Participer
Journal du parti Franc-parler janvier 2018

Limiter les dépenses pour les requérants d’asile déboutés

La modification de la loi sur l’asile introduit des exigences plus élevées concernant l’assignation des requérants d’asile dans un centre spécial pour les déboutés. En outre, les tribunaux doi-vent concrétiser la notion de «menace grave». Ce qui ne manquera pas d’entraîner un surplus d’affaires juridiques inutiles et des coûts supplémentaires, et de donner un mauvais signal. Il faut donc garder la réglementa-tion actuelle.

Si cela n’était pas écrit noir sur blanc dans la nouvelle loi sur l’asile, on aurait de la peine à le croire: le Conseil fédéral et le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) veulent assouplir les critères relatifs aux conditions où un requérant d’asile doit être conduit dans un centre spécial pour les requérants déboutés.

Les critères pour une mise en danger ou une entrave étaient effet clairement définis jusqu’ici, alors que la nouvelle loi sur l’asile ne parle plus que de « mettre en danger » ou « d’entraver considérablement », et ce d’une manière très générale. Les tribunaux seront donc bien obligés d’interpréter ces notions au cas par cas, ce qui induira immanquablement des coûts supplémentaires ainsi qu’un ralentissement sensible des procédures, alors que celles-ci devraient être accélérées.

On se demande automatiquement s’il s’agit d’intention ou d’inadvertance. Autrement dit, le SEM a-t-il fait preuve d’incompétence ou est-ce qu’il ne veut pas tout bonnement introduire d’autres avantages pour les requérants d’asile déboutés?

L’industrie de l’asile a le bras long au sein du SEM
Si l’on regarde d’où viennent les dirigeants du SEM, alors on s’aperçoit bien vite l’intention qui se cache là derrière. Le « syndrome Mère Theresa de Caritas » ne cesse de se propager. Ce qui ne saurait étonner outre mesure car ces dirigeants, y compris la cheffe du département, ont tous été des cadres de l’industrie de l’asile!

Le directeur du SEM, le secrétaire d’Etat Mario Gattiker, était responsable du service juridique chez Caritas. Sa remplaçante, Barbara Büschi, était quant à elle présidente de Caritas Berne. Esther Maurer, qui occupe le poste de vice-directrice, était présidente de « Solidar Schweiz » (ancienne œuvre d’entraide) et a signé un appel pour que la Suisse accueille 50’000 réfugiés. Mentionnons également que Simonetta Sommaruga, conseillère fédérale, a été présidente de Swissaid pendant 5 ans. Encore des questions?

L’UDC réclame le retour à l’ancien régime
L’UDC se positionne contre ce renchérissement et ce ralentissement de la procédure. Elle a présenté une motion à ce propos et réclame le retour à l’ancienne réglementation. Nous sommes curieux de voir si les représentantes et les représentants du PLR et du PDC vont nous soutenir dans les commissions et au Parlement.

partager l’article
par l’auteur
UDC conseiller national (AG)
Articles
Journal du parti
partager l’article
23.01.2018, de Albert Rösti
Mon homonyme, Albert Bitzius, alias Jeremias Gotthelf, disait: « C’est à la maison que doit débuter ce... lire plus
Journal du parti
partager l’article
23.01.2018, de Roger Köppel
Le Parlement fédéral s’occupe de beaucoup de choses absurdes. Des sessions entières sont gaspillées à discuter d’interventions... lire plus
Journal du parti
partager l’article
23.01.2018, de Eric Bertinat
Le 1er janvier 2018 est entrée en vigueur la nouvelle loi sur la nationalité, votée en 2014... lire plus
Journal du parti
partager l’article
23.01.2018, de Yves Nidegger
Le Conseil fédéral veut que le peuple s’exprime en 2018 sur une adhésion de la Suisse à... lire plus
Journal du parti
partager l’article
23.01.2018, de Gabriel Lüchinger
Les 5 et 6 janvier derniers, l’UDC Suisse a tenu son traditionnel séminaire des cadres à Bad... lire plus
Journal du parti
partager l’article
23.01.2018, de Oskar Freysinger
Une prérogative essentielle d’un État de droit démocratique est de pouvoir déterminer souverainement les conditions auxquelles des... lire plus
Journal du parti
partager l’article
23.01.2018, de Jean-François Rime
Le peuple ne veut pas être mené par le bout du nez. Les Suissesses et les Suisses... lire plus
Journal du parti
partager l’article
23.01.2018, de Roland Rino Büchel
Notre gouvernement fédéral a été largement débordé l’année dernière. Et l’UE n’a pas hésité à profiter froidement... lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord