Participer
Journal du parti Franc-parler février 2019

L’accord-cadre avec l’UE met tout sens dessus dessous!

L’accord-cadre institutionnel avec l’UE présenté par le Conseil fédéral ne nous convient pas. C’est tout sauf du « sur-mesure ». Ces tailleurs de l’UE ne nous ont pas mesurés une seule fois, nous autres Suisses…. L’accord s’apparente plutôt à un corset que l’on cherche à nous imposer!

L’accord-cadre institutionnel nous contraint à reprendre les réglementations européennes qui, pour différentes rai­sons, ne sont tout simplement pas adaptées à notre vie quotidienne, à notre exis­tence ni à nos valeurs.

Première raison : L’accord-cadre nous assujettirait à des juges étrangers. Le tribunal arbitral n’aurait rien à dire. Ce serait la Cour de justice de l’Union européenne qui déciderait.

Deuxième raison : Nous devrions adopter la future législation européenne – c’est ce que l’Union européenne appelle « harmonisation ». Et si nous ne votions pas comme il faut, nous serions punis et même l’accord de libre échange avec l’UE pourrait être suspendu. Chaque vote se traduirait par «ou tout ou rien».

Troisième raison : Nous devrions reprendre le droit du travail européen. Le partenariat social qui a fait ses preuves depuis de longues années en Suisse se­rait remplacé. La Cour de justice de l’Union européenne déterminerait le droit applicable. Les conséquences pour notre pays seraient davantage d’immigration, une pression accrue sur les salaires et des prestations sociales qui ne pourraient plus être financées.

Quatrième raison : Les cantons et les communes ne pourraient plus exercer d’activités économiques sans l’autorisation de l’UE. Les « aides de l’Etat » grèveraient massivement nos impôts! Les incitations à l’installation, l’aide économique, les avantages fiscaux ou le soutien politique régional dans les cantons ne seraient plus possibles. Il faudrait également adopter les taux de taxes sur la valeur ajoutée, lesquels sont beaucoup plus élevés dans l’Union européenne.

Cinquième raison : Des institutions suis­ses qui ont fait leurs preuves ne seraient plus admises: les centrales hydroélectriques, les fournisseurs d’électricité, les établissements cantonaux d’assurances, la SUVA, les banques cantonales, les hôpitaux !

Sixième raison : Le système suisse de formation initiale et continue devrait être abandonné. La collaboration fructueuse entre les entreprises et les administra­tions publiques en matière de forma­tion initiale et continue, de programmes d’emploi et d’intégration appartiendrait au passé. Même les organisations culturelles et sportives, comme les musées, les théâtres et les clubs sportifs ne pourraient plus être gérées comme elles le sont aujourd’hui.

Septième raison : Et nous devrions encore payer pour tout cela des milliards de francs ! Et ce, pour les programmes européens actuels et futurs, à quoi il faut ajouter, évidemment, les milliards de la cohésion, lesquels seraient désormais fixés de manière contraignante dans l’accord.

Non ! Nous ne nous laisserons pas corseter ainsi ! Pas question d’accepter de telles contraintes ! L’accord-cadre chamboule tout ce qui fait notre succès. Il attaque de front notre autodétermination, notre démocratie directe, notre politique fiscale, notre marché du travail, notre fédéralisme, notre système éducatif et nos finances. Nous ne pouvons pas accepter ça ! C’est pourquoi le Conseil fédéral doit rejeter fermement le traité et dire clairement à l’UE qu’il est hors de question pour nous de le signer ! Pas question de jeter purement et simplement par-dessus bord nos systèmes qui ont fait leurs preuves et notre prospérité !

par l’auteur
UDC conseillère nationale (GR)
Articles
Journal du parti
partager l’article
20.02.2019, de Albert Rösti
Si vous deviez choisir entre la liberté et l’InstA, vous opteriez probablement pour la liberté pour des... lire plus
Journal du parti
partager l’article
20.02.2019, de Christian Imark
Récemment, des « grèves pour le climat », manifestations politiques de mineurs instrumentalisés et dirigées contre nos... lire plus
Journal du parti
partager l’article
20.02.2019, de Thomas Aeschi
Il y a plus de cinq ans, le 23 octobre 2013, le comité « Contre l'adhésion rampante... lire plus
Journal du parti
partager l’article
20.02.2019, de Piero Marchesi
Une approbation de l'accord-cadre avec l'Union européenne signifierait la condamnation à mort de la démocratie directe et... lire plus
Journal du parti
partager l’article
20.02.2019, de Christoph Blocher
On dit toujours que la Suisse a besoin de l'accord institutionnel, comme on appelle désormais l’accord-cadre avec... lire plus
Journal du parti
partager l’article
20.02.2019
Au bénéfice d’une maîtrise fédérale agricole, Pascal Dessauges (54) a été membre de la Constituante, municipal puis... lire plus
Journal du parti
partager l’article
20.02.2019, de Yves Nidegger
Les aberrations du système suisse des sanctions doivent être éliminées, et vite. Mais le Conseil des Etats... lire plus
Journal du parti
partager l’article
20.02.2019
Le 27 octobre 2018, les délégués de l'UDC à Volketswil ont élu Emanuel Waeber comme nouveau secrétaire... lire plus
Journal du parti
partager l’article
20.02.2019
Le nouveau programme du parti a été adopté : le 26 janvier, les délégués de l’UDC ont... lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord

Êtes-vous prêt à vos engager pour une Suisse sûre et libre ?

Participe - garantir le succès des élections

Engage-toi avec nous:

Je donne mon temps pour une Suisse libre et sûre