Participer
Journal du parti Franc-parler janvier 2019

Le chemin de la servitude

Le mensonge le plus éhonté proféré par des cercles intéressés à diffuser des fausses rumeurs sur la politique européenne de la Suisse est l’affirmation selon laquelle l’accord-cadre institutionnel entre la Suisse et l’Union européenne, qui est désormais sur la table, est la «voie bilatérale la plus sûre». La Suisse peut et doit construire la relation bilatérale avec l’UE sur un pied d’égalité, et rejeter cet accord afin de ne pas tomber dans la servitude.

L’idéalisation des relations suisses avec l’Union européenne sous la forme de cette «voie royale bilatérale» a toujours eu un côté trop apprêté, trop enjolivé. Et comme beaucoup d’histoires qui parlent de rois, on tombe rapidement dans le conte. Le fait suivant est de notoriété publique: il y a exactement 10 ans, l’Union européenne, impatiente face à l’adhésion à l’UE que laissait entrevoir notre diplomatie, adhésion qui ne se traduira finalement pas dans les faits, déclarait terminée la voie bilatérale.

À la mi-décembre 2008, le Conseil de l’UE a demandé sur un ton aussi autoritaire que tranchant l’adaptation «dynamique» des accords bilatéraux au droit européen qui ne cesse d’être développé ainsi qu’une nouvelle contribution à la cohésion. La voie bilatérale a atteint ses limites, disait-on à l’époque.

Un accord colonial oppressant
Le présent accord-cadre prévoit à l’article 10 une soi-disant «adaptation dynamique» du droit suisse au droit européen. Cette adaptation est toutefois de facto un alignement automatique et unilatéral sur le ­droit­ UE. C’est juste: l’accord-cadre prévoit des possibilités théoriques de référendum et même un tribunal arbitral, mais ce même tribunal devrait également décider sur la base des tribunaux de l’UE, tandis que les référendums pourraient avoir des conséquences fâcheuses (sanc­tions) s’ils ne devaient pas aller dans le sens de l’Union européenne. Ce mécanisme de sanctions («des mesures de compensation») prévoit expressément à l’article 10 alinéa 6 la possibilité d’une guillotine, la­quelle peut se traduire par la suspen­sion des conventions bilatérales («la suspension de tout ou partie d’un ou des accords concernés»). Décision prise par des tiers et non pas autodétermination, asservissement et non pas égalité des droits: l’accord institutionnel n’est donc nullement une voie royale. Oliver Zimmer, suisse et professeur d’histoire à Oxford, résume la situation comme suit dans la NZZ: «Celui qui considère l’accord cadre avec l’UE comme un compromis pratique soit la politique de l’autruche, soit il a perdu son boussole politique.»

partager l’article
Themen
par l’auteur
UDC conseiller national (ZH)
Articles
Journal du parti
partager l’article
16.01.2019, de Albert Rösti
L’UDC symbolise la liberté et la sécurité. A notre époque marquée par des migrations de populations entières... lire plus
Journal du parti
partager l’article
16.01.2019, de Pierre-André Page
Je suis un agriculteur, un homme de la terre. C’est dire combien je suis sensible au maintien... lire plus
Journal du parti
partager l’article
16.01.2019, de Ueli Maurer
Journal du parti
partager l’article
16.01.2019, de Adrian Amstutz
La Confédération dépense toujours plus pour l’étranger et toujours moins pour les Suissesses et les Suisses. Il... lire plus
Journal du parti
partager l’article
16.01.2019
La liberté et la sécurité ont fait avancer la Suisse, notre Patrie. L’UDC continue à s’engager avec... lire plus
Journal du parti
partager l’article
16.01.2019, de Yves Nidegger
Chaque année, des millions de francs sont versés dans la zone euro au titre d’allocations familiales. Il... lire plus
Journal du parti
partager l’article
16.01.2019, de Barbara Keller-Inhelder
Une protection des frontières renforcée signifie plus de sécurité dans le pays. La protection insuffisante des frontières... lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord