Participer
Journal du parti Franc-parler mai 2018

La place des violeurs est en prison

Depuis des années, l’UDC exige en vain un durcissement des sanctions pénales contre les criminels, avec des peines planchers en particulier contre les auteurs de crimes sexuels souvent moins sévèrement condamnés par le code pénal que ne le sont les conducteurs en excès de vitesse par via secura.

Simonetta Sommaruga a répondu enfin à cette demande le 25 avril 2018 en présentant une analyse globale des dispositions pénales en vue de déterminer si les peines encourues correspondent bien à la gravité des actes commis et si les sanctions sont proportionnées entre elles. Un projet de rééquilibrage des niveaux des peines entre elles est proposé, durcissant les sanctions pour les crimes de violence et les infractions contre l’intégrité sexuelle, dont les victimes sont le plus souvent les femmes et les filles. Pour le viol, la peine minimale passerait d’un an à deux ans de prison au minimum, ce qui constitue un pas dans la bonne direction, insuffisant toutefois à envoyer les violeurs en prison puisque deux ans restent une peine compatible avec le sursis. Un an minimum pour les actes d’ordre sexuel (autres que le viol) commis sur un enfant de moins de 12 ans constitue également une amélioration, insuffisante toutefois en comparaison de ce que risquent les auteurs de tels actes sur le territoire français par exemple.

Cédant à l’air du temps, Madame Sommaruga profite de cette réforme pour reformuler la définition du viol en extirpant, théorie de l’égalité oblige, toute référence au sexe de l’auteur et à celui de la victime. Dans sa définition classique, le viol se définit en effet comme l’acte sexuel contraint, qui n’est imposable par définition que par un homme sur une femme. La grande idée de cette réforme, permettre aux hommes d’être eux-aussi violés, en étendant la définition aux « actes analogues » à l’acte sexuel, est une fausse bonne idée en ceci qu’elle n’améliore nullement la protection spécifique due aux femmes et aux filles, qui restent et resteront sans doute toujours les premières victimes des agressions sexuelles. L’interdiction faite aux soldats de violer les femmes est d’ailleurs l’une des toutes premières mesures de protection des femmes à apparaitre en Europe au travers du droit de la guerre au Moyen âge.
Le viol comporte en effet pour les femmes une dimension particulière qui les distingue des victimes masculines. En plus du traumatisme psychologique, de l’humiliation, des blessures physiques et des risques de contamination inhérents à toute forme de pénétration imposée, les femmes qui subissent l’acte sexuel sont exposées au risque supplémentaire de tomber enceinte, à l’angoisse de l’attente de savoir si c’est le cas, au traumatisme de l’avortement si elles avortent, à celui de donner naissance à un enfant du viol si elles n’avortent pas. Cette dimension particulière qui n’est présente qu’avec l’acte sexuel justifie à l’évidence qu’on lui consacre un traitement pénal particulier et un régime de peine spécifique, apte à souligner la gravité étendue des conséquences endurées par les victimes et leur famille. Durcir la sanction encourue actuellement par les auteurs d’actes analogues à l’acte sexuel est à l’évidence une nécessité, il suffit pour cela d’introduire une peine plancher, analogue à celle encourue en cas de viol, lorsque la contrainte sexuelle comporte une pénétration. Mais évacuer la réalité de la souffrance spécifique des femmes et des filles, comme le fait le projet Sommaruga, dans le but absurde d’obtenir une définition non genrée de l’acte sexuel, qui est par nature genré, n’a aucun sens sinon celui de priver les femmes d’une protection spécifique à leur sexe.

Articles
Journal du parti
partager l’article
22.05.2018, de Albert Rösti
La réforme de l’imposition des entreprises est importante pour garantir des emplois sûrs dans les grandes entreprises... lire plus
Journal du parti
partager l’article
22.05.2018
Trois candidats se présentaient pour les élections complémentaires au Conseil d’Etat d’Appenzell Rhodes-Intérieures. La Landsgemeinde a dû... lire plus
Journal du parti
partager l’article
22.05.2018
Marianne Lienhard siège au Conseil d’Etat du canton de Glaris depuis les élections générales de 2014. Elle... lire plus
Journal du parti
partager l’article
22.05.2018, de Alice Glauser
Aucun pays du monde n’a transformé aussi radicalement sa politique monétaire. lire plus
Journal du parti
partager l’article
22.05.2018, de Beat Arnold
La directive de l’UE sur les armes a été élaborée après les attaques terroristes de Bruxelles et... lire plus
Journal du parti
partager l’article
22.05.2018, de Manfred Bühler
Le Parlement a accepté la loi fédérale sur les jeux d’argent le 29 septembre 2017. Faisant l’objet... lire plus
Journal du parti
partager l’article
22.05.2018, de Jean-Philippe Gay-Fraret
La loi sur les Jeux d’argent en votation le 10 juin prochain est à première vue, pas... lire plus
Journal du parti
partager l’article
22.05.2018, de Michaël Buffat
Dans le cadre du "rattachement institutionnel" relatif aux accords bilatéraux Suisse-UE, le Conseil fédéral souhaite que la... lire plus
Journal du parti
partager l’article
22.05.2018, de Adrian Amstutz
Aujourd’hui, la Confédération paie aux cantons, en sus de tous les autres coûts pour chaque réfugié reconnu... lire plus
Journal du parti
partager l’article
22.05.2018, de Barbara Steinemann
Pour que le réfugié apprenne à travailler, les communes paient pour des programmes d’intégration par le travail.... lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord

Êtes-vous prêt à vos engager pour une Suisse sûre et libre ?

Participe - garantir le succès des élections

Engage-toi avec nous:

Je donne mon temps pour une Suisse libre et sûre