Participer
Journal du parti Franc-parler juillet 2018

2x non aux deux initiatives agricoles extrêmes

J’éprouve au fond de la sympathie pour ces initiatives, car qui peut en effet être contre des aliments sains, produits en respectant l’environnement et les principes de l’équité? Qui peut bien être contre des conditions de travail équitables? Je crois que c’est là en effet le but que nous cherchons à atteindre en politique ainsi que dans la production alimentaire suisse. Des principes qui sont déjà ancrés aujourd’hui dans de nombreuses lois, articles de la Constitution et dispositions légales, qu’il s’agisse du domaine de l’écologie, de celui du bien-être des animaux, de la qualité de l’eau ou de la protection des eaux, sans oublier le droit du travail.

Le peuple veut une production alimentaire suisse, le citoyen soutient l’agriculture suisse. C’est la raison pour laquelle le contre-projet à l’initiative sur la sécurité alimentaire lancée par l’Union suisse des paysans a été accepté l’an passé par 78,7 % des voix, un record.

On a déjà voté à ce propos
Deux points de l’initiative pour des aliments équitables ont été repris dans le contre-projet à l’initiative sur la sécurité alimentaire de l’Union suisse des paysans, quoiqu’en des termes différents. D’une part, la Confédération crée à la lettre d «des conditions pour des relations commerciales transfrontalières qui contribuent au développement durable de l’agriculture et du secteur agroalimentaire.» Cette disposition se base sur l’initiative pour des aliments équitables. La lettre e du contre-projet à l’initiative sur la sécurité alimentaire stipule que la Confédération crée « des conditions pour une utilisation des denrées alimentaires qui préservent les ressources naturelles. » Cela fait également partie de l’initiative pour des aliments équitables. Ces contenus ont été acceptés et déjà approuvés par le peuple. En d’autres termes, la principale préoccupation de cette initiative est déjà ancrée dans la Constitution et ne doit donc pas l’être à nouveau.

Encore plus de bureaucratie et de contrôles
Selon les initiants, la Confédération peut favoriser à la frontière des produits issus du commerce équitable, et ce, via des contingents et des droits de douane. Mais qui fournit à la Confédération les informations concernant les produits qui correspondent aux exigences des standards suisses? Et pour les produits manufacturés, la chose devient encore plus compliquée. Nous devrions en effet mettre en place une véritable bureaucratie chargée d’un contrôle qui devrait se faire quasiment à l’échelle mondiale pour pouvoir garantir le tout. La Suisse deviendrait ainsi le gendarme mondial pour les questions de qualité des aliments. Il faudrait donc mettre en place un immense appareil de contrôle, avec toutes les conséquences financières que cela aurait pour les consommateurs.

Miser sur des produits suisses
Le consommateur peut parfaitement maîtriser lui-même la situation lorsqu’il s’agit de privilégier des produits équitables et d’acheter des produits respectueux de l’environnement. Misons tout simplement sur des produits suisses. C’est en achetant des produits alimentaires fabriqués en Suisse que nous respectons au mieux les principes écologiques. Et comme nous avons l’une des législations les plus sévères au monde, pour ne pas dire la plus sévère, concernant la protection des animaux, le consommateur peut soutenir activement le bien-être des animaux en misant sur des produits suisses. Nous n’avons pas besoin de dispositions supplémentaires dans la Constitution. Il convient donc, pour toutes ces raisons, rejeter ces deux initiatives.

partager l’article
Themen
par l’auteur
UDC conseiller national (SZ)
Articles
Journal du parti
partager l’article
24.07.2018, de Albert Rösti
Enfant, j’avais toujours une joie particulière de fêter le 1er août. Et pas seulement en raison du... lire plus
Journal du parti
partager l’article
24.07.2018, de Michaël Buffat
Une des bases du succès de notre pays réside dans la démocratie directe. Le peuple est souverain... lire plus
Journal du parti
partager l’article
24.07.2018, de Céline Amaudruz
Avec l’initiative pour l'autodétermination, nous souhaitons rendre aux citoyens suisses leurs prérogatives démocratiques telles que le prévoit... lire plus
Journal du parti
partager l’article
24.07.2018, de Jean-Luc Addor
Le droit à l’autodétermination… seulement pour les peuples opprimés ? Et pour nous Suisses ? lire plus
Journal du parti
partager l’article
24.07.2018, de Jean-Pierre Grin
En septembre prochain le peuple suisse devra se prononcer sur deux nouvelles initiatives concernant l’agriculture. Si l’on... lire plus
Journal du parti
partager l’article
24.07.2018, de Marco Chiesa
L’UE décide et la Suisse obéit sans un mot? Le 21 juin 2018, les ministres des affaires... lire plus
Journal du parti
partager l’article
24.07.2018, de Diana Gutjahr
La Suisse va bien. Le système social doit aider les personnes faibles. Cela étant, plus nos institutions... lire plus
Journal du parti
partager l’article
24.07.2018, de Céline Amaudruz
Les contre-performances électorales de ces derniers mois sont l’occasion pour nous, les membres de l’UDC, de sortir... lire plus
Journal du parti
partager l’article
24.07.2018, de Michaël Buffat
L’immigration ne faiblit pas, et ce malgré l’initiative contre l’immigration de masse que nous avons acceptée. Les... lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord