Participer
Journal du parti Franc-parler novembre 2020

L’initiative ne résout aucun problème, et en crée de nouveaux

Le 29 novembre 2020, le peuple suisse se prononcera sur l’initiative populaire fédérale «Pour une interdiction du financement des producteurs de matériel de guerre ». L’interdiction concernerait la Banque nationale suisse (BNS), l’AVS/AI, les caisses de pension, les fondations ainsi que les banques et les assurances. L’adoption de l’initiative porterait préjudice à la place financière et économique et mettrait en péril les rentes de vieillesse.

L’initiative populaire a été lancée par le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA) et les Jeunes Vert-e-s. Elle exige que la Banque nationale suisse (BNS), les fondations ainsi que les institutions de prévoyance étatique et professionnelle renoncent à financer les producteurs de matériel de guerre. La Confédération s’engage par ailleurs sur le plan national et international à ce que des conditions équivalentes soient en vigueur pour les banques et les assurances. La disposition constitutionnelle prévue définit les producteurs de matériel de guerre comme étant des entreprises qui génèrent pus de cinq pour cent de leur chiffre d’affaires annuel grâce à la fabrication de matériel de guerre.

Irréaliste et dommageable

L’interdiction mondiale de financement visée par l’initiative n’est pas réaliste. L’adoption de cette dernière n’aurait aucun impact sur la production mondiale d’armes et serait donc inefficace. Par contre, elle aurait des conséquences néfastes pour notre pays. L’instauration d’une telle interdiction restreindrait en effet fortement les possibilités d’investissement des caisses de pension et de l’AVS/AI. Les frais administratifs et le risque de placement augmenteraient donc et les perspectives de rendement à long terme baisseraient, avec in fine un impact négatif sur les rentes de vieillesse. Par ailleurs, limiter la liberté d’investissement des banques et des assurances affaiblirait la place financière suisse.

Un désavantage compétitif pour les PME

L’initiative doit également être rejetée pour des raisons économiques. Si les banques suisses étaient soumises à l’interdiction de financement, les PME du pays ne pourraient plus contracter de crédits bancaires dans le cas où, selon les critères stricts de l’initiative, elles seraient considérées comme des producteurs de matériel de guerre. Ceci pourrait concerner par exemple de nombreuses PME actives dans l’industrie des machines, des équipements électriques et des métaux, dont certaines fournissent notamment des entreprises d’armement. Un accès plus difficile au crédit réduirait leur capacité d’investissement. Elles perdraient ainsi en compétitivité, avec au bout du compte le risque de perte d’emplois et d’un savoir-faire précieux.

Une interdiction de financement existe déjà

La loi fédérale sur le matériel de guerre (LFMG) comprend déjà une interdiction de financement concernant les armes nucléaires, biologiques ou chimiques ainsi que les armes à sous-munitions et les mines antipersonnel. La réglementation en vigueur offre aux institutions de prévoyance et à la place financière suisse la marge de manœuvre nécessaire pour pouvoir largement diversifier les actifs gérés et les investir dans des produits financiers reconnus par-delà les frontières. Pour toutes ces raisons, le Conseil fédéral et le Parlement recommandent un NON le 29 novembre 2020.  

partager l’article
par l’auteur
UDC conseiller fédéral (VD)
Articles
Journal du parti
partager l’article
06.11.2020, de Roger Köppel
L’accord institutionnel ne peut être rattrapé ni amélioré. Il faut le rejeter pure-ment et simplement. lire plus
Journal du parti
partager l’article
06.11.2020, de Thomas Aeschi
L'accord-cadre est la nouvelle version du traité colonial de l'EEE, traité qui a été rejeté par le... lire plus
Journal du parti
partager l’article
06.11.2020
Le 24 octobre, les délégués de l’UDC Suisse ont adopté les mots d’ordre pour les votations du... lire plus
Journal du parti
partager l’article
06.11.2020, de Pierre-André Page
Les taxes qu’implique la nouvelle loi sur le CO2 représentent une charge supplémentaire d’environ 1'500 francs par... lire plus
Journal du parti
partager l’article
06.11.2020, de Christian Imark
La loi sur le CO2 va coûter à la collectivité et à l'économie 30 à 40 milliards... lire plus
Journal du parti
partager l’article
06.11.2020, de Albert Rösti
L’abandon simultané des énergies nucléaire et fossile met en danger la sécu-rité de l'approvisionnement de notre pays... lire plus
Journal du parti
partager l’article
06.11.2020, de Franz Grüter
L’initiative populaire «Entreprises responsables» est dangereuse: elle désavantage les entreprises suisses et se présente comme un policier... lire plus
Journal du parti
partager l’article
06.11.2020, de Kevin Grangier
Le 27 septembre dernier, la majorité de la population a rejeté l'initiative pour une immigration modérée. La... lire plus
Journal du parti
partager l’article
06.11.2020, de Marco Chiesa
Mala tempora currunt. Cette citation de Cicéron décrit la situation dans laquelle nous, les Suisses, nous nous... lire plus
Union démocratique du centre UDC
Tel. 031 300 58 58 – fax 031 300 58 59 – E-Mail: info@udc.ch – PC: 30-8828-5

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord