Participer
Journal du parti Franc-parler avril 2018

Lorsque le lobby des casinos s’écrit une loi

La loi révisée sur les jeux d’argent prévoit des blocages du réseau. C’est là un premier pas énorme dans la direction de la censure d’Internet, comme c’est le cas depuis longtemps en Corée du Nord. Seul le lobby des casinos du pays profite de ce blocage, un lobby qui a pratiquement écrit lui-même cette loi et qui a soutenu financièrement les partisans lors de la campagne de votation.

Il s’agit maintenant uniquement de faire en sorte que celui qui gère un casino normal en Suisse puisse également offrir des jeux d’argent en ligne. Au moyen de blocages du réseau opérés par l’Etat, blocages qui n’existent dans aucun autre domaine, les start-ups indigènes ainsi que les leaders internationaux de la branche doivent en être exclus. Or, il serait beaucoup plus judicieux d’intégrer l’offre existante: cela crée de la diversité, de la concurrence, des emplois et un substrat fiscal pour l’AVS et l’AI. L’exemple du poker montre bien que les bons joueurs veulent se mesurer avec les meilleurs du monde sur des plateformes leaders sur le marché. Ils ne se laissent pas dicter leur conduite par des monopoles, ni sur quelles plateformes ils peuvent jouer, pas plus qu’ils ne se sentiront freinés par des blocages du réseau.

Accès pour tous ceux qui respectent les règles
La seule possibilité qu’a la Suisse d’en profiter serait un modèle de concession ouvert classique. C’est ainsi que le principe suivant prévaut déjà dans plus de 20 pays: celui qui remplit les exigences techniques, légales et économiques nationales peut obtenir une concession.
Le Danemark a par exemple fait en sorte que seuls 40 prestataires obtiennent une concession, prestataires qui s’en tiennent aux strictes règles danoises. Le pays a pu ainsi enregistrer près d’un tiers de recettes en plus. Etant donné que les consommateurs sont satisfaits de l’offre libérale particulièrement diversifiée, les Danois sont parvenus à assécher le marché noir jusqu’à moins de 5%.
Cette alternative intelligente a été testée par de nombreux pays et s’est avérée meilleure sous tous les aspects. L’Etat gagne car il encaisse davantage, les buts sociopolitiques sont atteints et le consommateur a un plus grand choix.

L’Internet doit rester ouvert
Le Parlement a toutefois opté pour la variante apparemment la plus mauvaise, dont seuls les casinos protégés profitent. A la question de savoir pourquoi la loi ne prévoit aucun modèle de concession libre, la conseillère fédérale Sommaruga a répondu: «Les casinos se sont imposés dans ce contexte.» La seule réponse possible est donc: Non à la loi sur les jeux d’argent – et donc retour à l’expéditeur en le priant de proposer un modèle de concession équitable, qui veille à ce qu’il y ait pour la concurrence entre les prestataires la plus grande liberté possible pour les utilisateurs et la création de valeur la plus élevée pour la Suisse. Votez donc NON à cette loi le 10 juin, une loi qui limite notre liberté.

Articles
Journal du parti
partager l’article
24.04.2018, de Albert Rösti
La semaine passée, la Commission des institutions politiques a consacré seulement de deux heures pour débattre de... lire plus
Journal du parti
partager l’article
24.04.2018, de Yves Nidegger
Depuis 2007, la Suisse participe à hauteur de 1,3 milliard de francs au financement de projets visant... lire plus
Journal du parti
partager l’article
24.04.2018, de Michaël Buffat
L’initiative dite «Monnaie pleine» sur laquelle nous sommes appelés à voter le 10 juin entend résoudre un... lire plus
Journal du parti
partager l’article
24.04.2018
Plus de 500 délégués et invités de tout le pays se sont retrouvés le 24 mars pour... lire plus
Journal du parti
partager l’article
24.04.2018, de Adrian Amstutz
Il faut dire OUI à la nouvelle loi sur les jeux d’argent, afin que les revenus de... lire plus
Journal du parti
partager l’article
24.04.2018, de Jean-Luc Addor
Faut-il interdire aux producteurs et aux distributeurs d’énergie d’intervenir sur le marché de l’installation ? Nombre d’entreprises... lire plus
Journal du parti
partager l’article
24.04.2018, de Thomas Burgherr
Les requérants d’asile sont certes moins nombreux à venir frapper à notre porte. Mais les problèmes liés... lire plus
Journal du parti
partager l’article
24.04.2018, de Jacques Nicolet
Réunis le 19 avril à Gollion, les délégués de l’UDC Vaud ont chargé leurs députés d’agir au... lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord