Participer
Journal du parti Franc-parler mai 2019

Le tout-puissant Conseil d’Etat bâlois

Quand le rose-vert règne, le canton se hisse au-dessus de la Confédération, Bâle-Ville est plus important que Dublin et la politique passe avant la justice. L‘essentiel est en effet qu‘un demandeur d‘asile débouté puisse rester en Suisse. Et pour ce faire, le Conseil d’Etat de Bâle-Ville n‘applique tout simplement pas un jugement du Tribunal administratif fédéral qui a ordonné l‘expulsion d‘un Afghan.

Un jeune Afghan s’était enfui avec sa famille en Iran, où il a été incorporé dans l’armée. Il s’est ensuite enfui en Europe pendant ses vacances. Une première demande d’asile déposée en Autriche a été rejetée. La demande présentée en Suisse a également dû être rejetée conformément aux principes de l’Accord de Dublin, que le Tribunal administratif fédéral a confirmé en dernière instance. Une pétition soutenue par le Grand Conseil de Bâle-Ville demandait que ce ressortissant afghan ne soit pas renvoyé. Une demande que le Conseil d’Etat a acceptée: il informera donc la Confédération qu’il «n’effectuera pas le renvoi vers l’Autriche».

L’Etat de droit, à savoir le lien étroit qui doit exister entre toute activité étatique et le droit et la loi, est généralement invoqué par la gauche lorsqu’il est question de politique étrangère. Or, tel n’est pas le cas pour le Conseil d’Etat de Bâle-Ville, où domine le camp rose-vert, qui considère que si l’application de la loi conduit à un résultat politiquement désavantageux il faut passer outre. La politique – dont on peut déterminer le cours en fonction des rapports de force existants – prend donc le pas sur la loi. Or, un tel comportement viole non seulement les principes de l’État de droit, mais il est également arbitraire et relève du plus pur opportunisme politique. Et je me demande en tant que citoyen pourquoi je dois payer une amende pour excès de vitesse dans une zone de 30 km/h, alors que, sur le plan politique, je refuse ce genre de zones.

Le double standard de la gauche
L’Accord de Dublin, et en général les traités bilatéraux et autres traités internationaux, font généralement appel aux milieux politiques de gauche et aux internationalistes de tous poils. Ils nous enseignent que la migration est un problème mondial, pardon: une chance, une opportunité, un merveilleux potentiel, si l’on en croit le Pacte des Nations Unies sur les migrations – qui doit être résolu au niveau mondial. Mais si le gouvernement de Bâle-Ville n’aime pas la solution globale aux problèmes d’asile pour résoudre un cas particulier, alors il passe avant Dublin. C’est l’opportunisme des internationalistes.

La gauche invoque en général le centralisme, le pouvoir politique de la Confédération, ridiculise souvent le fédéralisme, ne fait pas confiance aux cantons ou les accuse de défendre leurs propres intérêts (ce que les cantons font, espérons-le). Or, si l’on considère le rapport entre le Tribunal administratif fédéral et le Conseil d’Etat de Bâle-Ville, il semble que ce dernier applique une forme de fédéralisme légèrement différent. Le gouvernement cantonal doit informer les autorités fédérales de la manière dont les lois et traités conclus par la Confédération doivent être mis en œuvre. C’est du fédéralisme opportuniste. On peut supposer ici que le Conseil d’Etat en question ne le voit ainsi que pour Bâle-Ville, tandis que la Confédération doit surveiller au plus près tous les autres gouvernements cantonaux.

partager l’article
par l’auteur
UDC conseiller national (ZH)
Articles
Journal du parti
partager l’article
14.05.2019, de Albert Rösti
La nouvelle directive européenne sur les armes, sur laquelle nous voterons le 19 mai est néfaste pour... lire plus
Journal du parti
partager l’article
14.05.2019, de Barbara Keller-Inhelder
L‘Union européenne réagit aux attentats terroristes perpétrés au moyen d‘armes illégales en désarmant encore plus les citoyens... lire plus
Journal du parti
partager l’article
14.05.2019, de Mauro Tuena
La nouvelle directive de l’UE sur les armes, sur laquelle le peuple suisse se prononcera le 19... lire plus
Journal du parti
partager l’article
14.05.2019, de Alfred Heer
Le conseil communal de la ville de Zurich, dominé par la gauche et les Verts, entend ramener... lire plus
Journal du parti
partager l’article
14.05.2019, de Marcel Dettling
L‘UDC est le seul parti à s’engager en faveur de l‘agriculture suisse. Et celles et ceux qui... lire plus
Journal du parti
partager l’article
14.05.2019, de Thomas Aeschi
La classe moyenne est le pilier de notre pays. Cela étant, les salaires stagnent en Suisse, tandis... lire plus
Journal du parti
partager l’article
14.05.2019, de Andreas Glarner
En cas d’acceptation de l‘accord-cadre, l‘UE voudra également faire adopter la directive relative au droit des citoyens... lire plus
Journal du parti
partager l’article
14.05.2019, de Roland Rino Büchel
Les différentes commissions parlementaires ont terminé leurs auditions sur l‘Accord-cadre avec l’Union européenne. Le Conseil fédéral a... lire plus
Journal du parti
partager l’article
14.05.2019, de Thomas Matter
L‘immigration incontrôlée pose de plus en plus de problèmes dans notre pays. Les Suisses disposent de moins... lire plus
Journal du parti
partager l’article
14.05.2019, de Oskar Freysinger
Soyons sérieux : voter pour les Verts en octobre ne sauvera pas le monde. Voter UDC, par... lire plus
Journal du parti
partager l’article
14.05.2019, de Sandra Sollberger
L‘UDC compte sur des ambassadeurs pour sa campagne électorale. Des ambassadeurs qui devraient servir de motivateurs et... lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord