Participer
Journal du parti Franc-parler décembre 2019

Soutenez le référendum contre le très onéreux congé paternité!

Au Parlement fédéral, la gauche et les verts ont décidé d’un congé paternité de deux semaines. Dont les conséquences seraient les suivantes: moins de salaires pour tous les travailleurs, plus de bureaucratie pour les employeurs et un fardeau supplémentaire pour les jeunes générations. L’UDC soutient donc le référendum lancé contre ce projet coûteux. Aidez-nous à le faire aboutir et signez-le vous aussi!

Une commission non partisane a lancé un référendum contre la décision du Parlement d’introduire un congé de paternité de deux semaines, congé pour le moins onéreux. Le comité en question est composé d’entrepreneurs, de représentants du commerce et de parlementaires. Ces derniers s’opposent à la multiplication des prélèvements de l’Etat, ils s’opposent à ces déductions de salaires destinées à offrir des «vacances gratuites» à un petit nombre, pour la simple raison qu’ils deviennent pères. Le congé paternité devant être financé par le régime des allocations pour perte de gain (APG), les employeurs et les employés devraient verser des cotisations salariales supplémentaires à partir de 2022. Les conséquences sont on ne peut plus claires: moins de salaires et plus de dépenses supplémentaires pour tous les employés. Mais aussi plus de bureaucratie, plus de dépenses au titre de l’organisation interne et un fardeau financier supplémentaire pour les employeurs. Dans le pire des cas, cela mettrait en péril des emplois, car cela rendrait la fabrication et les coûts de production plus élevés qu’à l’étranger.

Des coûts inacceptables
Les coûts directs d’un congé paternité de deux semaines sont estimés à CHF 250 millions par an. Selon le Forum PME, les coûts indirects (frais d’organisation, recherche de personnel de remplacement, coûts liés aux heures supplémentaires effectuées par d’autres salariés avec surcoûts, coûts d’opportunité liés aux absences, c’est-à-dire pertes de commandes, pertes de productivité, etc.) supportés par toutes les entreprises représenteraient deux à quatre fois les coûts directs. Soit un montant situé entre 400 millions et 1,1 milliard de francs par an.

Certaines entreprises, en particulier les grands groupes, qui peuvent se le permettre, ont introduit de leur propre chef le congé paternité payé. Or, il ne faut pas que ces coûts soient maintenant répercutés sur l’ensemble de la popiulation par des moyens détournés. C’est donc la règle qui prévaut actuellement qui devrait continuer à s’appliquer à l’avenir, à savoir: le congé paternité doit faire l’objet d’accords individuels entre les employés et les employeurs.

Pas de nouveau service social
Force est maintenant de constater que l’éventail de souhaits et d’exigences que l’on émet à l’égard de l’Etat ne cesse de s’élargir, avec en parallèle une baisse de la responsabilité individuelle, ce qui devrait nous alarmer. Il ne faut pas non plus que l’on intervienne davantage sur le marché du travail, qui doit rester libéral. Soyons donc raisonnables et, compte tenu de la situation actuelle, évitons d’étoffer indéfiniment nos institutions sociales. Concentrons-nous en priorité à l’assainissement des services sociaux qui sont les nôtres aujourd’hui. Cessons de renforcer encore et encore l’Etat-providence. Soutenez donc le référendum contre un congé paternité coûteux et la multiplication des coûts sociaux. Et signez dès aujourd’hui le référendum! 

> Signez le référendum maintenant

Articles
Journal du parti
partager l’article
04.12.2019, de Albert Rösti
Les Fêtes approchent, l’année touche bientôt à sa fin. Une année durant laquelle nous nous sommes battus... lire plus
Journal du parti
partager l’article
04.12.2019, de Albert Rösti
Nous nous pencherons longtemps encore sur les dernières élections. Avec ses 25,6 pour cent, l’UDC reste de... lire plus
Journal du parti
partager l’article
04.12.2019, de Marcel Dettling
La population suisse a franchi le cap des 8,5 millions d’habitants. Le PS, le PLR, le PDC... lire plus
Journal du parti
partager l’article
04.12.2019, de Céline Amaudruz
Schengen – le concept de l ‘UE avec des frontières ouvertes a échoué. C ‘est ce que... lire plus
Journal du parti
partager l’article
04.12.2019
Le 2 novembre, 500 délégués et visiteurs de l’UDC se sont réunis à Niederglatt (ZH) pour l’assemblée... lire plus
Journal du parti
partager l’article
04.12.2019
En dehors du petit sursaut écologique et circonstanciel de cette année, la gauche « traditionnelle » est... lire plus
Journal du parti
partager l’article
04.12.2019
Réunis ce jeudi à Palézieux, les délégués de l’UDC Vaud ont élu Kevin Grangier à la présidence... lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord