économie suisse. La société qui remportera finalement le contrat devra passer des commandes en Suisse pour le prix d’achat total des avions de combat. Cela créera des emplois, augmentera les recettes fiscales et donnera accès à une technologie de pointe. Des règles ont même été fixées pour la répartition régionale de ces opérations de compensation. Ainsi, toutes les régions du pays en profiteront.

Les arguments en faveur de l’acquisition de nouveaux avions de combat sont limpides :

• Nous avons besoin d’avions de combat pour protéger notre population.

• Les F/A-18 et F-5 doivent être remplacés avant 2030.

• Il n’existe pas d’alternative aux avions de combat.

• Nous pouvons nous permettre cet achat sans risquer de mésaventures financières.

• L’économie suisse sera également impliquée dans les acquisitions et en bénéficiera.

partager l’article
Themen
par l’auteur
SVP conseiller fédéral (VD)
Articles
Journal du parti
partager l’article
05.12.2017, de Yves Nidegger
Plus on revoit le film, moins on comprend le scénario : Leuthard est pénard accoudée au comptoir,... lire plus
Journal du parti
partager l’article
05.12.2017, de Hans Egloff
L’imposition de la valeur locative pénalise les personnes propriétaires de leur logement, en imputant à leur revenu... lire plus
Journal du parti
partager l’article
05.12.2017, de Christian Imark
Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi la votation populaire sur l'initiative "No Billag" fait de si grosses vagues... lire plus
Journal du parti
partager l’article
05.12.2017, de Jürg Stahl
Peu de gens ont une fois dans leur vie l’honneur d’être le premier citoyen du pays. Jürg... lire plus
Journal du parti
partager l’article
04.12.2017, de Christoph Blocher
Le vote du 6 décembre 1992 sur l’adhésion à l’EEE/UE portait sur une question centrale : la... lire plus
Journal du parti
partager l’article
04.12.2017, de Thomas Aeschi
Le groupe parlementaire UDC Suisse a élu Thomas Aeschi (ZG) pour succéder à Adrian Amstutz (BE) à... lire plus
Journal du parti
partager l’article
04.12.2017, de Roger Köppel
Le Parlement n’a pas mis en œuvre l’initiative sur l’immigration de masse adoptée en février 2014 par... lire plus
Journal du parti
partager l’article
04.12.2017, de Albert Rösti
Le 6 décembre dernier marquait le 25e anniversaire du non à l’Espace économique européen, l’EEE/UE. Après une... lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Recommander cette page par E-Mail


Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord